amos
view counter

Dernières Nouvelles des TIC en Afrique - Edition Française, 23 juin 2016 - No 269

L'éditorial du mois

  • Il existe de multiples raisons pour lesquelles les prix d’accès aux télécoms, et srutout à l’internet haut débit sont encore trop élevés en Afrique pour répondre « aux réalités africaines ». Le déclic sur ce continent se fera lorsque les prix seront vraiment bas et la qualité élevée. C’est une question de taille critique du parc d’utilisateurs.

    Nous pensons que les signaux sont au vert : notre dernière mise à jour de l’étude (payante) sur la 4G-LTE en Afrique - qui est mise à jour chaque mois, pays par pays - montre que cette technologie a été lancée dans 31 pays d’Afrique à ce jour !

    A travers une autre étude sur mesure récente concernant la chaine de valeur des prix des services télécoms, nous avons fait plusieurs constats intéressants grâce à une enquête terrain. Sans rentrer dans les détails, voici les plus significatifs.

    1. Nous ne leur lançons pas la pierre car ils ont investi des milliards, employé des millions de personnes et ont transformé le paysage, mais les opérateurs mobiles élaborent souvent leurs offres de manière à rendre difficile toute comparaison directe.

    2. Retour sur investissement oblige, certains s’accrochent à la voix tant bien que mal, alors que le volume de la donnée gagne du terrain. Moteur de croissance incontesté, les opérateurs doivent trouver un équilibre entre investissements, marges et baisse des prix d'accès à internet pour les citoyens du continent africain.

    3. On s’est aussi rendu compte que comme on peut s’y attendre, dans des marchés plus concurrentiels, la bande passante internationale est devenue un produit banalisé, ce qui n’est pas le cas dans les pays à monopoles. Dans ces premières conditions, les opérateurs vendent des volumes élevés avec de faibles marges.

    L'arrivée de services internationaux dont les prix sont plus compétitifs a fait pression sur les coûts de gros nationaux et locaux, engendrant une baisse des prix. Lorsque les prix de gros internationaux deviennent compétitifs, il est aisé de déduire que les services aux citoyens finaux sont plus bas, mais pas toujours à cause de blocages et monopoles.

    L’opérateur historique doit opérer la transition de sa stratégie commerciale allant d'un "prix élevé, pour un faible volume", vers un "prix bas, pour un volume élevé".

    Du point de vue de la politique, les gouvernements se doivent d'accélérer cette libéralisation, car elle aidera les utilisateurs en entreprise et les particuliers à faire une plus grande utilisation de l'Internet (haut débit) et, ce faisant, à développer l'économie du pays. Ils doivent poursuivre leurs efforts de libéralisation du secteur, encourager la concurrence et poursuivre le déploiement de la fibre.

     

    ____

     

    Au sommaire - Dans Cette édition:

     

    Actualités Télécoms 

    1.Orange investit près de 1 milliard d’euros chaque année sur la zone Afrique Moyen-Orient (Bruno Mettling)

    2.la Sonatel obtient la 4G pour 100 milliards FCFA

    3.Tanzanie: 990 000 téléphones contrefaits en cours de désactivation

    4.Tigo Sénégal : dernier état des lieux

     

    Actualités Internet

    1.Orange Egypt devra verser l’équivalent de 399 millions $, pour s’offrir la licence 4G

    2.RDC: l'agence de régulation demande la baisse du prix de l'Internet mobile

    3. Rwanda: les tarifs Internet 4G réduits à nouveau pour faciliter l’accès au très haut débit

     

    Actualités informatiques

    1.Tigo Sénégal va construire un Datacenter à Diamniadio

    2.NTIC : Marseille se développe en 2016 avec des câbles vers l’Afrique et data centres 

    3.Poulina : inaugure le plus grand Datacenter en Afrique

    4.L’Algérie bloque les réseaux sociaux pour contrer la fraude au bac

     

