Actualités Télécom

Actualités Télécom

Afrique Centrale: L'Afrique centrale bientôt interconnectée

La troisième session de pilotage nationale du projet "Réseau de Télécommunications haut débit à fibre optique de l'Afrique centrale s'est tenue le jeudi 13 mars 2014 dans la cité politique.

L'objectif global de cette session, de l'avis du ministère des postes et de Télécommunications, est d'évaluer globalement, l'état d'exécution du projet et de définir les grandes orientations ainsi que les objectifs du projet CAB (Central African Backbone) pour l'année 2014. Pour la troisième réunion du genre, il est beaucoup plus question, d'évaluer la mise en oeuvre du projet à ce jour. Notamment les résultats attendus (indications de performance ou impact du projet). Et d'adopter toutes les mesures nécessaires à leur évaluation et à leur atteinte.

Le CAB est un projet d'infrastructure intégrateur, qui va permettre au pays de l'Afrique centrale dans la majorité encore enclavés numériquement, d'avoir accès aux câbles sous-marin à fibre optique SAT-3 et bien d'autres, à partir des points atterrissement sur la côte camerounaise. En outre, cet accès permettra l'interconnexion des réseaux haut débit à fibre optique. Et à terme, facilitera la mise sur pied, d'une véritable infrastructure régionale africaine qui reliera l'ensemble du continent.

Par ailleurs, le Projet consiste en la construction d'une dorsale régionale de Télécommunications communément appelé Backbone. La mise en place de ce réseau aboutira ensuite, à une réduction significative du coût des prestations téléphoniques et TIC au Cameroun. L'éclosion des centres d'innovation technologique et d'économie numérique pour accompagner la création des pépinières d'entreprises et des technopoles.

Enfin, le projet CAB va accentuer la capacité des Etats à mettre une véritable administration électronique, en vue de promouvoir l'accès public aux services administratifs essentiels, la numérisation des contenus culturels et touristiques, et l'amélioration de l'image desdits Etats sur

l'internet. Cette dorsale se révèle comme une véritable opportunité pour le développement économique, social et culturel de la sous région . De même que l'amélioration de la qualité des communications électronique.

Du reste, la position géographique du Cameroun étant un atout considérable pour cette interconnexion, les trafics des pays voisins seront collectés pour faire du Cameroun un Hub technologique pour l'Afrique centrale. Toutefois, Il convient de signaler que La banque mondiale participe au coût global du projet CAB à travers les contributions de l'AID et de la banque internationale pour la reconstruction et le développement à hauteur de 215 millions de dollars sur une période de 10 ans. Le programme estime pouvoir lever un montant 97.8 millions de dollars auprès du secteur privé.

Décidé en mai 2007 lors d'un sommet des Chefs d'Etats de la zone Cemac, le projet CAB porte sur la pose de 2660 Km au total de fibre optique dont 1000 Km d'infrastructures déjà existantes

Source: Camer.be

Tunisie: Les opérateurs de téléphonie mobile à l'index

Les dépassements relatifs aux offres commerciales présentées par les trois opérateurs de téléphonie mobile en Tunisie ont augmenté de manière considérable entre 2011 et 2013, a fait savoir M. Faïçal Ajina, vice-président de l'Instance nationale des télécommunications (INT).

Le responsable a déclaré, à l'agence TAP, en marge d'une journée d'information organisée mardi, à Tunis, sur le thème «Respectez nos droits de téléphonie», que ces dépassements se sont poursuivis au cours des deux premiers mois de 2014 et que l'instance publie, chaque fin de mois, sur son site officiel toutes les données relatives au sujet.

Ces dysfonctionnements concernent la non-application de la législation en vigueur par les opérateurs de téléphonie mobile, sachant que ces derniers commercialisent directement leurs offres sur le marché, sans les soumettre à l'INC pour approbation, tel que dicté par la loi.

Et de poursuivre que certains opérateurs se permettent de modifier le contenu des offres commerciales, après approbation de l'instance.

Il a souligné que l'INT œuvre à lutter contre ces pratiques à travers une meilleure régulation du marché en vue de favoriser une concurrence loyale et équitable entre les différents opérateurs, l'objectif final étant de garantir le droit à la communication au profit du citoyen.

