amos
view counter

Edition Française, 19 mars 2015 - No 238

L'éditorial du mois

  • Afrique : le passage de l'analogique à la radiodiffusion numérique dans la bande UHF reste fixée au 17 Juin 2015.

    Depuis 2 mois, nous lisons sur quelques sites web des rumeurs selon lesquelles 30 pays d'Afrique auraient obtenu une extension pour arrêter le signal analogique et passer au tout numérique (ASO – Analogue Switch Off en anglais), ce qui inclut la TNT.

    Comme il arrive souvent, certains de nos lecteurs et clients nous ont posé la question pour savoir si cette information s’avérait être exacte. Nous nous sommes tournés vers l’UIT pour obtenir une confirmation. L'UIT (Union internationale des télécommunications) est l'institution spécialisée des Nations Unies pour les technologies de l'information et de la communication (TIC).

    Le jour même, le 10 mars 2015, Sanjay Acharya, en charge des relations avec les médias et de l'information du public à l’Union Internationale des Télécommunications nous a répondu :

    « La date limite pour le passage de l'analogique à la radiodiffusion numérique dans la bande UHF reste fixée au 17 Juin 2015, et cela est applicable à 30 pays africains. Je peux confirmer qu'aucune extension pour ce délai n’a été accordée à aucun de ces pays.

    Il existe un délai distinct pour 33 pays d'Afrique pour la transition dans les bandes VHF fixé pour le 17 Juin 2020, mais cela ne doit pas être confondu avec le passage de l'analogique à la radiodiffusion numérique.
     
    La décision sur la date butoir de 2015 a été prise le 16 Juin 2006, à l'issue de la Conférence régionale des radiocommunications (CRR-06) à Genève. Un accord régional a été signé par les États Membres de l'UIT de la Région 1 et la République islamique d'Iran pour la planification du service de radiodiffusion numérique terrestre dans les bandes de fréquences 174-230 MHz et 470-862 MHz, annonçant le développement des services du 'tout numérique' de diffusion terrestres pour le son et la télévision.


     
    Voici notre dernier communiqué de presse:
     
    Extrait :
    En vertu des décisions prises par la Conférence mondiale des radiocommunications de l'UIT en 2007 et 2012, les parties supérieures de la bande d'ondes décimétriques (800 MHz et 700 MHz) ont été attribuées au service mobile et identifiées pour les télécommunications mobiles internationales (IMT). Ces décisions ont donné lieu à des efforts coordonnés en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient, afin d'harmoniser l'utilisation de la bande des 800 MHz et/ou de la bande des 700 MHz pour les IMT dans ces régions, tout en consolidant l'utilisation de la partie inférieure de la bande d'ondes décimétriques pour la radiodiffusion numérique télévisuelle. Ces efforts ont entraîné des modifications du Plan GE06, qui ont été approuvées par les pays concernés en Europe et en Afrique, et font toujours l'objet de discussions entre les pays concernés au Moyen-Orient.
    Une fois accompli le passage à la radiodiffusion numérique, ces pays seront en mesure d'attribuer la bande des 700 MHz et/ou la bande des 800 MHz au service mobile, au titre de ce que l'on nomme le "dividende numérique", en vue du déploiement du large bande mobile.
    "Le passage de la radiodiffusion analogique à la radiodiffusion numérique se traduira par la création de nouveaux réseaux de distribution et augmentera les possibilités d'innovations et de services dans le domaine des communications hertziennes", a déclaré le Secrétaire général de l'UIT, Houlin Zhao. "De nouveaux gains d'efficacité dans l'utilisation du spectre permettront d'augmenter le nombre de chaînes de télévision

    N’hésitez pas à me contacter pour de plus amples précisions.
     
    Cordialement,
    Sanjay. UIT. » 

    Lire la suite dans la section « opportunités » de cette newsletter.


    ______________________________________________

    Appel à annonceurs et sponsors :

    Cette édition de « Dernières Nouvelles des TIC en Afrique » risque d’être l’une des dernières si nous ne trouvons pas d’annonceurs d’ici les 2 prochains mois afin de la financer.

    Si vous travaillez dans une entreprise de télécoms ou informatique en Afrique et désirez profiter de notre visibilité, contactez-nous au plus vite pour sponsoriser la newsletter. A travers cette dernière, nous pouvons vous fournir une veille pour tenir vos équipes informées des derniers développements des NTIC en Afrique selon vos critères et préférences (pays ciblés, activités, innovations, segments, mots clefs, etc.)

    ___________________________________________

Actualités Télécom

  • Telekom Networks Malawi (TNM), le deuxième opérateur mobile du pays par les abonnés, a augmenté ses tarifs en moyenne de 14% hier (4 Mars 2015), en réponse à une forte inflation du coût des services publics, des biens et services. Le mouvement fait suite à une hausse de 14% de ses tarifs, hausse qui est entrée en vigueur en mai 2014.

  • Voici des extraits d’Essentiels2020, le nouveau plan stratégique d’Orange au niveau global, avec des déclinaisons sur l'Afrique.