    Actualités économiques

    1. Côte d'Ivoire - Numérique : de bien trompeuses apparences !

    2.Algérie: le partenariat VimpelCom-Ericsson va faire de Djezzy un opérateur numérique

    3.MTN Côte d’Ivoire lève 140 milliards de F CFA pour accélérer ses investissements

     

    Actualités de la convergence

    1.Télécoms : Orange se positionne dans le transfert d'argent

    2.Africa4Tech : "L'Afrique s'inscrit dans un nouveau paradigme"

    3.En Afrique, la microfinance se met au service de l’énergie solaire

    4.Le secteur audiovisuel en Afrique bousculé par la VoD sur internet (Netflix ?)

     

    Plus d'Infos

    CONFERENCES & SEMINAIRES

    People

    EMPLOIS & OPPORTUNITES

     

Actualités Télécom

  • Investissements, acquisitions, création d'un holding… C'est sur le continent que l'opérateur français enregistre sa plus forte croissance. Son nouveau patron Afrique, en poste depuis deux mois, nous a réservé sa première grande interview.

    DRH d’Orange pendant six ans, Bruno Mettling a pris le 1er mars la direction des opérations du groupe français en Afrique et au Moyen-Orient. Recruté en 2010 par le PDG, Stéphane Richard,

    Si sa nomination a pu surprendre, Bruno Mettling rappelle qu’il connaît déjà un peu le continent pour avoir travaillé avec la Banque mondiale aux Comores dans les années 1980, au Tchad dans les années 1990 et qu’il a, au début des années 2000, coordonné la reprise de la Bicec au Cameroun pour le compte de la Caisse d’épargne. Sans oublier la gestion RH des 21 000 salariés qu’Orange emploie en Afrique et au Moyen-Orient.

    Jeune Afrique : Quelle est votre feuille de route ?

    Bruno Mettling : L’Afrique et le Moyen-Orient sont les territoires qui connaissent la plus forte croissance au sein du groupe. …

    Plus concrètement…

    Quand on a 112 millions de clients sur le continent, quand un Africain sur dix est un client Orange, quand on investit près de 1 milliard d’euros chaque année sur la zone, on le fait avec la volonté de répondre aux attentes de nos clients – qu’il s’agisse de particuliers ou de PME -, mais aussi avec celle d’apporter notre savoir-faire dans le déploiement des politiques publiques en matière d’éducation, de santé ou encore d’électrification des zones rurales, qui s’appuient de plus en plus sur les outils numériques.

    lire tout l’article >>

  • Après un feuilleton qui aura duré plusieurs mois, impliquant les différents opérateurs de téléphonie et l’Etat sénégalais, c’est finalement la Sonatel qui obtient le Sésame, la «fameuse 4G» en contrepartie d’un chèque de 100 milliards de nos francs.
     …
    Le Sénégal a enfin sa 4G, succédant à la 2G et à la 3G, le groupe Orange, actionnaire majoritaire de l’opérateur historique des télécommunications Sonatel, a réussi à décrocher le Sésame pour la somme de 100 milliards Fcfa. Pour dire plus simple, grâce à cette technologie dite de quatrième génération, les sénégalais vont désormais accéder à Internet à partir d'une tablette, d'un Smartphone, ou mieux d'un ordinateur portable avec un confort et des débits bien supérieurs à ceux de la 2G, de la 3G ou de l'ADSL. Les consommateurs pourront télécharger plus rapidement des données avec une navigation Internet plus fluide et avec moins d'attente, de nouveaux services tels que la vidéo haute définition, la vidéo à la demande, la musique en streaming ou des jeux en réseau avec des temps de réponse plus courts que ceux qu’on a connu jusqu’ici.
     …
    S’il est vrai que la 4G améliorera l'expérience des utilisateurs de l'Internet mobile au Sénégal, les inquiétudes sont nombreuses…
     …
    Lire+

  • (Agence Ecofin) - Quatre jours après le lancement de l’opération de désactivation des appareils contrefaits,  630 000 faux appareils ont déjà été déconnectés du réseau téléphonique, rapporte la presse locale. Au total, ce sont 990 000 téléphones de qualité douteuse qui doivent être  désactivés. Selon le directeur général de l’organe de régulation des télécoms, James Kilaba, il y a 33 millions d’utilisateurs de téléphones mobiles en Tanzanie et 3% des appareils utilisés sont des téléphones contrefaits.