Plusieurs dossiers sont examinés actuellement par l'instance, qu'il s'agisse de litiges entre les différents opérateurs ou de dossiers pris en charge volontairement par l'instance dans ce domaine.

L'INT a prévu des sanctions à l'encontre des opérateurs de téléphonie mobile en cas de non-respect des cadres législatif et institutionnel ainsi que des décisions de l'instance en matière de respect des règles de la concurrence loyale, a-t-il ajouté.

M. Ajina a fait état de la disposition de l'INT à s'ouvrir aux composantes de la société civile, notamment celles actives dans le domaine de la protection du consommateur, et à collaborer dans le cadre d'une approche participative en vue de sensibiliser le consommateur à ses droits et devoirs en la matière.

Source: La Presse

Congo-Kinshasa: Téléphonie mobile - Yozma Timeturns a payé 5.062.500 USD à la DGRAD

La société de téléphonie mobile Yozma Timeturns a payé la première tranche de 5.062.500 dollars américains jeudi 20 mars 2014 à la Direction générale des recettes administratives et domaniales (DGRAD) de la RD Congo conformément au calendrier convenu dans l'Acte d'engagement signé en janvier dernier à Kinshasa par les deux parties sur « les modalités de paiement des frais des licences ».

Une source crédible a indiqué que cette société avait « obtenu sa licence en 2009, la plus coûteuse en République démocratique du Congo, soit 65 millions de dollars américains ; mais les fréquences, qui lui avaient été attribuées, avaient connu beaucoup de problèmes d'ordre judiciaire et technique ».

Cependant, déterminés à s'installer en RDC et à soutenir les Cinq Chantiers du chef de l'Etat Joseph Kabila Kabange dans le secteur économique et celui de la création des emplois, les investisseurs de Yozma Timeturns n'ont « p as baissé les bras ». Ainsi se justifie le paiement, jeudi 20 mars 2014, de la première tranche des frais dus à l'Etat congolais.

La société Yozma Timeturns, qui vient de recevoir les moyens financiers pour payer le solde de ses licences, « va commencer les premiers essais de son réseau au deuxième trimestre de l'année en cours avec les souhaits de plein succès » et de « bonne chance à ses dirigeants », selon la source.

Le Groupe Timeturns, auquel appartient Yozma Timeturns, est expérimenté dans la téléphonie mobile. Il est installé en Afrique, en Amérique, en Asie et en Europe.

Source: Le Potentiel

En Bref – Actualités Télécom

- Les agents de Tunisie Télécom se sont rassemblés devant l'Assemblée Nationale Constituante (ANC) à l'appel de la Fédération Générale des Postes et télécommunications pour protester contre le projet de loi, proposé par le gouvernement sortant, stipulant le licenciement d'un nombre d'agents de Tunisie Télécom.

- Deux entreprises des télécommunications opérant en République démocratique du Congo recourent à l'arbitrage de l'Autorité de régulations des postes et télécommunications (ARPTC), suite au non respect du prix plancher à appliquer dans le secteur des télécoms. Certains sources accusent Orange de tenter un coup de force contre Africell S.A, au motif que ce dernier applique un tarif préférentiel, ne respectant pas le prix plancher.

- Au Maroc, l'Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) a défini de nouvelles règles applicables à partir du 1er avril 2014, relatives à l'identification des abonnés mobiles. Les opérateurs sont tenus de veiller à ce que tout détenteur d'une carte mobile (2G/3G) soit identifié. Ainsi, à compter du 1er avril, l'accès d'un nouvel abonné aux services mobiles (2G/3G) sera soumis à l'identification préalable et complète du client au moment de la souscription.

- La Fondation Mozilla et  le fabricant de puces chinois Spreadtrum ont annoncé le 24 février 2014, au Mobile World Congress, à Barcelone qu’ils mettront sur le marché pour les pays émergents des smartphones à 25 dollars fonctionnant sous le système d'exploitation Open source Firefox. Le smartphone en question sera conçu par son partenaire chinois Spreadtrum qui indique que l’appareil sera basé sur un processeur Cortex A5 cadencé à 1 GHz. Il disposera d’un écran d'une diagonale de 3,5 pouces, d’un espace de stockage de 2 Go, d’une mémoire vive de 1 Go, d’un objectif photographique de 2 mégapixels et d’une connectivité WiFi et Bluetooth.

