TNT en Afrique : Tout vient à point à qui sait attendre

A la une

Lancement de la TNT (la TV numérique terrestre) : Comme l’écrit Tidiane DIOH, dans un article publié le 22.06.2015 sur Ina Global*, «l’Afrique doit saisir cette opportunité historique, qui ne se présentera pas deux fois, pour renverser les flux de communications» de l’Afrique vers l’extérieur.

Certains disent qu’une partie des états africains ont d’autres priorités plus vitales que de lancer la TNT ou le tout numérique;  Mais cette TNT, reflet de la pensée humaine, peut aussi contribuer à résoudre de nombreux problèmes vitaux. Il ne faut donc pas la négliger, mais au contraire mettre tous les ministères à contribution pour faire passer des messages importants à la population.

Le 17 juin 2015, la date recommandée de coupure de l’analogique pour diffuser en numérique en Afrique n’aura pas été atteinte par la plupart des pays, mais aura eu le mérite de provoquer deux sursauts positifs : alerter les gouvernants de l’impact majeur et des nombreuses opportunités qu’offre ce basculement, et encourager les journalistes et experts du continent à produire des articles sur le sujet, articles dont la quantité n’a jamais été atteinte auparavant.

Grâce à cette production historique d’articles de presse, la face cachée des lancements de la TNT est enfin – du moins en partie - sous les projecteurs, l’occasion d’interpeler experts, décideurs et investisseurs, mais aussi d’échanger sur les solutions stratégiques. Cette édition offre une sélection d’articles sur les progrès en cours dans quelques pays.

Les gouvernants en charge du dossier se rendent compte qu’il est urgent de réguler les secteurs audiovisuels et numériques pour sécuriser les investissements, et adapter l’écosystème à cette révolution. Les états doivent sélectionner les acteurs du contenu, lancer des appels d’offres, monter les financements et les PPP, aider les chaînes nationales, renforcer la production nationale en programmes TV, recycler les appareils obsolètes, préparer les fréquences, planifier la distribution des boitiers, tester et visser les derniers boulons… et bien sûr orienter les citoyens, sans quoi la TNT sera un échec populaire.

Sans céder à la procrastination, il n’est plus question de se précipiter. Il faut prendre le temps de construire à la fois un accès universel à l’information, et un secteur médiatique national dynamique. Tout vient à point à qui sait attendre.

*La télévision en Afrique subsaharienne, une histoire contrastée.