    Avant, les téléphones contrefaits représentaient 25%  des appareils utilisés par la population.

    la suite ici.

  • Tigo Sénégal

    Lancé en 1999, la société offre le GSM et les réseaux 3G+ à ses clients. Plus de 3 millions de clients utilisent les services mobiles, Internet et financiers de Tigo.
    La société emploie 387 personnes directement et 15 000 indirectement. Investissement de plus de 220 millions de dollars entre 2012 à 2014 dans le marché sénégalais.

    Formation de 2 000 membres du personnel : Tigo est l'un des principaux fournisseurs de services mobiles du Sénégal, Tigo fait partie de la compagnie de télécommunications et médias internationaux Millicom, qui compte plus de 50 millions de clients dans 13 pays en Afrique et en Amérique latine. Il fournit des services mobiles au Sénégal depuis 2006 et est devenu le quatrième réseau de Millicom en Afrique.

    Nous opérons les réseaux GSM, 3G, 3G+ et sommes aujourd'hui l'un des principaux fournisseurs de services mobiles du Sénégal. Tigo s’est engagé à développer son investissement sur les services au Sénégal afin de répondre à la demande croissante dans le pays. De part ces investissements, nous avons renforcé et élargi notre réseau en couvrant 14 régions du Sénégal.
    Depuis 2014, Tigo Sénégal teste le réseau 4G et se prépare pour le lancement commercial dès l’autorisation de l’ARTP.

    Nos services connectent le Sénégal à un monde digital : Plus de trois millions de clients bénéficient de notre qualité de réseau en utilisant notre nouveau réseau 3G + qui a vu son marché Internet mobile pousser plus de 24% au premier trimestre de 2014. Grâce à notre nouvelle licence de douze mois pour piloter la technologie 4G, nous voulons capturer ce marché en expansion, et avons investi plus de $ 220 000 000 entre 2012 et 2014 pour moderniser et étendre notre réseau ; nous créons une connexion Internet plus rapide pour nos clients.

    Tigo représente plus que la communication traditionnelle voix et SMS, nous innovons continuellement en offrant de nouveaux produits et services pour accélérer l’inclusion numérique dans le pays. En Avril 2014, nous avons apporté une innovation avec l’introduction de services mobiles financiers avec Tigo Cash qui permet à nos clients de transférer en toute sécurité de l’argent dans l’ensemble du territoire nationale et d’effectuer des paiements en utilisant leurs téléphones mobiles. En 2014, nous avons lancé le " Tigomatic " - un guichet self-service disponible 24/7 permettant aux clients de pouvoir recharger du crédit, acheter une SIM, récupérer un numéro et transférer de l’argent.

    En 2013 Tigo a été le pionner des services de Wi-Fi sur les transports publics de Dakar. Nous avons également rendu l'assurance plus accessible pour nos clients avec Tigo Kiiray, premier service d'assurance vie mobile du Sénégal. Depuis son introduction en 2012, nous avons vu une forte absorption parmi nos clients Tigo, avec 13% actuellement inscrits à notre service d'assurance.

    Tigo contribue à la croissance économique du Sénégal : Nous accordons une grande importance à l'investissement dans l'économie sénégalaise, par l'amélioration de l'infrastructure locale, investissement dans le talent local, ou la mise en place de services pour aider les entreprises sénégalaises.
    Nous avons investi plus de 250 millions de dollars entre 2009 et 2013 et 100 millions de dollars supplémentaires entre 2013 et 2014 dans notre réseau local et l'amélioration de l'infrastructure numérique du Sénégal.

