Actualités Télécom

Actualités Télécom

Sénégal : Selon l’ARTP, les promotions télécoms détériorent la qualité de service

Le 21 août 2014, l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) a organisé un séminaire de formation sur les TIC à l'intention des journalistes. Lors de son intervention sur l'état des lieux du secteur des télécommunications au Sénégal et les notions de base de qualité de service (QoS), Seyni Faty, le chef du département marché et télécommunication de l’ARTP a dévoilé qu’ « au niveau du fixe, au courant de l’année, l'opérateur Orange a fait 48 promotions alors qu’Expresso est à 154 promotions l’année. Pour le mobile orange en a fait 343 jours de promotion pendant qu’Expresso a fait 424 jours, et Tigo, 81 jours de promotions ».

Source: Lire+

Maroc: interdiction d'installation d'une antenne-relais

Tribunal de commerce : Le juge estime qu'il y a préjudice malgré l'absence d'entrave à la loi.

Une première dans les annales de la justice marocaine! Un jugement du tribunal de commerce d'Oujda vient d'interdire à « Maroc Telecom » d'installer une antenne-relais sur le toit d'une résidence sise rue Valenciennes à Berkane. L'opérateur a été appelé à exécuter immédiatement cette décision du tribunal sous peine d'une pénalité de 500 DH pour chaque jour de retard, a rapporté un site de presse.

En argumentant son jugement, le président du tribunal de commerce d'Oujda a indiqué que si le préjudice éventuel ou imminent n'est pas pris en compte dans certains dossiers à caractère financier, il n'est pas de même s'agissant des affaires relatives à la santé publique, notamment celle des enfants. Il estime que la réparation du préjudice corporel est difficile à établir essentiellement pour les victimes du rayonnement électromagnétique dont la dangerosité n'est pas établie par les scientifiques. Des menaces pour la santé qu'on passe sous silence vu le poids économique des sociétés du secteur. A ce propos, le magistrat a jugé que ce genre de préjudice doit être circonscrit quel que soit le moment de son identification même s'il s'agit d'un préjudice éventuel ou proche.

Le juge marocain semble donc emboîter le pas à son confrère français, estimant que l'antenne-relais cause un préjudice malgré l'absence d'entrave à la loi puisque les opérateurs de téléphonie sont en règle avec les dispositions réglementaires.

Source : Liberation - Hassan Bentaleb - 30 AOÛT 2014 Lire+

 

En Bref – Actualités Télécom

L’opérateur de téléphonie mobile Orange et l’Organisation non-gouvernementale suédoise Flowminder ont réussi à mettre au point une carte permettant de visualiser les déplacements de la population vivant en Afrique de l’Ouest. Suite

Les abonnés au téléphone mobile du Kenya, Rwanda, Ouganda et Soudan du Sud pourront bientôt communiquer d’un pays à un autre sans avoir à payer des frais de roaming...suite

Le réseau 3G d’Airtel Tchad est opérationnel. Lire

Wipro va renforcer ses activités africaines à partir de l’Afrique du Sud. Lire

Afrique Telecom réalise un chiffre d'affaires de 2,9 M€

AFRIQUE TELECOM est éligible au PEA PME.

Afrique Telecom, opérateur spécialisé dans le haut débit en Afrique dont les FIP et FCPI gérés par ARKEON Gestion sont actionnaires, a annoncé son éligibilité au PEA-PME. Les titres de la société, cotés depuis 2012 sur le Marché Libre parisien, peuvent donc être détenus au travers de comptes PEA-PME. Très largement inspiré du PEA classique, le PEA-PME a pour objectif de réorienter l'épargne française vers les Petites et Moyennes Entreprises et Entreprises de Taille Intermédiaire, en particulier celles qui sont cotées.

Depuis sa création en 2005, Afrique Telecom a développé l'offre de connectivité la plus large du marché couvrant l'ensemble des besoins de connexion des pays africains au réseau mondial. Positionné sur un marché particulièrement porteur, Afrique Telecom révolutionne le monde du satellite avec une offre qui s'adresse aux TPE/PME et aux collectivités locales, voire aux particuliers, qui souvent en Afrique sub-saharienne ne disposent pas de solution de connexion fiable.
 

Afrique Telecom réalise un chiffre d'affaires de 2,9 M€ et distribue ses solutions en Afrique francophone.

Les fonds gérés par ARKEON Gestion sont actionnaires depuis 2011 d'Afrique Telecom, qualifiée entreprise innovante par Oseo.

