Actualités Télécom

Actualités Télécom

Orange fait de l'Afrique sa priorité pour se développer

Orange fait de l'Afrique sa priorité pour se développer à l'international. Depuis quelques mois, l'entreprise française de télécommunications met les bouchées doubles.
Déjà en 2010, le PDG d'Orange, Stéphane Richard, passait à la vitesse supérieure et déclarait vouloir "doubler le chiffre d'affaires dans les pays émergents d'ici à 2015" en pariant sur les pays "à fort levier d'acquisition de nouveaux clients et de croissance : région Afrique Moyen-Orient et Asie". Croissance en flèche, taux de natalité important, nombre de clients et de mobiles ascendant, gamme de service étendue, tout était présent pour attirer les investisseurs.

En outre, l'Afrique apparaît comme le dernier continent où Orange – de par son histoire – peut se permettre d'agir. En effet, les autres continents sont déjà largement couverts par ses concurrents : la Chine par le leader mondial China Mobile, l'Europe et l'Asie-Pacifique par le britannique Vodafone (mis à part quelques exceptions comme la France), l'Amérique du Sud par America Mobil et Telefonica, les États-Unis par AT&T, et la Russie par Vimpelcom. Fort de ses atouts et de ses opportunités, le marché africain demeure un continent attractif pour de nombreux opérateurs, malgré une concurrence toujours plus soutenue.

Développement par acquisitions…
Lire aussi :
>  Orange tente de monter en gamme en Afrique  
>  Orange cherche des relais de croissance en Afrique

Grâce aux acquisitions des filiales d'Airtel, Orange renforce ses positions en ajoutant deux pays à sa couverture et développe sa base clients (5,5 millions de clients en plus).

Lire aussi :
>  Télécoms-Orange poursuit son expansion en Afrique  
>  Orange s'implante en République Démocratique du Congo
En Afrique, Orange se situe derrière le Sud-Africain MTN, Vodafone et l’opérateur émirati Etisalat, tout en profitant d’une zone où il reste des pans entiers de population à équiper. Les géants des télécoms cherchent plutôt à s'étendre géographiquement : déjà en 2014, Maroc Télécom était racheté par Etisalat au groupe Vivendi, et la filiale kényane du groupe indien Essar était démantelée au bénéfice de Safaricom côté réseau et d'Airtel côté abonnés.


Le mobile banking comme nouveau relai de croissance…

Lire plus ici.

Actualities Telecom - En bref

MTN Côte d’Ivoire a posté une vidéo promotionnelle expliquant les avantages de ses services financiers : paiement, transfert d’argent…

Google : Apporter le haut débit rapide et abordable au Ghana avec le Project Link. Au Ghana, dans l’agglo d’Accra, 1,200 kilomètres de fibres…à Kampala, ce sont plus de 700 kilomètres…

Le Gabon fait appel au Français Axione pour le déploiement de sa fibre optique

Le 22 janvier, Axione, une filiale de Bouygues Energies et Services, a annoncé la création de sa filiale Axione Gabon pour l’exploitation technique et commerciale des infrastructures nationales et internationales du Gabon.

Lire+

Sénégal: 5 choses à savoir sur le quatrième opérateur de téléphonie

Cité dans les médias sénégalais principalement pour souligner des ‘accrochages’ avec les autres acteurs du domaine, Hayo, le quatrième opérateur de téléphonie au Sénégal mérite d’être mieux connu.

HAYO a été créé par le ‘Consortium du service Universel’ (CSU), un groupement d’entreprises sénégalaises, attributaire de la licence de Service Universel de télécommunication pour le projet pilote de Matam, suite à un appel d’offres international.

Selon le site Internet de l’opérateur, la région de Matam aurait été choisie par l’état du Sénégal pour son potentiel économique et de sa situation de région périphérique du Sénégal.