    Orange présente aujourd’hui son nouveau plan stratégique à horizon 2020, baptisé «Essentiels2020». Ce plan prend la suite du plan « Conquêtes 2015 », lancé en 2010. Conquêtes 2015 a permis de remporter de nombreux succès et de faire face aux chocs du marché que le Groupe a subis, grâce à des choix stratégiques clairs et assumés, et une gestion rigoureuse. Ces bons résultats, illustrés en particulier par une excellente performance commerciale en 2014, font qu’Orange est aujourd’hui en bien meilleure position pour aborder cette nouvelle étape.


    Le Groupe dispose de nombreux atouts et se donne une mission claire : être toujours là pour connecter chacun à ce qui lui est essentiel. Orange s’adresse à tous : clients attentifs au prix, clients exigeants sur le niveau de service, clients entreprises, de la très petite entreprise à la multinationale.

    Pour ce plan stratégique, Orange se dote d’une ambition unique, exigeante et forte : faire vivre à chacun de ses clients, où qu’ils soient, une expérience incomparable.
    Au service de cette ambition, le Groupe s’appuiera sur cinq leviers :

    •    offrir une connectivité enrichie,
    •    réinventer la relation client,
    •    construire un modèle d’employeur digital et humain,
    •    accompagner la transformation du client entreprise,
    •    se diversifier en capitalisant sur ses actifs
    Tout cela, en s’inscrivant dans une dynamique d’entreprise digitale, efficace et responsable.    

     

    Stéphane Richard, Président Directeur Général d’Orange a déclaré : « Avec le lancement du plan Essentiels2020, nous écrivons un nouveau chapitre de l’histoire d’Orange. Ce plan stratégique à cinq ans est résolument tourné vers tous les utilisateurs. Notre ambition est forte : nous voulons faire vivre à chaque client une expérience incomparable au quotidien. Nous voulons que nos clients profitent en toute confiance de la révolution numérique, avec une qualité de service exemplaire dans tous les lieux qui comptent pour eux. Nous voulons qu’ils soient reconnus dans toutes leurs interactions avec Orange, qu’ils bénéficient d’offres et de services personnalisés. Nous voulons leur faire découvrir de nouveaux usages digitaux à la pointe de l’innovation pour enrichir et faciliter leurs vies. Cette approche centrée sur les attentes de nos clients et la qualité de l’expérience Orange nous permettra de nous différencier et de retrouver la croissance. »
    Cette ambition stratégique est soutenue par une nouvelle expérience de la marque Orange, dont les thèmes expriment ce qui est essentiel dans la vie des clients. Le nouveau rôle de la marque Orange guidera l’ensemble des actions du Groupe et inspirera aussi la culture interne : écouter et agir pour aller à l’essentiel.


    Offrir une connectivité enrichie

    Orange souhaite d’abord proposer une connectivité enrichie dans chacun des marchés dans lesquels le Groupe est présent. Afin de maintenir sa position de leader dans le très haut débit, Orange investira plus de 15 milliards d’euros dans ses réseaux entre 2015 et 2018.
    Orange se donne comme objectif de tripler le débit moyen data de ses clients sur ses réseaux fixes et mobiles d’ici à fin 2018 par rapport à 2014.
    Orange va prioriser les investissements dans le réseau là où ses clients en ont vraiment besoin. Pour mieux cibler l’allocation de ses ressources, Orange déploiera un outil de CEM - Customer Experience Management. Dans le même esprit, l’application Mon Réseau permettra à chaque client, s’il le souhaite, de participer à l’amélioration de sa propre qualité de service en signalant les erreurs qu’il peut rencontrer
    Développer le très haut débit mobile :
    …En Afrique et au Moyen-Orient, Orange continuera à investir fortement dans la couverture des territoires avec un effort particulier dans la poursuite du déploiement des réseaux haut débit. La 4G sera lancée dans 7 pays en 2015 et dans la majorité des pays de la zone d’ici à 2018. En parallèle, le Groupe continuera à proposer des smartphones accessibles et personnalisés avec l’univers Orange.

    Poursuivre la modernisation de ses réseaux
    Afin de se doter d’infrastructures flexibles, agiles et de premier rang pour servir plus rapidement ses clients, le Groupe poursuivra la transition de ses réseaux vers le all-IP, le cloud et la virtualisation des fonctions de réseaux, et préparera l’arrivée de la 5G.

    Une expérience de contenus enrichie
    Le Groupe s’appuiera sur la qualité de ses réseaux, notamment très haut débit, pour développer les usages et répondre aux attentes de ses clients en proposant une expérience multi-écrans de contenus enrichie. C’est ce que le Groupe a déjà initié avec sa nouvelle interface TV, Polaris.