    Tigo contribue aussi fièrement à l'économie sénégalaise à travers nos paiements d’impôts, qui ont totalisés plus de 350 millions $ pendant les neuf dernières années. Nous sommes fiers de contribuer à la croissance économique du Sénégal et le développement de sa main-d’œuvre.

    Tigo au service de ses employés : Nous employons actuellement 378 personnes directement et indirectement 15 000 personnes et notre force de vente se compose de plus de 2.000 personnes à travers le Sénégal. Notre école de formation Tigo Sales School a formé plus de 500 personnes à devenir la force de vente de Tigo, développant ainsi des compétences à long terme dans le pays. Nous effectuons également une formation commerciale pour nos 80 cadres intermédiaires.

    Nous soutenons la communauté locale. En effet, Tigo travaille avec plusieurs organisations pour améliorer la qualité de l'enseignement des étudiants sénégalais. Nous utilisons nos services pour investir dans des programmes d'éducation en fournissant des outils d'Internet pour les écoles dans les villes sénégalaises, comme Leona et Poto. Nous avons également contribué à plus de 10.000 dollars de matériels scolaires pour les écoles primaires dans Kandialang et Baneto.
    Grâce à notre partenariat avec la Banque de l'Afrique et une école de commerce locale, nous avons lancé « Un ordinateur portable pour un étudiant » programme, qui a fourni plus de 700 étudiants avec un ordinateur portable et des offres Internet (qui comprennent voix, SMS et données). Nous croyons qu'une éducation de qualité est essentielle au développement de la future génération d'entrepreneurs et de dirigeants du Sénégal et Tigo est fière de jouer un rôle dans ce processus.

    En Septembre 2014, Tigo a annoncé son soutien à ANPEJ (Agence nationale pour l’emploi des jeunes) pour aider à créer des possibilités d'emploi pour les jeunes chômeurs. Tigo recrutera une centaine de personnes dans le cadre de ce programme.
    Tigo a également fait don de 13,000 dollars au Collège Africain Sport Etude (CASE) pour financer deux terrains de football, qui répondent aux normes internationales. CASE favorise l'intégration des sports et études, qui espère répondre et encourager le développement socio-économique local. Autour de la Coupe du Monde 2014, nous avons fourni des écrans géants dans les espaces publics dans Dakar, permettant à plus de 25 000 fans de regarder la Coupe du Monde.

    Tigo est également engagé à soutenir la santé de la population locale, par dons de matériel aux maternités dans Ndorna et Pata et la distribution de 5000 moustiquaires pour les orphelins dans une pouponnière à Médina. Nous avons également fait don de plus de 120.000 dollars pour soutenir des événements communautaires religieux locaux.
    Nous reconnaissons également qu’à long terme, il est important de réduire notre impact sur l'environnement. Ceci étant la raison pour laquelle Tigo a récemment lancé son programme «Green Power Mobile » pour réduire notre impact sur l'environnement en prenant partie du marché des énergies renouvelables.

    Partenaires : Carmudi, Hello Food, Jovago, Jumia et Kaymu.

    Prix remportés :
    En 2007, Tigo Sénégal a reçu le "Cauris d'Or " pour entreprise la plus innovante au Sénégal
    En (Mars) 2016, Tigo a reçu à la cérémonie des " Cauris d’Or ":
    ° Le prix de l’innovation numérique
    ° Le prix du Business leader

    Source: Tigo

  • Zambie : Vodafone/Afrimax Group entre dans la course 4G LTE. Zamtel, Airtel et MTN sont les autres opérateurs de téléphonie mobile sous licence en Zambie et chacun d'entre eux est actuellement en exploitation des réseaux 4G dans les différentes régions du pays. En savoir plus ici >>

    Zimbabwe: NetOne veut proposer la 4G. Lire+ >>

Actualités Internet

Actualités informatiques

  • impact : élevé

    Dans sa stratégie de modernisation et d’expansion de son infrastructure, l’opérateur de téléphonie mobile, Tigo, va construire un Datacenter à Diamniadio. Le projet a été présenté, hier, au Premier ministre par la directrice générale de Millicom, Zone Afrique.

