Algérie : Les enfants de Novembre sont morts à la télévision

Production Audiovisuel

Comme chaque 1er novembre, la Télévision nationale nous programme des films sur la révolution. Bien sûr, il y a des films qui sont intouchables comme La bataille d'Alger de Gillo Pentecorvo, mais aussi l'Opium et le Bâton d'Ahmed Rachedi. Cette semaine, les deux principales télévisions les plus regardées par les Algériens, A3 et Canal Algérie ont programmé les éternels films Les enfants de Novembre de Moussa Haddad, magnifiquement enrôlé par la musique envoûtante d'Ahmed Malek et Canal Algérie a programmé depuis hier le feuilleton El Harik de feu Mustapha Badie, également marqué par la musique majestueuse de Lamine Bechichi.
 
Curieusement, les téléspectateurs algériens n'ont jamais détrôné ces œuvres qui ont constitué le sommet de la création audiovisuelle et cinématographique algérienne sur la révolution. Curieusement encore, plus de 50 ans après la réalisation et production de ces œuvrés aucun cinéaste ou réalisateur n'a pu les détrôner. Des milliards de dinars ont été dépensés entre Télévision nationale, ministère de la Culture et ministère des Moudjahidine mais aucun film n'a réussi à séduire le public et les professionnels ou à égaler leur talent...
Par Amira SOLTANE - Samedi 31 Octobre 2015
Lire+