    Réinventer la relation client

    Pour réinventer la relation client, Orange va appréhender l’ensemble de ses activités par l’expérience et les usages de ses clients, en anticipant leurs attentes et en y répondant de manière personnalisée, ciblée et efficace.
    Simplification du parcours client et personnalisation
    Orange accordera une attention particulière à tous les moments clés de l’interaction avec ses clients. Un numéro de service client Orange unique sera mis en place en France en 2016.
    Le Big Data est l’outil incontournable qui permettra de mieux connaître les clients et de leur proposer des offres et services aux plus près de leurs attentes. Dans tous les points de contact Orange, chaque client sera reconnu et son interlocuteur aura accès à tout l’historique de sa relation avec Orange.
    Digitalisation de la relation
    Orange se donne comme ambition de poursuivre la digitalisation de ses interactions avec ses clients, dans le cadre d’un parcours physique-digital unifié, en jouant sur la complémentarité des canaux physiques et digitaux.
    L’objectif est que la moitié de toutes les interactions des clients avec Orange en Europe se fasse sur les canaux digitaux d’ici à 2018.
    Repenser les espaces de vente

    Orange est une marque universelle. Elle s’adresse à tous, avec une proposition adaptée à chacun. Or, certains des clients Orange sont prêts à valoriser un niveau de service supérieur, comme, par exemple, une prestation d’installation premium à domicile ou un accès privilégié à des conseillers experts du numérique. Pour ces clients, Orange lancera à partir de 2016 des services First en Europe, en France, et dans un premier pays africain, le Sénégal.

    Construire un modèle d’employeur digital et humain

    Orange souhaite être une entreprise, à laquelle les femmes et les hommes sont fiers d’appartenir. Le Groupe veut construire un nouveau modèle d’employeur digital et humain, qui reposera sur une expérience salarié de qualité, socle d’une expérience client Orange réussie. A l’issue du plan, l’ambition est que 9 salariés sur 10 recommandent Orange comme employeur.

    Orange va identifier et développer les compétences dont le Groupe a besoin pour la mise en œuvre de sa stratégie, notamment en ce qui concerne les nouveaux métiers du digital. Orange s’appuiera sur des formations digitales de qualité, et se fixe l’ambition  de réaliser en 2018 50% des formations via une plateforme de formation digitale (digital learning, MOOC, serious gaming).
    Développer notre agilité collective
    De nouveaux modes de fonctionnement plus agiles et plus collaboratifs vont être mis en place, contribuant aussi à la qualité de vie au travail. Une attention toute particulière sera portée aux outils que le Groupe met à disposition de ses salariés en contact avec le client.

    Afin de développer l’engagement et la participation des salariés à la vie de l’entreprise, Orange va renforcer sa culture managériale de confiance et de responsabilité pour donner à ses salariés davantage de moyens et d’autonomie face au client. Orange promeut également l’actionnariat salarié, avec l’ambition d’atteindre à terme 10% du capital.

    Accompagner la transformation du client entreprise

    La révolution digitale transforme la vie des entreprises. Le rôle d’Orange est d’être le partenaire de confiance de la transformation digitale des entreprises. Les activités d’Orange Business Services vont évoluer pour s’adapter à la demande croissante de services intégrés d’IT et de connectivité.
    Orange se fixe comme objectif de faire croitre de 10 points la part des services IT dans le mix de revenus d’Orange Business Services d’ici à 2020.
    Orange se concentrera sur 4 domaines principaux en complément de la connectivité :

       les outils de travail des salariés, mobiles, collaboratifs et flexibles
       l’amélioration des processus métiers, en particulier grâce aux applications et aux objets connectés
       le Cloud privé et hybride pour les multinationales
       la cyberdéfense
    Se diversifier en capitalisant sur ses actifs

    Orange a décidé de se concentrer sur deux domaines sur lesquels il est légitime et sur lesquels il peut capitaliser sur ses actifs. Cette diversification fera partie des futurs relais de croissance.
    Le Groupe se fixe un objectif ambitieux pour ces nouveaux métiers : dépasser un milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2018.
    Objets connectés
    L’écosystème des objets connectés fera naître différentes opportunités de positionnement et de business.
    Le Groupe souhaite être présent sur l’ensemble de la chaine de valeur en fonction des types d’objets :

    •    la distribution d’objets connectés,
    •    la fourniture de services à valeur ajoutée autour de ces objets, notamment dans le domaine de la santé et du bien-être ou encore dans celui de la maison connectée,
    •    la gestion des données issues des objets connectés, avec une plateforme d’intermédiation ouverte.
    Le succès de l’offre Homelive en France avec plus de 10 000 clients encourage à poursuivre dans cette voie et à enrichir encore ses services dans ses différents marchés en Europe dès 2015.
    Services financiers sur mobile
    Orange Money, en Afrique, et plus récemment Orange Finanse, en Pologne, confirment la légitimité du Groupe dans cette activité.
    Les services financiers comportent 3 univers distincts :

       en Afrique et au Moyen-Orient :
    -    le transfert d’argent et le paiement avec Orange Money, ce service connaît un très grand succès avec déjà 13 millions d’utilisateurs aujourd’hui et ambitionne de passer à 30 millions d’utilisateurs d’ici à 2018.

    Open innovation : Pour soutenir ces nouveaux services, Orange continue à miser sur l’innovation, en s’appuyant sur ses propres ressources et sur une démarche d’open innovation. D’ici à 2020, le Groupe a pour ambition d’avoir accompagné 500 start-ups dans le monde au travers de ses différents programmes (Corporate Ventures et Orange Fab) dans une logique très opérationnelle et tournée vers la concrétisation rapide de partenariats commerciaux, voire dans certains cas capitalistiques.