    L’opérateur de téléphonie mobile Tigo va construire, sur le site de Diamniadio, un Datacenter, c’est-à-dire un centre de traitement de données de dernière génération, « offrant une sécurité et disponibilité aux standard internationaux et sur la base d’un design limitant la consommation d’énergie et qui favorise les énergies renouvelables », annonce cette société. La cérémonie de pose de la première pierre est prévue dans les prochaines semaines. En attendant, le projet a été présenté, hier, au Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne, par Cynthia Gordon, directrice générale de Millicom, Zone Afrique, en présence du directeur général de Tigo Sénégal, Diego Camberos, au cours d’une audience. « Ce Datacenter permettra de fournir des solutions d’hébergement sécurisées pour les entreprises au Sénégal, l’installation d’un bureau de Tigo au niveau de Diamniadio et l’aménagement du Pôle urbain Diamniadio en une vitrine technologique pour le Sénégal, en tant que ville connectée au très haut débit fixe et mobile », explique-t-on dans le texte. Ce projet d’une valeur de plus de 3 milliards de FCfa marque, selon Tigo, « une réelle avancée technologique pour l’Etat et les entreprises implantées au Sénégal et dans la sous-région ».

    La suite ici.

  • Marseille, la porte d’accès Télécom méditerranéenne desservant l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Asie, se développe en 2016

    …Récemment, deux de ces câbles de dernière génération ont atterri à Marseille, une ville qui fait d’ores et déjà office de porte d’accès majeure de connectivité vers l’Afrique, le Moyen-Orient, et l’Asie.

    C’est pour cette raison qu’Interxion a identifié une opportunité d’investissement à Marseille en avril 2014. La cité phocéenne constitue une porte d’accès Télécom idéale entre l’Europe, l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Asie, et 13 câbles sous-marins sont déjà reliés à la ville. Une fois sa construction intégralement achevée, le data center MRS1 offrira approximativement 6 400 m² d’espace équipé.

    Le data center MRS1 héberge plus de 80 fournisseurs de connectivité, qui se relieront à ces câbles dès leur mise en service. Parmi eux figurent plusieurs fournisseurs de réseaux terrestres européens, à même d’interconnecter les entreprises souhaitant délivrer leurs services sur le continent pour la première fois, tout en bénéficiant de tarifs compétitifs en matière de réseaux terrestres depuis Marseille, et à destination d’autres villes clés en Europe, dont les hubs de Francfort, Paris, Londres et Amsterdam.

    Lire tout l’article

  • Poulina Group Holding a officiellement inauguré ce mardi 17 mai 2016 son plus grand Datacenter Tier +3, DataXion. Avec près de 1200 mètres carrés de salles blanches répartis sur 4 zones indépendantes au sein du même bâtiment, DataXion est le plus grand en Afrique situé dans le parc d'activités de la zone industrielle d'El Agba.

    DataXion propose un catalogue de services d'hébergement "à la carte" qui s'adressent à toutes entreprises petites, moyennes ou grandes.

    la suite

  • L'Algérie a bloqué temporairement l'accès aux réseaux sociaux dans tout le pays pour tenter d'empêcher la réédition de fraudes au baccalauréat qui ont contraint plus de 550 000 lycéens à repasser l'examen à partir de dimanche.

    Exclusif : comment le gouvernement algérien veut couper internet pour éviter la fraude au bac
    Début juin, de nombreux candidats à cet examen, véritable sésame pour accéder aux études supérieures, avaient reçu directement sur leurs comptes Facebook les sujets avant les épreuves, déclenchant un scandale national.