Peu d’informations sont disponibles sur Hayo via son site Internet, cependant, voici 5 choses à savoir sur le quatrième opérateur de téléphonie sénégalais:

Lire+

La GSMA annonce les détails du Mobile World Congress 2016

Plus de 95.000 participants, 2.000 exposants attendus pour l'événement de 2016

Londres: La GSMA a présenté aujourd'hui les premiers détails de la GSMA Mobile World Congress 2016, y compris les Conférenciers, les exposants et les sponsors confirmés, ainsi que des programmes et des activités qui ont lieu lors de l'événement annuel de l'industrie mobile.

Sous le thème du «tout Mobile», le Mobile World Congress aura lieu 22-25 Février 2016 au Fira Gran Via à Barcelone, avec des événements qui se tiendront également à Fira Montjuïc. La GSMA attend plus de 95.000 participants de toute l'industrie mobile et des secteurs industriels voisins qui se réuniront pour l'événement 2016.

«L'édition 2016 du Mobile World Congress marque le 30e anniversaire de l'événement et au cours des trois dernières décennies, nous avons connu la croissance et le développement spectaculaire de l'industrie», a déclaré Michael O'Hara, directeur marketing de la GSMA. "Dans le même temps, nous avons cessé d'évoluer Mobile World Congress à suivre le rythme de ce changement et notre événement 2016 reflète cela, avec de nouveaux participants, les programmes et les éléments de l'événement et nous sommes impatients d'accueillir l'industrie du mobile de retour à Barcelone en Février. "

Lire+

Plainte contre les opérateurs de téléphonie mobile au Cameroun pour publicité mensongère sur la 4G

Un procès s’ouvre le 28 janvier au Tribunal de Première Instance de Yaoundé entre la Ligue Camerounaise des Consommateurs (LCC), plaignante et les opérateurs de téléphonie mobile, MTN, Orange Cameroun et l’Agence de Régulation ….des Télécommunications pour mauvais traitements infligés au quotidien aux abonnés.

Selon Delor Magellan Kamseu Kamgaing, le président de la LCC, s’insurge contre "la publicité mensongère relative au lancement de la 4G, mercredi 16 décembre 2015, et l’escroquerie des abonnés qui s’en est suivi".

Lire+>>

Téléphonie: le Maghreb ne veut pas rater le tournant de la 4G

 

Six mois après le Maroc, la Tunisie se prépare à prendre le virage du très haut débit mobile (4G), …
A l'issue de l'appel d'offres lundi, les trois opérateurs du pays, Ooredoo --filiale du groupe qatari éponyme--, l'opérateur historique Tunisie Télécom et Orange Tunisie ont présenté une offre sur les fréquences 4G disponibles.

Une fois l'attribution réalisée, fin février, l'Etat compte sur une mise en service rapide: il espère 20% du territoire couvert dans le courant du second semestre 2016.

"Les obligations de couverture sont très supérieures à ce qui se fait ailleurs sur le continent. Le gouvernement attend 97% du territoire couvert d'ici 10 ans, c'est très au-dessus de ce qui a été demandé au Maroc ou au Sénégal, plus proche des standards français ou européens", commente Victor Marçais, analyste au cabinet Kurt Salmon.

Parmi les mesures imposées par le cahier des charges, les opérateurs ont également pour obligation de commencer par les zones du centre du pays, historiquement défavorisées et théâtre, à nouveau, de manifestations ces dernières semaines.

Le défi est de taille dans un pays qui compte 465.000 foyers abonnés à l'ADSL, sur 2,6 millions, mais plus de 6 millions d'abonnés à l'internet mobile pour 11 millions d'habitants. D'autant qu'il s'agit de ne pas non plus prendre du retard face à ses voisins régionaux, notamment le Maroc, où l'attribution des licences 4G remonte à mars 2015.

Dans ce pays, une étude réalisée sur 2014 par l'Agence nationale de règlementation des télécoms (ANRT) soulignait ainsi que si un foyer sur deux a accès à internet (50,4%), cela passe très majoritairement par une connexion mobile (45,6%) plutôt que fixe (14,5%).

