Cpaci : L’horizon semble se dégager pour les producteurs audiovisuels ivoiriens

Production Audiovisuel

Mamadou Latif Toungara (Président des producteurs audiovisuels) / L’horizon semble se dégager pour les producteurs audiovisuels ivoiriens avec l’organisation du Discop à Abidjan.

Mamadou Latif Toungara, président des producteurs audiovisuels de Côte d’Ivoire livre dans cet entretien les retombées de ce marché pour le secteur.
“Notre secteur a besoin d’un mécanisme d’aide à la production”

Quel bilan la Conférence des producteurs audiovisuels de Côte d’Ivoire tire-t-il du premier Discop tenu à Abidjan du 2 au 4 juin ?

Le Discop est un marché mondial de vente et d’achat de contenus de programmes audiovisuels. Les producteurs ivoiriens ne pouvaient pas être absents à ce marché. Nous nous sommes tous inscrits dans la vision d’émergence du pays prônée par les autorités. Le secteur de la communication de l’audiovisuelle est un pilier pour faire avancer le pays vers cette émergence. En obtenant l’organisation de l’un des plus grands marché du monde de l’audiovisuel, la Côte d’Ivoire prouve ainsi qu’elle est sur la bonne voie pour parvenir à l’émergence en 2020. Et, nous avons fait plus. Car grâce au ministère de la Communication, nous avons obtenu l’organisation chaque année du Discop à Abidjan. C’est déjà le premier constat. Ensuite, ce premier Discop nous donne beaucoup de satisfactions. Les ministères de la Communication et celui de la Culture et de la Francophonie ont apporté un appui conséquent aux producteurs afin de leur permettre d’être présent à ce marché international. A la veille de la libéralisation de l’espace audiovisuel, il était important de participer à un tel événement. Il était surtout important que les producteurs ivoiriens se positionnent sur ce marché.

… Des pays nous ont même félicité pour la parfaite organisation de la Conférence des producteurs audiovisuels de Côte d’Ivoire. Ils sont prêts à s’inspirer du modèle de la Cpaci. Notre participation au Discop a donc été très significative.

Combien de producteurs ivoiriens ont participé au Discop- Abidjan ? Beaucoup se plaignaient par exemple de n’avoir pas été associé à l’événement ?

Le nombre n’est pas le plus important. La Cpaci est la faitière des producteurs de Côte d’Ivoire. La conférence représente tous les producteurs. Nous nous sommes battus pour avoir un stand. Il faut savoir qu’un stand au Discop coûte 4000 dollars, sans les frais d’habillage. Il y a aussi que chaque professionnel pour pouvoir avoir accès au marché doit payer la somme de 250.000 F cfa…

Source : L’Expression, Côte d'Ivoire 17/06/2015.

Lire aussi cet article