    La suite

    Lire aussi >> Exclusif : comment le gouvernement algérien veut couper internet pour éviter la fraude au bac

  • Le smartphone, terrain de jeux préféré des pirates informatiques >>Lire+

Actualités économiques

  • DÉCRYPTAGE. Une récente étude du cabinet Deloitte révèle bien des insuffisances sur le chemin de l'appropriation du digital. Les explications de Habib Bamba.

    Selon Deloitte Côte d'Ivoire, seulement 34 % des entreprises ivoiriennes estiment avoir atteint la maturité numérique.
    Selon Deloitte Côte d'Ivoire, seulement 34 % des entreprises ivoiriennes estiment avoir atteint la maturité numérique.  © DR

    Dans les discours, toutes les entreprises ivoiriennes sont à l'heure du digital. Elles sont « présentes sur les réseaux, possèdent un site internet »... mais, dans les faits, la réalité diffère quelque peu ! Seulement 36 % d'entre elles estiment avoir atteint la maturité numérique, selon l'étude publiée fin mai par le cabinet Deloitte, sur un échantillon de 60 sociétés en Côte d'Ivoire.

    Lire la suite

  • (Agence Ecofin) - Dans le cadre du partenariat stratégique signé le 13 juin 2016 entre la société télécoms VimpleCom et l’équipementier télécoms suédois Ericsson,  l’opérateur de téléphonie  mobile  Djezzy (filiale du groupe russe), bénéficiera d’un retour très important en équipements, process, formation et transfert de savoir-faire, rapporte itmag-dz.com.

    En délicate situation financière depuis 2015, Djezzy aura grand besoin des services innovants que va lui permettre d’acquérir Ericsson pour se démarquer  sur  le  marché algérien des télécoms. La société pourra en effet attirer davantage de consommateurs et renouer avec la croissance financière. Au premier trimestre 2016, l’opérateur a enregistré une baisse de son chiffre d’affaires de 14% comparativement à la même période en 2015. En valeur, le montant est passé de 320 millions de dollars US à 276 millions de dollars US. Un recul continu du chiffre d’affaires de l’opérateur télécoms qui enregistrait au premier trimestre 2012 un chiffre d’affaires de 457,08 millions de dollars US.

    Lire tout l’article ici

  • La filiale ivoirienne de l'opérateur sud-africain a finalisé le vendredi 10 juin, une levée de fonds de 140 milliards de F CFA (213,4 millions d'euros) pour accélérer ses investissements dans le pays.

    Ces ressources vont servir notamment à amortir le coût de la licence de téléphonie globale dont le prix a été fixé à 100 milliards de F CFA (152 millions d’euros) par les autorités ivoiriennes.

    MTN est le numéro 2 de la téléphonie mobile en Côte d’ivoire, avec 7,9 millions d’abonnés (32,19 % du marché).

    Lire+

  • Afrique du Sud : MTN SA investit 12 milliards de Rands dans son réseau. Vodacom a investi 8,7 milliards de Rands en 2015 dans son infrastructure, et a 34,2 milliards de clients …Lire+

    Nigeria: Adebayo Shittu, le ministre des Communications, justifie la réduction de l’amende de MTN. >>Lire+

    Éthiopie - Lassina Touré : "Je n'imaginais pas à quel point ce pays se transformait". Lire+

Actualités de la convergence


  •  

     

    Avec Orange Money, l'opérateur veut séduire la diaspora africaine, qu'il veut connecter financièrement avec ses 18 millions de clients sur le continent.

    Orange revendique en effet 18 millions de clients dans 14 pays d'Afrique.

    L'opérateur téléphonique Orange lance en France son offre de paiement mobile Orange Money, qui connaît déjà un grand succès en Afrique. Avec cette nouvelle solution, il sera possible de transférer de l'argent depuis la France vers plusieurs pays africains. Ce basculement est un calcul stratégique qui devrait permettre à l'opérateur de concurrencer les plus importantes sociétés de transfert d'argent que sont Western Union ou Moneygram.