- Le gouvernement tchadien a lancé, le 13 février, le processus de privatisation de la Société des télécommunications du Tchad (Sotel). Les investisseurs «expérimentés» intéressés par le rachat de 80% du capital de l’entreprise publique ont été invités à manifester leur intérêt jusqu’au 21 février à 15h00 (heure de N'Djamena).

La Déclaration de Brazzaville entérine l'interconnexion des pays de la sous-région

A l'issue de la réunion interministérielle qui a réuni durant deux jours les ministres des Postes et Télécommunications du Congo, du Tchad et de la République démocratique du Congo sur le projet Central African Backbone (CAB), un accord a été signé. Dénommé « Déclaration de Brazzaville », il vise à interconnecter le réseau à haut débit en fibre optique d'Afrique centrale

Dans le cadre de cet accord, les pays s'engagent à assurer un accès ouvert aux infrastructures de télécommunications en tout point de leur territoire respectif, à établir et renforcer des politiques nationales propices à la création de conditions favorables de prévisibilité et de transparence de la concurrence dans le secteur des télécommunications.

Les pays signataires se déclarent déterminés à mobiliser davantage de ressources à travers, notamment, des partenaires publics et privés tout en facilitant les investissements privés pour le développement des infrastructures à large bande. Une collaboration étroite entre les ministères nationaux en charge des travaux publics (transport ferroviaire et aménagement routier) est également prévue en vue d'une planification harmonisée des ouvrages.

« Nous nous sommes engagés véritablement sur la route de l'interconnexion sous-régionale. Et je suis fier que le Congo soit le point de départ de cette convergence », a déclaré le ministre congolais des Postes et Télécommunications, Thierry Lezin Moungalla.

Un mémorandum d'interconnexion bilatérale entre le Congo et le Gabon sera signé à l'occasion du forum Build Africa qui s'est ouvert le 5 février.

Cet accord, qui permet d'harmoniser le régime d'interconnexion au niveau sous-régional, répond à la volonté des chefs d'État des pays de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cémac) et de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (Cééac) de mettre en place un réseau connectant les capitales africaines aux réseaux mondiaux.

Source: Les depeches de Brazzaville

Maroc: Les prix de la téléphonie mobile baisse de moitié en 5 ans

La baisse des prix de télécommunications se confirme à travers les indices des prix des services des télécoms sur la période 2008-2013, a indiqué l'Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) dans un communiqué parvenu à Libé.

Pour le marché du mobile, l'ANRT a fait état d'une baisse importante des indices des prix, précisant que le segment voix a reculé de 55% entre 2008 et 2013, tandis que la data (Internet 3G) a baissé de 87,5%, relève ledit communiqué relatif à l'actualisation des indices des prix des services des télécommunications au Maroc.

Cette baisse est due principalement à la forte concurrence que connaît ce marché et à l'efficacité des leviers de régulation mis en œuvre par l'ANRT, explique l'Agence.

S'agissant du marché du fixe, l'ANRT souligne que seuls les services relevant des marchés concurrentiels enregistrent des baisses au niveau des indices de prix, tandis que le segment voix du marché grand public, tiré par l'introduction de la mobilité restreinte, connaît une baisse de 55% sur la période 2008-2013.

Quant à l'indice afférent au marché global fixe affaire (enterprise et professionnel), il a reculé de 29,5%, a souligné l'ANRT qui explique cette légère baisse par la faible concurrence, en particulier sur le segment data et transmission des données.

Source: Libération

Côte d'Ivoire: Euloge Soro présente les missions de l'ANSUT

Le directeur général de l'Agence nationale du service universel des télécommunications-Tic (Ansut), Euloge Soro-Kipeya a,présenté cette structure, ses missions et ses ambitions pour le secteur des Technologies de l'information et de la communication (Tic).

« La mission principale de l'Ansut est de permettre l'accessibilité de tous, dans toutes les localités du pays, aux technologies de l'information et de la communication.