Rappel :

Société de Gestion de Portefeuille, ARKEON Gestion est agréée par l'Autorité des Marchés Financiers (AMF) pour les activités de gestion à caractère général (en particulier PEA, PEA PME, contrats d'assurance vie en unités de compte) et de capital investissement (FIP, FCPI, paniers de sociétés sous mandat de gestion).

ARKEON Gestion a été précurseur en France de l'utilisation des fonds indiciels cotés (trackers et ETF/Echange-Traded Funds) dans le cadre d'une gestion active.
 

Elle a par ailleurs une expertise sur les sociétés petites et moyennes cotées, et, dans le cadre de ses activités de capital investissement, sur les sociétés petites et moyennes non cotées.

Elle gère un Fonds Commun de Placement à compartiments, le FCP ARKEON, et des Fonds Communs de Placement à Risque, les FIP et FCPI pré-cotation ARKEON.

Enfin, elle est mandatée par des compagnies d'assurances pour gérer des unités de compte de contrats d'assurance-vie.

Source : 09/09/2014 – zone bourse

GSMA approuve Safaricom : les cartes SIM minces présentent un grave risque

L’Association mondiale des opérateurs de téléphonie mobile (GSMA) a écrit à l’Autorité des communications du Kenya (CAK) au sujet du refus de Safaricom à Finserve Africa Ltd d’utiliser la carte SIM mince sur le réseau de l’opérateur pour offrir ses services de paiement par mobile. GSMA soutient le refus du leader des télécoms dans le pays en expliquant dans sa lettre que la carte SIM mince est un grave ...


GSMA soutient le refus du leader des télécoms dans le pays en expliquant dans sa lettre que la carte SIM mince est un grave risque à l’intégrité des plateformes de télécommunications par mobile.

Insérée entre la carte SIM normale et le téléphone, cet outil « a le potentiel de faciliter une attaque « homme du milieu » par observation, collecte et révélation de données sensibles telles que les codes PIN, chiffrement et les clés d’intégrité», indique GSMA. Pour l’Association, la carte SIM mince peut également faciliter l’accès non autorisé à la carte SIM primaire, le changement de paramètres de configuration et l’exécution des actions sans la permission ou la connaissance de l’utilisateur mobile.

suite

Source : Muriel Edjo publié le : 29/08/2014

Algérie télécom étend son offre du service 4G en mode fixe aux clients résidentiels

Le réseau Internet très haut débit 4G en mode fixe (LTE) d'Algérie Télécom (AT) est désormais accessible aux clients résidentiels, précise AT dans un communiqué diffusé mardi par voie de presse.

Lancée le 29 avril dernier lors d'une conférence de presse animée par le directeur général d'AT, le service 4G LTE sans fil est désormais accessible aux clients résidentiels, après avoir concerné les entreprises puis les cybercafés.

Le service 4G LTE permet d'avoir un accès à l'Internet haut débit au pris de 3500 da comprenant un modem et une carte SIM 4G LTE ainsi qu'un volume de téléchargement de 5 Giga octets pour une durée de validité d'un mois, précise AT.

Après épuisement de ce volume, le débit sera restreint à 512 KPPS en illimité jusqu'à expiration de la période de validité de l'offre d'accès ou de la recharge, ajoute-on.

Toutefois recharger le compte peut se faire par l'acquisition de cartes prépayées au niveau des cybercafés ou encore à partir de l'espace de rechargement en ligne destiné à cet effet.

Lire la suite :

Source : 09-09-2014 – le Temps.

Airtel vend 3500 tours africaines à Eaton Towers

Eaton Towers étend sa couverture à 7 pays en Afrique avec plus de 5000 tours, notamment au Ghana, en Afrique du Sud et en Ouganda. © DRLe groupe de télécoms Airtel pousuit sa stratégie de désendettement en vendant une partie de son réseau africain à Eaton Towers.

Le groupe indien Bharti Airtel a trouvé un accord pour la vente de 3 500 tours de télécommunication dans six pays africains (dont les noms n'ont pas été divulgués) à Eaton Towers. Bharti Airtel s’est engagé à louer ses ex-sites sur une période de dix ans. Les détails financiers du contrat n’ont pas été divulgués.

Grâce à ce deal, le gestionnaire de tours, fondé en 2008 par d’anciens cadres dirigeants d’Orange, de Vodafone et Celtel et qui compte comme actionnaire les capital-investisseurs Capital International et DPI, va gérer plus de 5000 tours dans sept pays. Avant l'opération, Eaton possédait 1500 tours au Ghana, en Afrique du Sud et en Ouganda. Et en 2013, la société avait également signé un partenariat avec Telkom Kenya, filiale du groupe Orange pour la gestion de l’infrastructure de son réseau passif.