    Concernant le volet financier, les objectifs au niveau Groupe sont les suivants :

    •    Chiffre d’affaires 2018  supérieur au Chiffre d’affaires 2014 ;
    •    EBITDA retraité 2018 supérieur à l’EBITDA retraité 2014, avec un point bas en 2015 compris entre 11,9 et 12,1 Mds€, conformément à l’objectif déjà communiqué par le Groupe ;
    •    Maintien d’un bilan solide, avec un ratio de  Dette Nette / EBITDA retraité de 2x à moyen terme ;
    •    Maintien d’un dividende de 60cts€/an a minima sur la période 2015-2018, sans exclure une croissance selon l’évolution de l’EBITDA retraité. 

  • Téléphonie mobile en Côte d’Ivoire - Le gouvernement ivoirien a adopté mercredi en Conseil des ministres une mesure visant la consolidation du secteur de la téléphonie mobile et  l’optimisation de l’utilisation des ressources spectrales qui devrait aboutir à la réduction du nombre d’opérateurs.

    Le ministre de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication, porte-parole du gouvernement, Bruno Nabagné Koné, a indiqué que pour l'Etat, cette décision visait à réduire le nombre d’opérateurs, notamment ceux qui ne respectent pas le cahier de charges et leurs engagements, pour permettre à ce secteur de devenir plus lisible, plus compréhensible et plus fort. Lire+

  • Des experts de l'Afrique se sont réunis à Abuja en vue de la Conférence mondiale des radiocommunications 2015 (CMR-15) de l'Union internationale des télécommunications (UIT) qui se tiendra à Genève en Novembre 2015.

    La ministre nigériane des TIC, Omobola Johnson a dit que la réunion permettrait aux États membres d'élaborer des stratégies sur la façon de gérer le spectre dans leurs différents pays. Elle a souligné que la question du spectre était très importante pour l'Afrique et elle a exhorté les États membres à élaborer une stratégie sur la façon de la gérer efficacement pour le bénéfice de l'Afrique, CAJ a signalé.

    Source: Telecompaper 28 Janvier 2015-Lire plus

  • World Radio Day 2015 a eu lieu le 13 février 2015, à Genève, Suisse. Lire+

    En 2014, la marque Orange a été estimée à 15,58 milliards de dollars, se classant à la 62è place des marques mondiales et à la 7ème place dans le secteur des télécommunications selon Millward Brown.

Actualités Internet

  • Le large bande mobile pourrait être la solution pour donner aux habitants les plus pauvres de la planète des possibilités d'éducation analogues à celles dont bénéficient ceux des pays développés.

    Paris, le 27 février 2015 – Avec les téléphones mobiles, les tablettes et les liseuses connectés au large bande, la longue quête visant à donner à tous, en particulier aux habitants de la planète les plus défavorisés ou les plus isolés, les chances de recevoir une éducation de qualité dans de multiples disciplines, a peut-être enfin abouti. Telle est l'une des conclusions de la Commission des Nations Unies "Le large bande au service du développement numérique", qui tient aujourd'hui sa onzième réunion au siège de l'UNESCO à Paris.

    Selon un rapport du Groupe de travail de la Commission sur l'éducation, placé sous la direction de l'UNESCO, dans le monde entier, plus de 60 millions d'enfants à l'âge de l'école primaire ne sont actuellement pas scolarisés, et une trentaine de millions ne le seront jamais. La situation s'aggrave à mesure que les enfants grandissent, puisque plus de 70 millions d'enfants ne sont pas scolarisés dans le secondaire. Même si les ordinateurs en classe sont une aide appréciable, l'absence de ressources reste un point critique. Si en moyenne huit enfants se partagent un ordinateur à l'école dans les pays de l'OCDE, en Afrique il arrive que les enseignants doivent se débrouiller pour qu'un même ordinateur soit utilisé par 150 élèves, voire plus. Toutefois, avec des appareils mobiles de plus en plus perfectionnés et ayant une puissance de calcul supérieure à celle des fameux "superordinateurs" de la fin des années 90, la Commission est convaincue que les dispositifs sans fil individuels connectés au large bande pourraient constituer la solution.

    Il apparaît, d'après les chiffres de l'UIT, que le large bande mobile est la technologie qui connaît la croissance la plus rapide dans l'histoire de l'humanité. On compte aujourd'hui davantage d'abonnements au téléphone mobile que d'habitants de la planète – soit quelque sept milliards. Le nombre d'abonnements actifs au large bande mobile est supérieur à 2,1 milliards – soit trois fois le nombre de connexions.
    Lire+

  • La plateforme de vidéo en ligne PublicVine est déçu par le manque d'enthousiasme de producteurs de contenus africains qui ne prennent pas au sérieux la plate-forme pour monétiser leurs produits.

