ACTUALITéS INTERNET

Cote d'Ivoire: Hévéaculture - ce que veut l'Aprocanci

L'organisation des producteurs a désormais son site Internet. L'hévéaculture connaît une croissance dans l'agriculture pérenne de Côte d'Ivoire.

En vue d'une meilleure visibilité sur la filière de l'hévéa en Côte d'Ivoire et sur ses activités en particulier, l'Association des producteurs de caoutchouc naturelle de Côte d'Ivoire (APROCANCI) vient d'ouvrir son site Internet. Cliquez sur pour y accéder. Et vous découvrirez tout sur cette organisation professionnelle née en septembre 1991. Vous saurez par exemple qu'elle se bat pour une meilleure rémunération des planteurs d'hévéa. Aussi ses responsables entendent-ils lier un partenariat franc avec les usiniers pour régler un certain nombre d'anomalies qui existent dans la structure du prix. Il s'agit, entre autres, de la décote de 3% opérée sur le prix d'achat alors que le caoutchouc ivoirien est réputé de bonne qualité. Cette décote qui apparaît donc injustifiée pour les planteurs doit être supprimée. C'est en tout cas, l'un des enjeux essentiels de la bataille de l'APROCANCI dans son programme d'activités sous le mandat (2005-2008) du président du conseil d'administration, Wadjas Honest.

Pendant ces trois prochaines années, l'accent sera surtout mis sur la création de coopératives dans toutes les sections de l'APROCANCI. Ce sera l'une des voies permettant aux planteurs de pouvoir bénéficier de commodités utiles pour la conduite de leurs exploitations. Les responsables de l'APROCANCI comptent conclure dans ce sens un partenariat avec les usiniers pour la fourniture d'engrais et d'herbicides à prix courant, aux producteurs. Déjà pour la prochaine campagne, on s'active à mettre les plants à la disposition des planteurs.

L'on pense sérieusement aussi à la création d'uu centre de formation pour saigneurs (les personnes qui font couler la sève de l'hévéa). Ce projet apparaît comme une nécessité absolue pour les producteurs, confrontés ces derniers temps à une rareté de la main-d'oeuvre. Ce sera, expliquent le président de l'APROCANCI et son vice-président, Magne Pierre, la seule façon pour les planteurs de s'affranchir des caprices des quelques rares saigneurs qui règnent en seigneurs dans les plantations. Des contacts ont été pris avec l'Institut européen de coopération et de développement pour un soutien à la mise en place de cette école de formation.

L'Aprocanci compte mener aussi de " façon impitoyable " une lutte contre le vol de fonds de tasse (la sève recueillie dans les petits récipients accrochés aux arbres).

Fraternité Matin

Tweet  LinkedIn  Send to a friend  Share