Lire la suite et le communiqué.

Source : jeuneafrique 9 septembre 2014

En Bref – Actualités Télécom

PCCW Global et Paratus Telecom collaborent pour améliorer la voix en HD et la couverture du réseau MPLS en Namibie et dans les pays voisins. L’interconnexion va stimuler le développement des affaires en Afrique pour les deux opérateurs. PCCW Global gagne également l'accès à l'Angola et à la Zambie. (CP, 2 sept. 2014)

"Il est hors de question de vendre ne serait-ce 1% de la part du capital de Tunisie Telecom, détenue par le secteur public", a affirmé le secrétaire général de l'Union Générale Tunisienne du Travail, Hassine Abassi.

Sur un marché de quarante-cinq millions d'utilisateurs potentiels en RDC, seuls quinze millions de Congolais possèdent une carte SIM.

Les projets de portabilité du numéro mobile (MNP) ont été lents à décoller en Afrique sub-saharienne et leur performance n'a pas été exceptionnelle. Le Ghana est l'exception et a une bonne raison de se vanter de son succès. Russell Southwood s'est entretenu avec Bob Palitz, un consultant en télécommunications qui a été impliqué dans le processus MNP jusqu’au lancement. - Lire plus en anglais.

 

DW et biNu coopérent pour réussir dans les marchés émergents des mobiles africains; Avec ce nouveau partenariat, la Deutsche Welle (DW) s'assure que les utilisateurs mobiles en Afrique ont accès aux nouvelles et aux informations qu'elle produit - même ceux qui n'ont pas une connexion Internet à la maison ou un smartphone. Lire plus en anglais.

 

Afrique: Télécoms - la Chine joue un rôle prépondérant dans le développement du secteur

Ces dernières années une évolution prodigieuse est constatée dans la croissance des télécommunications en Afrique, notamment avec l'augmentation du nombre d'utilisateurs et une baisse des frais d'Internet. La Chine a contribué efficacement à ce développement rapide.

« La Chine, permet un meilleur développement de cette industrie en Afrique », estime Hamadoun Toure, secrétaire général de l'association internationale des télécommunications, cité par Afrique Inside.

Pour sa part, Zhao Houlin, vice-secrétaire général de l'association internationale des télécommunications relève : « On doit le développement des télécommunications en Afrique, au partenariat avec des entreprises chinoises, ces dernières détenant la moitié des parts du marché africain en tant que fournisseur. Dans certains pays africains, ce taux s'élève même à 70% »

L'apport des Chinois dans la croissance des télécommunications en Afrique a permis de casser le monopole détenu dans le continent depuis des années par les géants des télécoms occidentaux. Les Chinois ont contribué à faire baisser le prix des communications, indique un rapport rendu public par une structure américaine en 2011. Cela dit, il faut souligner que la Chine n'est pas le seul pays à s'intéresser au secteur des télécommunications en Afrique. Des compagnies du Japon, du Brésil ou encore de l'Inde ont elles aussi affiché leurs objectifs d'investir dans le continent.

D'après les prévisions de la Conférence des informations et des technologies des télécommunications en Afrique, qui s'est tenue l'année dernière, le nombre d'utilisateurs de téléphones mobiles en 2012 a atteint 761 millions. Ce chiffre devrait atteindre plus d'un milliard en 2015, alors qu'en 2020, 80% des Africains auront accès à Internet.

Selon des experts, cette impressionnante évolution est due à la réforme sur les télécommunications menée dans plusieurs pays, l'ouverture du marché et l'entrée des géants internationaux dans ce secteur, mais aussi aux soutiens et aides accordés par des pays étrangers. Le journal East African justifie cette évolution au fait que plusieurs centres de recherche et des filiales de Nokia, Siemens et Vodafone fleurissent déjà un peu partout sur le continent africain.

Hormis les pays occidentaux qui investissent dans les télécommunications en Afrique, d'autres entreprises s'emploient aussi à développer ce secteur porteur. C'est le cas de la filiale nigériane de l'opérateur émirati Etisalat qui a annoncé en début août la vente de 2 136 de ses tours télécoms au groups IHS, spécialisé dans la gestion de pylônes en Afrique. Le montant de l'opération pourrait atteindre 400 millions de dollars. Elle porterait à 6 540 le nombre de tours possédées et gérées par IHS au Nigeria. Il s'agit ainsi de la première transaction d'envergure de ce type pour un opérateur mobile au Nigeria. IHS s'est engagé de son côté à investir 100 millions de dollars dans ces tours qui devraient être dotées de générateurs plus perfectionnés ou de batteries plus performantes.

