Télévision publique camerounaise : « Notre existence ne se justifie pas si le public est mécontent »

Diffusion Audiovisuel

Amadou Vamoulké, directeur général de la Crtv, explique les nouvelles orientations de cet office public camerounais de télévision qui sera éclaté en six chaînes à l’ère du numérique.

La Crtv vient d’organiser un Forum national sur les contenus des programmes de la Télévision numérique terrestre. Quand tout cela sera-t-il visible à l’antenne ?

AV : Dans un proche avenir. C’était d’ailleurs le but de l’exercice. Nous évoluons dans un nouvel environnement technologique. Il y a des incertitudes et des certitudes. L’intérêt du forum était de réduire les incertitudes et d’avancer dans la mise en place de la Télévision numérique terrestre (Tnt), d’un pas relativement assuré. Il fallait s’assurer que les propositions que nous allons faire correspondront peu ou prou aux attentes de notre public divers et varié. Nous avons déjà l’outil technique en place. Le contenu, on l’appréhende encore globalement. Il s’agit maintenant de le fabriquer. Dans l’audiovisuel, il y a ce qu’on appelle les programmes de flux et les programmes de stock. Les programmes de flux sont dictés par l’actualité. Par exemple, un arbre tombe ici, et on descend sur le site pour un reportage. Les programmes de stock sont planifiés, réalisés et stockés pour meubler l’antenne. Ces programmes, on ne les a pas encore.

Quels sont les changements attendus sur l’antenne télé de la Crtv ?

AV : Le premier changement, c’est qu’il n’y aura plus une seule Crtv, mais il y en aura six.

... plus de zones d’ombre et des zones de silence. Tous les Camerounais pourront avoir le signal à disposition. On fera concourir la fibre optique et le satellite de manière marginale, pour que chacun puisse avoir le signal de la Crtv. Ce qui va changer aussi c’est qu’il faudra acquérir des outils pour recevoir les chaînes à la maison, même si le bouquet sera offert gratuitement …

Lire+