Afrique : Bolloré veut lancer des salles de spectacles ouvertes pour que l'on puisse diffuser des films

Diffusion Audiovisuel

Ce M. Afrique de Bolloré connaît tout des arcanes économiques, politiques aussi, du business franco-africain. Il s'en ouvre au "Point Afrique". Il n'oublie pas la diffusion de films...

Expliquez-nous comment vos projets s'inscrivent dans la dynamique du développement de l'Afrique ?

Un exemple : la BlueLine. Autour de la BlueLine, nous avons mis en place un concept : les BlueZones. Dans un même lieu, vous trouvez ainsi un espace où des individus se retrouvent et ont la possibilité d'exercer un certain nombre d'activités. On y capte l'énergie solaire que l'on stocke dans les batteries Bolloré (les mêmes que celles des Autolib'). Ces batteries restituent cette même énergie le soir, ce qui sert à produire 10 000 litres d'eau. Il y a également des terrains de sport, des zones pour se retrouver, des petits ateliers pour que les femmes puissent faire marcher leurs machines à coudre électriques, mais également recharger les ordinateurs et les téléphones. Ce sont des espaces conviviaux avec des salles de spectacles ouvertes pour que l'on puisse diffuser des films... Il y a aussi à chaque fois un dispensaire. On fabrique ainsi des lieux de vie. Et là où la densité de population est moindre, on fait des BluePoints.