« La décision de vendre nos infrastructures à un partenaire commercial expérimenté comme IHS s'inscrit dans notre stratégie d'étendre la couverture et les capacités de notre réseau », a expliqué le directeur général d'Etisalat Nigeria, Matthew Willsher. Cette cession-bail permet aussi au groupe de réduire les coûts de fonctionnement de ces tours. De cette manière, Etisalat peut concentrer ses efforts à améliorer son réseau et à accélérer le déploiement de la 2G et de la 3G au Nigeria.

Signalons qu'Etisalat est une société en plein essor en Afrique et ailleurs. Elle est actuellement présente dans 19 pays d'Afrique, d'Asie et du Moyen-Orient. En novembre de l'année dernière, après des mois de tractations, Vivendi annonçait, dans un communiqué, la vente de sa participation de 53% dans Maroc Telecom au groupe Etisalat, pour la somme de 4,2 milliards d'euros. Le chiffre d'affaires du groupe émirati s'élève à 9 milliards de dollars.

Source : Dépêches de Brazzaville. - Par Nestor N'gampoula  28 AOÛT 2014

Algérie: Djezzy emprunte un milliard de dollars pour son développement

Les actionnaires de GTH ont accepté de céder la majorité de Djezzy.

L'affaire Djezzy est désormais clause. Le 26 août, les actionnaires de Global Telecom Holding, maison-mère de Djezzy, ont approuvé la cession de la majorité de l'entreprise de télécom pour 2,6 milliards de dollars

L'affaire Djezzy est désormais clause. Le 26 août, les actionnaires de Global Telecom Holding, maison-mère de Djezzy, ont approuvé la cession de la majorité de l'entreprise de télécom pour 2,6 milliards de dollars. Leur décision a été prise au cours de l'assemblée générale extraordinaire (AGE) tenue à cet effet. Ce qui met définitivement un terme à «l'affaire Djezzy». Ainsi, le Fonds national d'investissement détient officiellement 51% du capital social de cet opérateur de téléphonie.

Le 18 avril dernier, à Paris, la première phase de cession de Djezzy à l'État s'était matérialisée par la signature d'un accord de principe sur la vente de 51% de Djezzy. Il tenait lieu de «contrat d'achat».

Les signataires étaient GTH, le Fonds national d'investissement (FNI), représentant l'État, et VimpelCom Ltd. Le FNI, lors de l'annonce de la signature du protocole d'accord pour le rachat de la majorité de la société de télécom par l'État algérien, le 18 avril dernier, avait assuré que «cette réorganisation interne de la structure de Djezzy n'aura aucun impact sur ses conditions d'exploitation et n'affectera pas les conditions d'emploi de son personnel».

Avant la clôture de la vente de Djezzy, le groupe GTH devait au préalable payer ses dettes. Ahmed Abdou Domah, le président-directeur général de Global Telecom Holding, avait expliqué que Djezzy paierait tout d'abord les bénéfices dus à Global Telecom, 1,9 milliard de dollars. Optimum, filiale de Djezzy, obtiendrait une facilité financière de 1 milliard de dollars. La dette fiscale de Djezzy, d'un montant de 48 millions de dollars, devrait être payée ainsi qu'une amende de 1,3 milliard de dollars imposée par la Banque d'Algérie pour diverses infractions.

GTH doit aussi verser à Vimpelcom 4 milliards de dollars issus du produit la cession de ses intérêts dans Djezzy. Ce paiement réduirait son endettement envers sa maison-mère d'au moins 800 millions de dollars et de 500 millions de dollars les coûts financiers annuels générés par sa dette globale.

En marge de l'assemblée générale extraordinaire de Global Telecom Holding (GTH), Vincenzo Nesci, le président-directeur général de l'opérateur de téléphonie mobile, a révélé avoir obtenu un prêt d'un milliard de dollars d'une grande banque nationale.

L'argent qui sera reçu par Djezzy après l'exécution de l'acte de cession de la majorité de la société de télécom au Fonds national d'investissement (FNI), représentant l'État dans la transaction, servira au financement des dépenses pour le développement du réseau qu'envisage de réaliser la filiale de GTH.

Djezzy est revenu à l'offensive après avoir été en retard dans le lancement de ses offres 3G. L'opérateur de téléphonie escompte rester le numéro 1 en nombre d'abonnés.

Source : La Tribune, Par Karim Benabdelkader   31 AOÛT 2014.

Syndicate content