Près d'un an après l'attribution des fréquences, Meditel revendique une couverture 4G dans une vingtaine de villes alors qu'Inwi en déclare 60 totalement et 22 partiellement. L'opérateur historique, Maroc Télécom, ne donne pour sa part aucun chiffre.

- Couverture haut-débit limitée -

En Algérie, la situation est un peu différente: l'opérateur historique, Algérie Télécom, a lancé en 2014 une offre LTE (Long Term Evolution), une version améliorée de la 3G via le fixe qui offre un accès internet en haut débit de 100 Mb/s. La 4G mobile devrait faire prochainement son apparition, le lancement étant prévu pour le premier semestre de cette année.

"Le taux de pénétration du téléphone mobile est de 133% au Maroc, 130% en Tunisie et 110% en Algérie. Mais pour plus de 60% des clients, il s'agit de cartes prépayées. …

"Au Maroc, la problématique est la disponibilité des terminaux compatibles 4G à des tarifs abordables. Pour l'instant, la pénétration de terminaux 4G reste à des niveaux très faibles. Mais la croissance va s'accélérer avec l'arrivée de terminaux moins chers. On peut s'attendre à un taux d'équipement en smartphones 4G de près de 40% en 2020 au Maghreb", estime Victor Marçais.

Lire+

En Bref – Actualités Télécom

Baisse des prix des communications mobiles au Maroc - Lire+ 

Togo : Moov obtient la licence 3G - Lire+

Orange Sénégal refuse à l'Artp ce que Orange France accepte à l ...Lire+

Cameroun : Une amende de 176 milliards - La Commission Nationale Anti-Corruption a exigé des opérateurs de téléphonie de payer 176 milliards de Fcfa à l’Etat pour irrégularités. Lire+

Algérie : le démarrage de la 4G attendu au dernier trimestre 2016

 

Les opérateurs télécoms algériens ont jusqu'au 13 janvier pour retirer le dossier de l'appel à la concurrence pour l'attribution d'une licence 4G. Les opérateurs choisis doivent s'engager à couvrir au moins 10 % des régions du pays dans un délai de quatre ans.

L’Autorité de régulation de la poste et des télécommunication en Algérie (ARPT) a lancé officiellement l’appel à concurrence pour l’établissement et l’exploitation de réseaux publics de télécommunications mobiles de quatrième génération (4G) le jeudi 07 janvier dernier à Alger.

Cet appel à concurrence est ouvert aux trois opérateurs de télécommunications mobiles de droit algérien, à savoir Algérie Télécom Mobile (qui opère sous la marque Mobilis), Optimum Telecom Algérie (Djezzy) et Wataniya Télécom Algérie (Ooredoo), a précisé un communiqué de l’ARPT.

Lire+

4G au Sénégal: La Sonatel s’explique

La Sonatel juge le montant demandé aux opérateurs de téléphonie trop élevé.

C’est via un communiqué de presse relayé par le site d’informations Dakaractu.com, que le leader des Télécoms au Sénégal a tenu à expliquer son refus de faire une offre pour une licence 4G:

« Sonatel a décidé de ne pas déposer d’offres compte tenu des conditions qui ne permettent pas de créer de la valeur pour l’entreprise et l’ensemble des parties prenantes au vu du benchmark effectué.

A titre d’exemple, au Maroc, 2 des 3 opérateurs ont payé l’équivalent de 30 milliards FCFA alors que ce pays est 2,5 fois plus peuplé que le Sénégal et 3,5 fois plus riche. Sous ce rapport, le prix total des licences 4G au Sénégal serait évalué autour de 14,5 milliards FCFA.

De même, en Guinée Bissau, le groupe Sonatel, par le biais de sa filiale Orange Bissau, a pu acquérir les licences 3G et 4G pour un montant de 2 milliards de francs CFA au mois de décembre dernier.
Lire+

Syndicate content