ACTUALITéS INTERNET

Déclaration des impôts sur Internet à Madagascar

Désormais, les entreprises doivent faire toutes leurs déclarations d'impôts directement sur Internet. Le système commence à être assimilé par les usagers. La nouvelle technologie au service de la fiscalité. La déclaration d'impôts sur internet ou télédéclarationse généralise depuis ce début d'année. Toutes les sociétés sous la supervision de la Direction des grandes entreprises (DGE) auprès de la direction générale des impôts (DGI) doivent désormais utiliser ce système.

Sont concernés : la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA), l'Impôt sur le bénéfice des sociétés (IBS) et l'Impôt sur le revenu des salariés et assimilés (Irsa). Ce dernier a déjà fait l'objet d'un premier essai vers la fin de l'exercice 2008. « Nous commençons à assimiler l'utilisation de ce système. Ne serait-ce que pour éviter les longues files d'attente auprès de la DGE, la télé déclaration constitue une avancée majeure en matière de réforme fiscale », déclare Lanto, assistant financier au sein d 'une entreprise à Ankorondrano.

La télédéclaration entre dans le cadre de la simplification de la procédure fiscale à Madagascar. L'entreprise n'a donc plus à se déplacer auprès des bureaux du fisc, par contre, elle doit respecter le délai imparti, c'est-à-dire avant le 15 de chaque mois. Une pénalité de 200 000 ariary est automatiquement appliquée en cas de manquement à cette date. Cette pénalité peut aller jusqu'à 1 % par mois en fonction du retard .

« L'équipe de la DGE peut ensuite faire une vérification à posteriori sur place. Mais l'entreprise peut aussi faire un redressement volontaire si une erreur est constatée », précise Sitrake, comptable dans une société de distribution de carte prépayée. Techniquement,la télé-déclaration consiste à entrer les fichiers électroniques de toutes les déclarations d'impôts dans un logiciel disponible sur le web de la direction générale des impôts.

La correction se fait ensuite automatiquement et un moyen pour confirmer l'ordre de paiement par virement du montant dû est déjà prévu. Le seul inconvénient réside dans le manque de performance du réseau Internet à Madagascar et parmi les 630 entreprises sous la responsabilité de la DGE, quelques-unes ne disposent pas encore de connexion.

L’Express de Madagascar

Tweet  LinkedIn  Send to a friend  Share