    PublicVine offre une plate-forme vidéo qui permet aux vendeurs de louer et de vendre leur contenu aux consommateurs….Les services de vidéo à la demande gagnent en popularité en Afrique du Sud, du fait de réseaux d'accès Internet améliorés et à grande vitesse. Lire+

  • Le Cameroun, bien noté dans la dernière édition des « Cahiers Economiques du Cameroun », publiés lundi par la Banque mondiale. Cette dernière signale que l’économie du pays a progressé de 5% en 2012. Selon Raju Jan Singh, économiste en chef à la Banque mondiale pour l’Afrique centrale et coordonnateur des cahiers économiques, cette croissance est due essentiellement à l’agriculture, la construction, les transports et télécoms.
    Lire+

  • Kenya : Liquid Telecom relie Nakuru au Wi-Fi. Lire+

    Liquid Telecom a déclaré aux médias que l’opérateur est actuellement tenté de réintégrer le marché Internet du détail au Kenya. Lire+

     

    Jumia, la galerie marchande en ligne continue sa fulgurante expansion avec l’ouverture de 6 agences en Côte d’Ivoire dans les villes de Yamoussoukro, Bouaké, San Pedro, Daloa, Gagnoa, et Korogho. Jumia entend ainsi réussir son pari de révolutionner les habitudes d’achats de tous les ivoiriens. Lire+ 

Actualités informatiques


  • Afrique : Le service BrandHawk de la société Managed surveille activement les risques et les menaces qui pèsent sur la présence en ligne des organismes gouvernementaux et du secteur privé. Une menace qui augmente de façon alarmante au Moyen-Orient et en Afrique :

    Les organismes gouvernementaux et les organisations dynamiques du secteur privé sont exposés à de nombreuses menaces en ligne. Ces menaces prennent des formes multiples : domaines de phishing imitant le véritable site Internet d’une société, faux profils sur les médias sociaux, divulgation d’informations confidentielles ou d’informations identifiables personnellement au sujet de cadres supérieurs d’entreprises, défiguration de sites Internet par des « hacktivistes », ou encore installation de logiciels malveillants sur des sites Internet, empoisonnements DNS ou redirections de visiteurs vers des sites malveillants. Toutes ces menaces viennent s’ajouter aux menaces courantes posées par les courriers non sollicités, les virus et les logiciels malveillants.
     
    Les organismes jouissant d’une grande visibilité sont confrontés aux risques découlant notamment de la défiguration de sites Internet, de la pratique du phishing, des fuites d’informations et de la création de faux comptes de médias sociaux. Ces risques causent de graves préjudices financiers à ces organismes et nuisent grandement à leur réputation.

    Implantée aux Émirats arabes unis, la société « Managed »  est leader dans la fourniture de services en matière de surveillance de menaces et de risques en ligne et d’alerte. La société Managed fournit ses services à des organismes gouvernementaux et du secteur privé bénéficiant d'une forte visibilité dans la région MOA. Monsieur Hussain, PDG de Managed, a déclaré : « Autrefois, le nombre de canaux en ligne à surveiller était relativement restreint. Aujourd’hui, nous assistons en revanche à une prolifération des canaux de médias sociaux et d’autres canaux en ligne qui s'est traduite par une augmentation exponentielle du nombre de zones surveillées et de données devant faire l’objet d’une surveillance. Ce type d'activité en ligne représentant une menace augmente dans une mesure alarmante au Moyen-Orient et en Afrique. »

    La société Managed a mis au point « BrandHawk », un service extrêmement perfectionné pour surveiller toutes sortes de menaces et de risques en ligne. Ce service fournit des alertes activables en temps utile aux gouvernements et aux clients du secteur privé, leur permettant ainsi de contrer la menace en question dans les délais les plus brefs et donc d’en supprimer ou d’en réduire l’impact. Le système réduit considérablement le nombre de fausses alertes, chaque alerte étant également vérifiée par des analystes humains au centre de surveillance de la société Managed à Dubaï, Émirats arabes unis, qui est doté de personnel 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, 365 jours par an.

    Source : communiqué, Managed, DUBAI, EAU, 13 mars 2015.

  • La Banque mondiale a fourni une mise à jour sur le calendrier prévu pour la République du Bénin afin d’être connecté au câble sous-marin international à grande vitesse, « l'Africa Coast to Europe » (ACE), qui est actuellement dans sa seconde phase de déploiement dans certains pays de la côte atlantique en Afrique. Lire+

  • Selon un rapport réalisé par le moteur de recherche Google, les smartphones deviennent un élément essentiel pour faire des achats au Nigeria. Selon le rapport, 85 pour cent des acheteurs utilisent les smartphones pour la recherche et la comparaison de produits par rapport à 30 pour cent qui utilisent des ordinateurs…Lire+

Actualités économiques

  • MVNO ne font guère parler d’eux sur les marchés africains. Un certain nombre de régulateurs ont parlé de la délivrance de licences de MVNO mais le sujet reste largement en suspens. Cependant, une personnalité influente du Mali est en train de mettre sur les rails de lancement une solution MVNO dans un pays qui a besoin de plus de concurrence. Russell Southwood s’est entretenu avec le Dr. Adama Traoré sur le MVNO qu’il veut lancer, « Aidou Telecom ». Lire+

  • L’Iindustrie de la publicité numérique du Ghana commence à décoller - Les grandes marques internationales prennent la pub en ligne et sur mobile au sérieux. Lire+

  • L'Afrique a l'un des marchés mobiles les plus innovantes et les plus complexes au monde et ou l’écosystème des services à valeur rajoutée (VAS en aglais) est en constante évolution. Hanlie Smuts, directeur général, produits et numérique chez MTN révèle ses réflexions sur l'avenir des services numériques en Afrique.