    Comment ça marche ?
    « Ce service est proposé aux abonnés mobiles Orange. Il leur permet d'effectuer des transferts d'argent via leur mobile vers d'autres clients Orange Money situés en Côte d'Ivoire, au Mali, au Sénégal et en France métropolitaine », indique-t-on chez Orange. En lançant le service en France, Orange veut répondre à une demande forte de ses clients ayant de la famille ou des amis vivant en Afrique. L'opérateur compte s'appuyer sur 41 points de vente en France, notamment des buralistes, des taxiphones, des épiceries communautaires et des tabacs-presse, et sur une boutique dédiée Orange Money située à Paris.

    Pour réaliser un transfert d'argent, le client crédite son compte par carte bancaire ou en espèces dans le point de vente. Puis, il se connecte à son compte Orange Money directement depuis son mobile, renseigne le numéro de téléphone mobile du destinataire ainsi que le montant à transférer et confirme la transaction avec son code secret Orange Money. Le transfert s'effectue ainsi à tout moment et l'argent est immédiatement disponible sur le compte du destinataire.

    Le client destinataire peut retirer l'argent dans plus de 30 000 points Orange Money dans les trois pays destinataires.

    Lire la suite >>


  • INTERVIEW. Une nouvelle exposition aux innovateurs africains ? Après Afrobytes à Paris, Africa4Tech compte s'y mettre au Maroc. Ses promoteurs expliquent.

    Ça bouge en Afrique ! C'est du moins la conviction d'Africa4Tech, une association qui vise à organiser un séminaire début novembre au Maroc. Cette manifestation doit permettre aux entrepreneurs africains de gagner une exposition mondiale, tout comme d'aider les grandes entreprises occidentales à mieux appréhender l'Afrique. Africa4Tech a été créée par Gilles Babinet, digital champion, c'est-à-dire représentant du numérique pour la France auprès de la Commission européenne depuis 2012, et président du conseil d'administration de Captain Dash, et sérial entrepreneur dans le digital.

    Lire la suite

  • L’apport de l’énergie solaire dans la production globale d’énergie d’un pays a longtemps été marginal. Cela pourrait vite changer

    Fin mai 2016, la Société Financière Internationale (SFI), la division secteur privé de la Banque mondiale, se réjouissait du succès de son partenariat avec le gouvernement zambien dans le domaine de l’énergie solaire. La SFI avait en effet réussi à attirer en un temps record tous les développeurs d’énergie renouvelable de référence lors d’un appel d’offres pour deux projets de productions de 50 mégawatts d’énergie solaire dans le pays. …
    le solaire est plus que jamais le futur de l’approvisionnement d’énergie en Afrique.

    Bien que la révolution de l’énergie solaire hors réseau ne soit encore que dans ses premières heures, son potentiel et ses capacités permettent déjà de concevoir qu’il deviendra la source dominante d’électricité dans le monde en développement.

    Lire tout

  • Série TV - Kenya : l'industrie locale bousculée par Netflix

    REPORTAGE. Face à la force de frappe de la plateforme de streaming payant, les producteurs locaux ont l'obligation de se réajuster. Et ce n'est pas facile.

    En janvier, Netflix partait à la conquête de l'Afrique. Très vite, les réalisateurs, les producteurs et acteurs locaux ont compris que la donne allait être bouleversée et pas en leur faveur. Alors que leurs moyens sont faibles par rapport à la machine de guerre des séries proposées par Netflix, ils ont vite compris, entre deux pannes de courant et autres aléas de production, que plus rien n'allait être comme avant. Illustration avec notre plongée dans une série kényane.

    La suite

  • Zagtouli : le Burkina Faso accélére sa mue énergétique. La centrale de Zagtouli est un méga-projet de 33 mégawatts de puissance. Son inauguration est un tournant dans le programme d'électrification du pays. >>Lire+

Plus d'Infos

Syndicate content