ACTUALITéS INFORMATIQUES

Microsoft courtise le Cameroun

Son président Afrique signe une série d'accords avec des administrations nationales.

La seule présence au Cameroun de Chick Modibo Diarra la semaine dernière a suscité un certain intérêt. Jadis en service à la Nasa (service aéronautique américain) avec laquelle il a participé au projet Pathfinder pour la conquête de l'univers, l'astrophysicien malien est aujourd'hui le président de Microsoft Afrique. C'est dans ce cadre qu'il a signé une série d'accords avec des administrations publiques et des organisations non gouvernementales (Ong) pendant son séjour, au cours duquel il a rencontré quelques décideurs.

Ainsi, mardi 3 février, Cheick Modibo Diarra a passé un accord avec l'Ong Synergies africaines dont la première dame, Chantal Biya est la promotrice.

Ledit accord prévoit le renforcement des capacités institutionnelles de cette Ong, les échanges d'informations sur les applications innovantes des technologies de l'information et de la communication (Tic) et leur intégration dans les stratégies de prévention et de prise en charge du Vih/Sida et des principales maladies endémiques en Afrique ainsi que l'amélioration de l'accessibilité des communautés aux solutions informatiques adaptés à leurs besoins. Le président de Microsoft Afrique a promis aux responsables de Synergies africaines de mettre leur disposition les logiciels les plus récents.

En ce qui concerne le ministère de l'Education de base, les deux parties comptent réfléchir pour réussir l'intégration de l'informatique à l'école primaire. Un projet qui entre en droite ligne du rêve de Cheick Modibo Diarra de pouvoir, former 45.000.000 d'Africains aux Tic. Les autres hôtes du président de Microsoft Afrique ont été le ministre d'Etat en charge des Postes et Télécommunication Maïgari Bello Bouba et l'agence nationale des Tic (Antic) avec lequel il a également signé un accord. " La mission de Microsoft, à travers le monde, est de permettre aux hommes et au business d'atteindre leur plein potentiel, en mettant la technologie au service du développement. Nous croyons que notre mission, bien qu'ambitieuse, est réalisable; mais nous savons aussi que nous ne pouvons pas la faire seul ", a expliqué Cheick Modibo Diarra pour qui cette visite vient encore confirmer l'implication de Microsoft dans la vie des communautés où elle exerce et " montrer son souci permanent de maintenir des relations étroites avec les partenaires, les clients et les gouvernements d'Afrique et particulièrement du Cameroun ". Le Cameroun qui est le point focal de Microsoft en Afrique central.

Si Microsoft offre gracieusement des ordinateurs et autre matériel informatique, il attend que les consommateurs paient les droits d'utilisation de ses logiciels. Lors d'une séance de travail avec la société civile des droits d'auteur de la littérature et des arts dramatiques (Sociladra), le Malien s'est montré courroucé de savoir que les logiciels de Microsoft sont très piratés. " Imaginez une nation qui un jour, constate que toutes ses données bancaires, de l'état civil ou de la nation sont saisies ou détruites, simplement parce que les gens piratent ", fait remarquer Cheick Modibo Diarra pour qui " 90% des gouvernements africains utilisent des logiciels piratés ".

Pour résoudre ce problème, le responsable de Microsoft dit avoir, à la marge des prix pratiqués, arrêté un tarif D pour l'Afrique, afin que " les gens puissent avoir accès à la clé ". Selon Cheick Modibo Diarra, la clé mieux, le compact disque, coûterait un quart du dollar. Soit 100 Fcfa.

Mutations

Tweet  LinkedIn  Send to a friend  Share