Compte rendu de Côte Ouest sur l’édition du MIPTV 2015

Distribution Audiovisuel

Pour Côte Ouest, l’édition du MIPTV 2015 revêt une importance toute particulière, pour plusieurs raisons, explique Bernard Azria, directeur de Côte Ouest.

«C'est à ce MIPTV que nous avons ressenti de façon concrète la prise de conscience des acteurs de l’industrie pour les nouveaux canaux de distribution dits "non traditionnels", c'est à dire les nouvelles plateformes, l’OTT, le contenu délinéarisé, etc. canaux de distribution dont on chante l'arrivée depuis des années. C'est à ce MIPTV que nous  avons eu des preuves  tangibles de leur mise en place : nous avons enfin rencontré des compagnies avec des offres permettant d’adresser ces nouveaux canaux.

De plus, le volet digital a pris une toute autre ampleur. Il deviendra pour Côte Ouest l’une des priorités 2015. L'importance du nombre de conférences sur le thème du numérique lors du "MIP Digital Fronts" en est la preuve. Nous avons amené notre équipe dédiée au développement de notre activité digitale, où nos collaborateurs ont participé à tous les symposiums. Ce fut l'occasion pour eux de renforcer leurs connaissances et bien sûr de tisser des relations dans ce domaine.

Un autre point clé est notre première participation réussie au MIPDOC. C’est avec grand plaisir que nous avons constaté l'intérêt croissant  soulevé par plusieurs diffuseurs occidentaux, comme ARTE pour ne citer que  cette chaîne,  pour notre sélection de documentaires africains. Il faut dire que nous sommes particulièrement fier de nos têtes d’affiche, qui présentaient des documentaires africains très prometteurs tels que «Miners Shot Down» vainqueur du meilleur documentaire au FESPACO 2015, «Alexandra my Alexandra» un gros plan poignant relatant à travers des témoignages de personnalités tels que celui de Nelson Mandela,  la dure réalité du célèbre «township» d’Afrique du Sud.

«Regarding Africa» une sélection de 200 courts formats relatant la culture, les évènements, et les ‘success stories’ venant de toute part de l’Afrique, et  «I love Kuduro» du studio de production primé Semba Communcaçao faisant vivre le phénomène musical venu de l’Angola, le Kuduro.

Au niveau des nouvelles entrées dans notre catalogue, nous sommes également très fiers d’annoncer l’acquisition de trois fictions du talentueux et réputé producteur Kunle Afolayan, des studios Golden Effects. Il s’agit de «Figurine», «Phone Swap» et «October 1». October 1, diffusé la première fois au cinéma  au Nigéria en octobre 2014 a remporté plus d’une quinzaine de prix. Il s’agit d’un thriller psychologique, captivant qui raconte l'histoire de Danladi Waziri (Sadiq Daba), un agent de police du nord du Nigéria dépêché dans une ville lointaine de l'Ouest du Nigéria, Akote pour enquêter sur les meurtres sordides de jeunes femmes dans la communauté. Meurtres pour lesquels, lumière doit être faite avant le 1er Octobre, jour de l'indépendance du Nigéria.

Mais l’élément clé, ce que nous retenons, c’est la reconnaissance de Côte Ouest comme étant le «one stop shop» de la distribution de contenu africain. Après de longues années passées à militer, à assurer la circulation, la promotion, le développement du contenu africain, c'est à ce MIPTV que nous percevons un début de récompense. C’est du ressenti, mais nous avons eu à plusieurs reprises des compagnies qui venaient naturellement vers nous, intéressées par notre catalogue. C’est une bonne nouvelle pour nos producteurs et Côte Ouest. D’ailleurs, plusieurs de ces compagnies nous ont données RDV en juin à DISCOP Abidjan.

En effet, depuis le tout premier DISCOP à Dakar en 2009 puis à Accra et Johannesburg, Côte Ouest n'a eu cesse que de plaider en faveur de l'organisation d’un DISCOP à Abidjan  dédié au marché francophone. On est content de voir que les organisateurs du DISCOP ont tenu leur promesse. Contribuant ainsi à redonner à la ville et au pays dont nous avons fait le choix pour notre implantation principale il y a déjà 20 ans, le rang qu'il mérite dans l'échiquier des nations. Nous félicitons le gouvernement ivoirien pour son soutien à cet évènement, et de la participation de certaines instances telles que la RTI.»