ACTUALITéS éCONOMIQUES

Cameroun: Le transfert d'argent via le mobile est désormais possible

C'est le fruit d'un partenariat entre la compagnie de télécommunication Orange Cameroun et la Bicec. Il sera désormais possible pour les abonnés de Orange Cameroun de régler leurs factures d'électricité ou d'effectuer des émissions et des retraits d'argent par le canal de leur téléphone portable. Et ce, à moindre coût. Car, le payement de facture équivaut «aux frais de taxi pour chacune des factures payée», précise Elsa Muzzolini, chef du projet Orange money.

Une solution de «mobile payement» de la compagnie de télécommunication Orange Cameroun. Fruit d'un accord de partenariat signé en novembre 2010, entre l'opérateur privé de la téléphonie mobile et la Banque internationale du Cameroun pour l'épargne et le crédit (Bicec), retenu par Orange comme banque partenaire.

L'aval de la Banque des états de l'Afrique centrale (Beac) obtenu le 1er août 2011 rend ainsi possible un projet, premier du genre, en Afrique centrale. Mais au préalable, il a fallu aux deux partenaires travailler de concert avec les autorités monétaires de la zone Cemac, telles la Beac et la Commission bancaire d'Afrique centrale (Cobac), afin de circonscrire le périmètre juridique et sécuritaire du projet, de même que l'obtention de l'autorisation.

C'est ce qui ressort de la conférence de presse organisée mardi 2 août 2011, à l'hôtel Akwa Palace de Douala. Les deux structures partenaires représentée par Jacqueline Mekongo, Directeur général par intérim d'Orange Cameroun et Frédéric Reynaud, Directeur central du développement à la Bicec ont expliqué les différentes modalités à remplir pour bénéficier de ce nouveau service.

Non sans avoir présenté les différents avantages. En effet, il suffit de composer //150 // après avoir crédité son portefeuille Orange money, à partir de l'un des points de vente Orange.

Et, « le réseau de distribution permettre de procéder aux inscriptions, dépôts, et retraits sur toute l'étendue du territoire », rassure Jacqueline Mekongo. Une solution qui, à en croire Fréderic Reynaud est plus rapide et plus sécuritaire. Le nouveau produit sera testé dès lundi pour juger de sa viabilité.

Source: Mutations

Tweet  LinkedIn  Send to a friend  Share