    Afrique du VAS: Quel est l'avenir des services numériques en Afrique et que quelles sont les trois principales tendances majeures qui affectent votre entreprise dans la région?

    Hanlie Smuts: Vous savez que certaines recherches montrent que les recettes numérique devraient croître de 80%. Il est essentiel que nous soyons en mesure de comprendre la dynamique changeante de la façon dont le contenu des médias numériques, y compris la vidéo, les jeux, la musique, etc. est créé, vendu, distribué et consommé sur différentes plateformes, et comment il peut être monétisée par la publicité…Nous nous attendons à voir beaucoup de développement dans l'espace VAS, et je crois que ce que nous voyons maintenant la pointe de l'iceberg... Lire+

  • Télécommunications : Il ne reste qu'à voir si les banques et le régulateur du secteur peuvent utiliser pleinement les nouvelles opportunités créées par les phénomènes d'argent mobile de conduire encore plus l'inclusion financière pour la population ougandaise. Lire+

    Le Congolais VMK a ouvert son premier magasin en Côte-d'Ivoire, avec des projets pour être présents dans cinq pays d'Afrique de l'Ouest – dont la Côte-d'Ivoire, République démocratique du Congo (RDC), Cameroun et Sénégal – d’ici la fin d'année 2015. VMK est un assembleur de pièces chinoises qui fournit des portables mobiles, smartphones et tablettes low cost depuis 2009.

Actualités de la convergence

  • L'incapacité du gouvernement à respecter la date limite fixée pour la migration de l'analogique vers la télévision numérique terrestre s’avère être un échec coûteux pour les entreprises de télécommunication espérant miser sur le spectre qui reste encore à être libéré pour augmenter la qualité de l'expérience.

    Alors que l'Autorité nationale des communications (NCA) - qui est le fer de lance de la migration - insiste sur le fait que ses membres ont franchi de nombreuses étapes dans le processus de migration, le pays ne sera toujours pas prêt pour la date butoir de la transition, juin 2015.
    Lire+

  • Au cours des dernières années, Orange, avec plus de 236 millions de clients dans plus de 30 pays, s’est imposé comme un acteur clé dans l'environnement OTT TV multi-écran, la prestation de services de télévision de pointe, en plus de leurs services de téléphonie et de haut débit. Lire+

  • Environ 65 millions dde Smartphones vendus en Afrique sur 2014. Economie, emploi, environnement, lutte contre les maladies, démocratie : le continent a de plus en plus recours aux nouvelles technologies pour relever ses nombreux défis. Les jeunes Africains en raffolent mais les gouvernements font-ils assez pour promouvoir ces technologies? Au programme : reportages, commentaires et analyses. Jacques Aristide reçoit la Mauritanienne Khadijetou Abed, créatrice de l’application DiabApp
    Lire+ et voir la vidéo

  • PCCW unit seso forces avec Vuclip, un fournisseur leader de services de vidéo mobile pour les marchés émergents.

    PCCW Media a conclu un accord pour acquérir une participation majoritaire dans Vuclip, une plate-forme vidéo mobile qui opère actuellement dans six pays avec plus de sept millions d'abonnés mobiles par trimestre.

    Cette expansion de son activité de vidéo numérique au-delà de Hong Kong suit le développement réussi de PCCW médias de ses services OTT locales, y compris le service de musique de MOOV et «Now TV news », les sports et les applications de divertissement, et fait partie de son évolution continue comme fournisseur de services de divertissements numériques en Asie. Via cet investissement, PCCW Media peut accélérer sa stratégie dans le déploiement de services de vidéo OTT dans la région et au-delà.

    Disponible en Egypte, Vuclip va s’étendre prochainement en Afrique.

    Source : PCCW le 11 Mars, 2015.

  • L’Afrique du Sud va dépenser environ $250 millions pour acheter les boitiers TNT à destination de ses citoyens pauvres/ Lire+

    L’Autorité des communications du Kenya (CA) a révélé que plus de 2 millions de ménages sont passés à une plate-forme de diffusion numérique à travers le pays depuis que le processus de migration a débuté. Lire+

Plus d'Infos

  • 25-27 mars 2015
    AFRICA IT TELECOM FORUM

    Côte-d'Ivoire - Abidjan   
    Forum sur la convergence et son impact sur le business modèle des opérateurs-annuel 

    8 - 12 April 2015
    Sfax  -  SIB SFAX

    Salon annuel de l'informatique, de la bureautique, de la communication et du multimédia   

    mai 2015
    Tunis  -  NORTH AFRICA COM

    Salon et conférence sur les télécoms en Afrique du Nord.