Mais aussi mettre un accent particulier sur la technologie du Code division multiple access (Cdma, système de codage des transmissions permettant à plusieurs liaisons numériques d'utiliser simultanément la même fréquence). Cette technologie est, dorénavant, disponible dans plus de 1000 localités en Côte d'Ivoire », a dit Euloge Soro.

Poursuivant, il a indiqué que cette agence vise, entre autres, à vulgariser de nouvelles méthodes et technologies, permettre aux populations d'avoir connaissance du degré d'avancement des infrastructures des Tic, rassurer le secteur privé quant à la mise à disposition de nouveaux marchés, donner un souffle nouveau à l'autorité d'État dans les zones rurales et redonner espoir aux populations qui souffrent du chômage, de l'exclusion numérique...

L'Ansut a entre autres projets, la fourniture et l'établissement d'un réseau de transmission en fibre optique appelé "projet national de téléphonie rurale", le projet de gouvernance électronique (E-gouv), le projet du réseau panafricain du service en ligne, le projet E-agriculture, le projet 5000 cybercentres en vue de désenclaver les zones rurales et le projet un citoyen, un ordinateur.

Pour clore, Euloge Soro-Kipeya a souligné que sa structure a pour mission d'élaborer les cahiers de charges des programmes de service universel des télécommunications. L'agence en assure le financement, la mise en œuvre.

Elle assure également la gestion des opérations d'investissement financées par l'État dans le domaine des télécommunications. Tout comme la maintenance, la gestion et la réhabilitation du patrimoine immobilier servant de cadre d'exploitation au secteur des télécommunications.

Pour rappel, l'Ansut est sous tutelle du ministre en charge de la Poste et des technologies de l'information et de la communication, et a été créée par l'ordonnance 2012-293 du 21 mars 2012 relative aux télécommunications et aux technologies de l'information et de la communication.

Source: Fraternité Matin

En Bref – Actualités Télécom

- L’équipementier télécom Alcatel-Lucent a signé un contrat avec l’opérateur Libyan International Telecommunication Company (LITC) pour bâtir un nouveau système de câble sous-marin de fibre optique long de 1000 km. Cette infrastructure, qui va relier la capitale libyenne Tripoli à Benghazi, va soutenir les efforts du pays pour redynamiser son économie.

- En Algérie, l'opérateur public de la téléphonie mobile Mobilis annonce la certification, par l'Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (Arpt), de la conformité de son réseau 3G++ aux obligations du cahier des charges.

- C'est avec un concert géant qu'Eto'o Telecom avait été lancée en 2012 à Douala, la capitale politique du Cameroun. Moins de ans après, l'état des lieux est triste. En effet, si l'on en croit le magazine panafricain Jeune Afrique, la société de téléphonie mobile de l'attaquant de Chelsea a de sérieux problèmes qui s'expliquent par un « Management instable, stratégie peu lisible, manque de réactivité... ».

- Le 30 janvier 2014, le fournisseur de service Internet YooMee Africa a annoncé le démarrage de ses activités en Côte d’Ivoire. L’annonce a été faite lors du Forum ICI 2014, organisé par le gouvernement ivoirien. La société est en train d’installer un réseau LTE dans le pays avec le soutien de l’équipementier télécom Alcatel-Lucent. Elle a investi 5 millions d’euros dans ce chantier dont le lancement commercial est prévu en mai.

Congo-Brazzaville: La fibre optique doit être opérationnelle en 2014

Le ministre des Postes et Télécommunications, Thierry Moungalla, a invité l'administrateur général de Congo Télécom, M. Akouala, qui conduit le Projet de couverture nationale (PCN), à tout mettre en œuvre pour que la fibre optique soit une réalité au Congo cette année. De plus en plus sceptiques à ce sujet, les Congolais attendent de surfer en haut débit

Le ministre a adressé son invite le 21 janvier, lors de la traditionnelle cérémonie d'échange de vœux avec le personnel public et privé du secteur. En 2014, a-t-il souligné, l'inauguration officielle de ces infrastructures devra avoir lieu, afin de lancer l'exploitation de la fibre. Bien que les tests réalisés depuis plusieurs mois à Brazzaville et Pointe-Noire, dans les entreprises et chez les particuliers, rencontrent un écho favorable, les Congolais attendent de goûter aux « délices » de cette technologie tant attendue. Dans le même volet, la poursuite des projets de couverture nationale et la réalisation de l'interconnexion sous-régionale dans le cadre du projet CAB sont considérées comme des priorités.

