ACTUALITéS éCONOMIQUES

La Bidc apporte un financement de 5 milliards de francs Cfa à la Côte d'Ivoire

Le projet de zone franche de la biotechnologie, des technologies de l'information et de la communication (Zbtic) de Grand-Bassam entre réellement dans sa phase d'exécution avec le démarrage, d'ici à fin mars prochain, des travaux. C'est Kragbé Gadou Vincent, président du Village des technologies de l'information et de la communication de Grand-Bassam (Vitib), qui a fait cette révélation, hier, à la presse. Et ce, à l'occasion de la cérémonie de signature, par le ministre ivoirien de l'Economie et des Finances, Charles Koffi Diby, et le président de la Banque d'investissement et de développement de la Cedeao (Bidc), Christian Adovelande, d'un accord de prêt d'un montant de 5 milliards de francs Cfa (7,2 millions d'unités de compte) pour le financement partiel du projet sus indiqué.

Pour Christian Adovelande, la Bidc entend, par ce prêt, contribuer à la concrétisation de l'initiative ivoirienne dont l'objectif majeur est d'aider la sous-région à réduire la « fracture numérique » qui est préjudiciable au développement des pays africains. «Le développement des Tic, depuis quelques décennies, offre aux pays africains d'immenses opportunités de développement dans tous les domaines.

Cependant, force est de reconnaître qu'à l'ère du numérique, le retard de ce continent en termes d'accès technologique et de production des biens et services est toujours au grand », a-t-il indiqué En favorisant les conditions du transfert de technologie et la délocalisation d'unités de production de biens et services de pointe, la zone franche s'offre comme une chance pour la Côte d'Ivoire et partant pour toute l'Afrique de l'Ouest.

Ce d'autant qu'elle va, en plus, être génératrice d'emplois, promotrice de la formation et de la recherche, et catalyseuse d'une base industrielle renforcée au sein de la Cedeao. Cet engagement de la Bidc auprès de la Côte d'Ivoire a été salué par le ministre Diby, par ailleurs administrateur de la Bidc pour la Côte d'Ivoire. Lequel apprécie également que les financements de cet important projet d'avenir aient commencé à se mettre en place dès que son département et les responsables de la gestion dudit projet ont commencé à travailler ensemble sur le dossier.

Il n'a pas manqué de souligner avec force conviction la viabilité d'une telle zone franche, apporteuse de plus-value en Côte d'Ivoire et dans la sous-région. Concernant le prêt de 5 milliards de francs Cfa, l'argentier du gouvernement ivoirien a assuré le responsable de la Bidc de son utilisation optimale pour atteindre les objectifs à lui assignés.

Il convient de noter que la première phase de la Zbtic dont le démarrage à la fin de ce premier trimestre 2009 va coûter plus de 31,8 milliards de Fcfa et consister en la réalisation sur 120 ha des Vrd, du siège, du premier hôtel d'entreprise, des installations téléphoniques, de fibres optiques et en la rénovation du Vitib.

Les financements seront assurés à hauteur de 9 milliards par l'Inde (convention de prêt déjà signée en juillet 2008), 5 milliards par la Bidc, 13 milliards par une banque de développement sous-régionale et le reste (5 milliards) par l'Etat de Côte d'Ivoire. Ce dernier a déjà procédé à des décaissements en vue de purger les droits coutumiers.

Fraternité Matin

Tweet  LinkedIn  Send to a friend  Share