    12-13 mai 2015
    EAST AND CENTRAL AFRICACOM
    Kenya    - Nairobi   
    Conférence sur le marché de la téléphonie mobile. Promouvoir l'innovation, la régulation et l'investissement dans le marché Est Africain des télécommunications-annuel  

    Du 12 au 22 mai 2015
    La session 2015 du Conseil de l'UIT

    Au siège de l'UIT à Genève, Suisse
    Les inscriptions débuteront le 12 Mars 2015.
    Lire+

    17 mai 2015
    Célébrations du 150e anniversaire de l'UIT

    Genève, Suisse
    Lire+

    24 mai au 5 juin 2015
    Tunis abritera le Sommet africain de l’Internet du Lire+

    8 - 10 juin 2015
    WEST & CENTRAL AFRICACOM
    Sénégal - Dakar
    Conférence annuelle sur les télécoms pour l'Afrique de l'Ouest et Centrale.   

    juin 2015
    Tunis  -  ENOVA TUNISIE

    Salon annuel du marché tunisien de l’électronique et de la sous-traitance électronique   

    9-12 novembre 2015
    AFRICACOM/AFRICACAS
    T
    Le Cap, Afrique du Sud
    Salon professionnel annuel pour le secteur des télécommunications et de la diffusion TV en Afrique

     

     

  • Africa Ceo Forum 2015 : les chefs d’entreprise africains au rendez-vous

    Cette troisième édition du AFRICA CEO FORUM a accueilli, à l’occasion de son inauguration, plus de 800 participants.

    Le AFRICA CEO FORUM 2015, rendez-vous incontournable du secteur privé africain, qui se tient à Genève du 16 au 17 mars 2015, a officiellement été lancé au terme d’une première journée riche en rencontres et débats.

    Organisé par le groupe Jeune Afrique, en partenariat avec la Banque africaine de développement (BAD), et Rainbow Unlimited, cette troisième édition du AFRICA CEO FORUM a accueilli, à l’occasion de son inauguration, plus de 800 participants, intervenants et journalistes provenant de plus de 63 pays.

    Une participation record gage de succès pour le AFRICA CEO FORUM qui s’est donné pour missions de mettre en lumière le capitalisme africain et de favoriser les rencontres et les débats d’idées pour anticiper les mutations en cours sur le continent et en saisir toutes les opportunités pour les entreprises africaines.

    La cérémonie d’ouverture, présidée par Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de développement et Amir Ben Yahmed, Directeur Général du Groupe Jeune Afrique et Président du AFRICA CEO FORUM fut l’occasion d’évoquer les difficultés économiques récentes que connaît le continent africain :

    « Les derniers mois ont été marqués par des nouveaux défis sanitaires, sécuritaires et économiques avec la chute des prix des matières premières. Et pourtant, une dynamique est engagée avec des taux de croissance de 4% à 7%, voire 8% et plus, selon les pays. Il nous a paru important d’évaluer l’impact de cette situation sur les entreprises africaines, même si on sent qu’un cap a été franchi » a déclaré Amir Ben Yahmed.

    « La période faste est terminée pour la majeure partie de l’Afrique. Nous sommes conscients des vents contraires qui soufflent fort sur l’économie mondiale mais en toute franchise je suis aussi optimiste hier, aujourd’hui que demain » a affirmé Donald Kaberuka en clôturer la cérémonie d’ouverture.

    Cette première journée du AFRICA CEO FORUM a été marquée par l’intervention d’experts de haut niveau tels que l’économiste américain Jeremy Rifkin, Issad Rebrab, PDG de Cevital, ou encore Carlos Lopes, Secrétaire exécutif de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (UNECA). Experts et participants ont échangé sur les trajectoires de croissance des économies africaines pour les cinq années à venir, le digital au cœur de l’entreprise, la rentabilité de la croissance africaine…

    Jérémy Rifkin a ainsi noté que « l’Afrique est sur le point d’accéder à une nouvelle ère économique prometteuse. Alors que les enjeux et les obstacles à franchir sont nombreux, les bénéfices liés à la création d’une Afrique Digitale constituent un potentiel de transformation réel et considérable »

    A travers un programme riche et consistant, rythmé de formats de rencontres, inédits et particulièrement novateurs – panels (croissance, stratégie), et tables rondes sectorielles variées – le AFRICA CEO FORUM 2015, confirme son statut de rendez-vous annuel de référence des PDG africains.

    Amir Ben Yahmed conclut ainsi : « Aujourd’hui, notre mission est de mettre en avant les réussites du secteur privé africain pour donner envie aux jeunes générations de devenir les entrepreneurs et les dirigeants de demain. »
    Source : Suisse, le 16 mars 2015/African Press Organization (APO)/ 

    Dans le cadre du African CEO Forum 2015 (Forum africain PDG, Genève 2015) PwC lance «Into Africa - les villes d'opportunité du continent », un rapport pour mettre en évidence le potentiel du continent. Lire+

     

     

  •  

     

    L’opportunité de la TNT pour les Africains :

     

     

    Dans certains pays d’Afrique dans lesquels le spectre est saturé, certains opérateurs télécoms sont anxieux d’obtenir leur licence 4G. Il ont déjà investi dans leur réseau pour cette mise à niveau et attendent le feu vert du gouvernement (comme c’est le cas en Afrique du Sud – par exemple pour Vodacom). Plus on repousse la TNT et moins les africains pourront profiter de la vrai 4G.