L'opérateur public des télécommunications, Congo Télécom, connaîtra une réforme juridique au cours de cette année. Il s'agit, a expliqué Thierry Moungalla, d'arrimer cette société aux exigences du moment pour la rendre plus compétitive. « Il s'agit d'une réforme juridique et non d'une restructuration », a-t-il précisé.

Après la mise en service de la Banque postale du Congo en 2013, 2014 verra la poursuite du redéploiement de la poste dans les localités de l'intérieur. Cette année sera également celle de l'adoption des textes renforçant le cadre juridique du secteur. Les lois sur la société de l'information, la cybersécurité, la lutte contre la cybercriminalité, les transactions électroniques, etc. sont attendues. La mise en place du conseil de régulation de l'Agence de régulation des postes et communications électroniques et du Fonds de service universel des communications électroniques est, entre autres, prévue au cours de 2014.

Chez les opérateurs de téléphonie mobile, le ministre a appelé à l'amélioration du réseau qui, ces derniers temps, laisse à désirer. Évoquant par ailleurs le « rapprochement synergique » entre les sociétés Airtel et Warid qui connaîtra cette année une issue définitive, Thierry Moungalla a rappelé que « le gouvernement, sur la base des instructions réitérées du président de la République, veillera autant que de besoin à la réalisation harmonieuse, notamment sur les plans humain et technique, de cette opération macro-économique majeure pour notre secteur ».

Source: Les Dépêches de Brazaville

Sénégal: Contrefaçon - 1846 téléphones saisis

Au total 1846 téléphones contrefaits ont été saisis dans plusieurs points de vente de Dakar, les 6 et 7 janvier derniers, sur intervention de la Brigade nationale de lutte contre la piraterie et la contrefaçon.

Cette opération de police a été menée dans plusieurs marchés dakarois, où les produits saisis étaient faussement estampillés "Samsung", rapporte la firme mondiale de l'industrie électronique, dans un communiqué reçu à l'APS.

"Samsung Electronics (...) a annoncé vouloir s'opposer plus fermement aux fabricants et fournisseurs de téléphones portables contrefaits qui sèment la confusion auprès des acheteurs souhaitant se procurer la qualité d'origine Samsung", rapporte la même source.

Selon le texte, la multinationale poursuit ses enquêtes "pour débusquer les fournisseurs qui contrefont ces articles et fournissent ainsi des produits de qualité inférieure et assortis d'aucune garantie".

L'opération de saisie, menée début janvier dernier, venait à la suite des précédentes "campagnes raids" du groupe coréen, déroulées en mars et avril 2013 au Sénégal, en vue de mettre fin aux "agissements de ces opérateurs illicites".

"L'entreprise intente également des actions en justice contre ces contrefacteurs" pour défendes ses droits de propriété industrielle, signale le communiqué.

Outre les saisies sur le marché intérieur et le contrôle des importations aux frontières, des sessions de formation et de sensibilisation sont régulièrement proposées aux commerciaux déployés dans les points de ventes. Les campagnes de sensibilisation ciblent aussi des consommateurs.

Toutes ces activités, explique la multinationale, visent à "leur indiquer, pour chaque nouveau produit, comment différencier les produits originaux des produits contrefaits".

"De telles initiatives s'inscrivent dans la démarche du groupe coréen d'accompagner les pouvoirs publics dans la lutte contre la contrefaçon, considérée comme une infraction au Sénégal et qui constitue un véritable frein à l'innovation technologique, à la création d'emplois et de richesses ainsi qu'aux investissements directs étrangers."

L'industriel dit avoir lancé un fonds mondial pour la protection de la propriété intellectuelle et s'engage à poursuivre la lutte contre la contrefaçon au Sénégal et ailleurs en Afrique, en partenariat avec les autorités publiques compétentes.

Source: APS
Syndicate content