ACTUALITéS INFORMATIQUES

Services informatiques: Madagascar, un nouveau « hub » de l'océan Indien

Madagascar peut-elle devenir une destination phare des services informatiques ? Nombreux sont les opérateurs qui croient réellement à cet avenir. Surtout que la Grande île est reliée à deux câbles optiques sous-marins, Eassy et Lion.

Le secteur du service informatique transforme petit à petit le paysage économique malgache. La plupart des jeunes entrepreneurs se tournent actuellement vers le « business process outsourcing » ou bien le service de sous-traitance.

Le nombre de services offerts par les sociétés implantées durant ces dernières années varient : service clientèle, vente, prise de rendez-vous, campagne de promotion, finance, e-business, et tout autre métier autour du Web, comme rédacteur web, développeur ou télé-opérateur. Il suffit de faire un petit tour sur les sites d'emplois comme jobmada.com pour se rendre compte du développement réél du secteur.

Madagascar représente une menace réelle pour les autres destinations de l'Océan indien. L'arrivée des câbles optiques a fait trembler les entreprises mauriciennes, l'une des destinations phares du marché francophone.

Si « le manque d'infrastructure représente un réel obstacle au développement du secteur des nouvelles technologie », ainsi que le confie un responsable d'une société de service et d'ingénierie en informatique (SSII) locale, la connexion de Madagascar avec le reste du monde aux câbles optiques sous-marins Eassy et Lion.

« L'installation de ces fibres optiques a toujours eu un impact positif sur l' économie des pays où cela est arrivé, avec la création de plus de sociétés travaillant dans le secteur de la nouvelle technologie de l'information et de la communication (NTIC), la présence des investisseurs étrangers, et la création de milliers d'emplois.

L'e-banking se développe grâce à ce type de connexion plus fiable. Il faut s'attendre à une hausse du taux de croissance et du produit intérieur brut (PIB), à la fois par les activités directes du secteur et par les effets indirects sur la facilitation des activités dans les autres secteurs.

Désormais, Madagascar peut figurer sur la carte des destinations des offshores et services informatiques », a déclaré Olivier Robinson, un grand spécialiste du secteur TIC dans une interview accordée à L'Express en décembre 2010.

Pour les opérateurs regroupés au sein du groupement des opérateurs en technologie de l'information et de la communication (Goticom), leur position est claire. « La destination Madagascar est et reste toujours une destination à fort potentiel pour les Technologies de l'Information et de la Communication, d'autant que les crises qui se sont succédé - mondiale et nationale - n'ont eu que peu d'impacts sur les entreprises du secteur ».

Si Maurice est très connue dans le domaine de l'offshore informatique, elle a un problème de ressources humaines qualifiées actuellement. Elle se voit obligée de recruter des compétences, non seulement malgaches mais aussi sur le continent africain. Madagascar est le vivier de ressources humaines de la sous-région. Chaque année, 50 à 100 ingénieurs sortent des grandes écoles malgaches.

A cela s'ajoutent les techniciens formés par les différents instituts privés. « Madagascar représente un réel danger pour l'offshore mauricienne. Le manque de personnel inquiète beaucoup les investisseurs », explique un autre opérateur.

Mais à chaque problème, une solution. Si dans un premier temps, les opérateurs ont importé leur main-d'oeuvre de la Grande île, ils privilégient aujourd'hui l'option de délocaliser leurs activités dans la Grande île. Madagascar est donc une plaque tournante, un nouveau carrefour pour les services informatiques. En mars dernier, Maurice se voit obligée de tisser un partenariat avec la grande île.

C'est ainsi que le Goticom et son homologue mauricien l'Outsourcing and telecommunications association Mauritius (OTAM) ont signé un protocole d'accord visant à promouvoir la destination Tic dans l'Océan indien.

Source: L’Express de Madagascar

Tweet  LinkedIn  Send to a friend  Share