    Certains ont déjà fait d’énormes investissements en infrastructure et en licence afin de déployer la 4G. Dans les pays ou le spectre est encore relativement ouvert, un petit retard ne semble pas être un gros souci, mais il faut que les gouvernements évaluent sérieusement les options de financement, les solutions techniques et de contenus (surtout pour les programmes et chaînes « made in Africa »).

    Il existe un autre risque : il semble que certains gouvernements veulent rapidement encaisser l’argent des opérateurs pour délivrer les licences 4G, mais ne veulent pas réinvestir une partie de cet argent dans le réseau TNT national, dans le formation numérique, les boitiers TNT pour les populations pauvres et dans la production TV nationale.

    J'ai parlé à un ingénieur récemment qui me dit que les pylône les plus solides peuvent servir de transmetteur aussi bien pour la TNT que pour les services télécoms, et les boitiers TNT peuvent même servir de borne wifi. Cela semble très intéressant pour les pays d'Afrique : faire d’une pierre deux coups - déployer TNT + les services télécoms haut débit de manière universelle en même temps !

    A part cela, il existe quelques solutions alternatives privées ‘clef en main’ pour lancer la TNT en Afrique francophone : TNTSAT AFRICA, TNT Africa, le bouquet Canal+ et StarTimes peuvent apporter leur contribution.
     
    Mais le numérique n’est pas seulement une affaire techniques et de finances. Face à la concurrence des operateurs satellites, le contenu est ce qui rendra la TNT populaire, ou la transformera en un échec complet.

    Tidiane DIOH, Responsable des programmes médias à l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) rappelait, à l’occasion d’une rencontre des Directeurs de télévisions publiques d’Afrique francophone tenue à Ndjamena en octobre 2013, que, « derrière l’enjeu technologique, il y avait un enjeu culturel, sociologique et même démocratique dont on parle peu.

    Si les nouvelles télévisions numériques qui seront créées sont toutes détenues par de grosses industries étrangères, il est fort probable que les programmes diffusés en Afrique fassent largement échos à des modèles culturels venus de l’extérieur. Or l’Afrique doit saisir cette opportunité historique, qui ne se présentera pas deux fois, pour renverser les flux de communications et maîtriser le récit des évènements qui se produisent chez elle. De surcroît, si l’on considère qu’il n’y a pas de démocratie sans des citoyens bien informés, l’une des conditions du passage au numérique serait de faire de telle sorte que, dans un continent africain où les téléviseurs coûtent encore relativement cher, tout un chacun puisse dispose d’un téléviseur numérique, surtout chez les couches sociales défavorisées.

    Il y a enfin l’exigence écologique minimale qui veut que les Etats prennent des mesures pour arrêter l’importation de téléviseurs analogiques qui ne fonctionneront plus à partir du 17 juin 2015 et que les pouvoirs publics maîtrisent le traitement des stocks de vieux téléviseurs qui seront mis au rebus ; sans quoi nous allons tout droit vers une catastrophe écologique majeure. »
     
    Que font les gouvernements ?

     

    Photo ci-dessous : Tidiane DIOH, Responsable des programmes médias à l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

    Auteur : Sylvain Béletre, Balancing Act, mars 2015.

     

    Article lié - NTIC en Afrique : Le manque de données bloque des milliards d’investissements

     

     

    ------------------------------------------------

    L'UIT marque son 150ème anniversaire par la remise de prix récompensant l'innovation dans le secteur des TIC 2015.
    En anglais : Timeline
    19 January: Launch of the ITU150 Awards
    15 March: Deadline for nominations
    1 April: Results are communicated to winners
    17 May: Winners are announced to the public
    Lire+


    Appel à organisateurs d’évènements :

    L'UIT lance une nouvelle plate-forme et une campagne
    de communication en ligne pour fêter son 150ème anniversaire

    Le site www.itu150.org – point de rencontre de la communauté mondiale #ITU150
    Genève, le 3 mars 2015 – Un nouveau site web vient d'être créé pour mettre en avant les réalisations de l'UIT et les activités en cours qui marquent cette année le 150ème anniversaire de l'Union. Voir www.itu150.org.

    Ce site web contient de nouvelles rubriques qui présentent les célébrations du 150ème anniversaire de l'UIT à Genève et dans le monde entier, en mettant l'accent sur le rôle des technologies de l'information et de la communication (TIC) – vecteurs de l'innovation. Une chronologie interactive figurera sur ce site web pour souligner les grandes dates de l'histoire de l'UIT, de sa fondation le 17 mai 1865, à nos jours.

    Les Membres de l'UIT et tous ceux qui la soutiennent sont invités à prévoir d'organiser des activités tout au long de 2015 et à les présenter au moyen de l'outil en ligne disponible sur le site web. Une carte mondiale interactive permet de s'informer aisément de toutes les activités organisées dans le monde. A l'heure actuelle, une soixantaine d'activités sont présentées dans 30 pays et de nouvelles activités seront acceptées jusqu'à la fin de l'année. Ces activités peuvent être très variées: expositions, concours, publications, articles, ateliers, sites web, parmi d'autres. Il est fourni un kit pratique qui contient du matériel promotionnel, des ressources et des instructions concernant …
    Lire+
     

Syndicate content