ACTUALITéS INTERNET

L'Unesco veut renforcer les arts numériques en Afrique

Comment favoriser la mise en réseau et le développement des activités liées aux arts numériques en Afrique?

C'est autour de ce thème que des experts venus d'Europe, d'Afrique, d'Asie et du Canada ont réfléchi, pendant deux jours, en marge du Festival des arts électroniques de Linz, petite ville d'Autriche.

La rencontre, qui a eu lieu le 4 et 5 septembre derniers, était organisée par l'Unesco à travers son programme Digi Arts. Diverses communications ont été présentées sur des sujets comme "Les stratégies éducationnelles pour favoriser davantage de producteurs dans les arts numeriques" (Goeffrey Otieno de la structure Nairobits du Kenya) ; "Le rôle et les domaines d'intervention de la fondation Daniel Langlois dans les pays émergents et en Afrique" (Jean Gagnon, directeur exécutif de cette fondation canadienne) ; "Les arts numériques et l'environnement des musées en Afrique" ; (Lorna Abungu, directrice exécutive du Conseil international des Musées africains) ; " La Biennale de Dakar, une opportunité pour le développement des arts numériques en Afrique", ainsi que diverses contributions orales faites par des experts et professionnels des arts ou du numérique.

Les responsables du volet Digi Arts à l'Unesco, Jaco du Toit et Doyun Lee, ainsi que Marcus Neustetter de Trinity Session en Afrique du Sud, ont présenté le programme et un de ses démembrements : le Digi Arts Africa.

Le programme de l'Unesco est ambitieux et ses principaux objectifs sont les suivants : rechercher les artistes et les théoriciens les plus reconnus dans le domaine des arts, des sciences et des technologies de l'information et de la communication ; concevoir une base de données géographique sur les artistes des zones géo-culturelles d'Afrique, des Etats arabes, de l'Asie-Pacifique, de l'Amérique latine et des Caraibes ; faire des recherches historiques sur les principaux musiciens ayant utilisé ces technologies dans leur travail de creation sonore ; sélectionner des textes fondateurs, sur l'art et la musique, liés aux nouvelles technologies...

Le programme comporte aussi des sessions de formation professionnelle et des séminaires en ligne destinés aux débutants ; des formations en ligne sur la création musicale liée aux nouvelles technologies ; la conception de guides d'utilisation et de documentations sur une sélection de logiciels libres, de retouche d'images, de photomontage, d'animations, de synthèses et de manipulation sonore.

L'Unesco organise depuis quelques années un Prix pour les arts numériques , dont le thème de cette année est : "La ville et les médias créatifs" (les artistes qui veulent compétir peuvent téléchargerle formulaire sur le site : http://www.nabi.or.kr/unesco_award).

L'organisation onusienne compte participer au développement des arts numériques, en Afrique, par l'intermédiaire de grandes manifestations comme la Biennale de l'art africain contemporain de Dakar qui, depuis son édition de 2002, développe un concept dénommé Dak'Art Lab, dont l'un des principaux objectifs est d'être une plate-forme où se rencontrent des scientifiques, des techniciens et des artistes qui s'intéressent au développement des arts numériques dans le continent.

La finalité est de mettre en place un véritable laboratoire multimédia de recherches, d'information et de formation concernant ces nouvelles technologies devenues incontournables en ce début de siècle. Ainsi, l'Unesco a-t-elle promis de renforcer cette initiative lors de la prochaine Biennale prévue du 5 mai au 5 juin 2006 à Dakar.

Le Soleil

Tweet  LinkedIn  Send to a friend  Share