Joyeuses fêtes de fin d’année - de la part de Balancing Act ! bilan 2015, TNT et prévisions 2016

A la une

Chers lecteurs, clients, téléspectateurs, contributeurs et annonceurs,

Nous vous souhaitons de très bonnes fêtes de fin d'année - de la part de Balancing Act.


Bilan 2015 - une année charnière pour le secteur de l’audiovisuel en Afrique

Prévisions 2016

Par Sylvain Béletre, Balancing Act.

L'année 2015 fut marquée par des changements et des innovations dans l'industrie de l’audiovisuel en Afrique au point que ce secteur n’a plus rien à voir avec son état en 2010: en 5 ans, le secteur a vu naître de nouvelles chaînes de TV, de nouvelles plateformes de VoD liées à l’Afrique, des services TNT désormais disponibles dans certains pays, et quelques nouveaux programmes TV produits d’Afrique.

Ci-dessous: des participants du séminaire sur la transition numérique organisé par l'OIF à Cotonou, Benin - décembre 2015.

 Audiovisuel 29 - OIF Cotonou 2015

La semaine dernière, un séminaire-bilan sur la transition numérique en Afrique francophone organisé par l’OIF du 08 au 11 décembre 2015 à Cotonou, au Benin, a permis de faire le point sur les expériences de démarrage de la TNT à travers 26 présentations dont 13 expériences nationales à travers l’Afrique. Une partie des conclusions est accessible dans cette édition, dans les sections production et diffusion.

Renforcer le secteur du contenu national

Il ressort entre autre de cette réunion historique qu’il existe une véritable opportunité pour les Etats de renforcer le secteur du contenu national au bénéfice des citoyens et de l’économie des nations. Cela avait été dit dans le passé mais cet argument devient une évidence, à la fois pour les Etats et pour les professionnels du secteur. Mais les ayants-droit vont-ils être payés pour la diffusion de leurs programmes?
 
Selon le dernier rapport d’Ernst and Young relayé par l’Unesco, les industries culturelles (dont les programmes audiovisuels, la musique, la publicité, la radio, les jeux vidéo, etc.) en Afrique et au Moyen Orient génèreraient 58 milliards de dollars et emploieraient 2,4 millions de personnes, représentant 1,1% du PIB (produit intérieur brut), et 3% du total de ce secteur au niveau mondial*. C’est sans compter deux éléments importants : d’une part l’économie informelle qui règne en maître dans cette zone du monde, et d’autre part les africains de la diaspora hors du continent africain - dont un grand nombre est lié à cette industrie.
 
En Afrique la production et la visualisation de films sont maintenant des moteurs de la croissance et de l'emploi dans le industries créative, avec des succès tels que de Nollywood, l'industrie cinématographique nigériane, qui emploierait directement 300.000 personnes. Pourtant, le marché africain est peu structuré et les biens culturels sont largement distribués par l'économie informelle, qui pourrait employer 547,500 personnes et générer 4.2 milliards de $US en revenus, selon le même rapport.
 
*télécharger le rapport gratuit

Quelles priorités?

Pour clôturer cette année, nous avons demandé à une partie de nos contacts leur avis sur les bouleversements en cours, et les stratégies à adopter pour s'attaquer aux faiblesses du secteur en 2016 et au delà.
 
Forces du secteur

Bertrand Cardot, un technicien audiovisuel rapporte que les professionnels du secteur ont de grandes capacités d'adaptation, des facilités d'apprentissage, et une "calmitude" incomparable. Il remarque par ailleurs que les personnes qui veulent faire avancer les choses sont les techniciens publics et privés, alors que ceux qui tiennent les cordons de la bourse sont encore dans un ancien modèle.
 
Pierre Jaladeau - Directeur Afrique chez cfi – observe un grand nombre d’auteurs, des réalisateurs parfois youtubers de grand talent, avec beaucoup d’histoires à raconter ; Un secteur de la télévision en pleine expansion pouvant s’appuyer sur une croissance économique globalement forte dans la plupart des pays d’Afrique ; Des chaînes d’Etat qui commencent à se penser en chaînes publiques dynamiques, et restructurent leur management, grille, outils de production, de distribution.
 
Bernard Azria, directeur de Côte Ouest, le plus grand distributeur de programmes TV du continent, avait confié à Balancing Act en mai 2015 «des histoires originales que l’on peut reporter à l’écran, on en trouve partout en Afrique. Nous en avons plein les tiroirs».
 
Jean-René Aucouturier, Directeur Commercial et Développement du Pôle TV de Lagardère Active applaudit «le potentiel, la croissance, le dynamisme, et la capacité des acteurs à être très réactif aux nouvelles technologies».
 
Faiblesses du secteur

D’autres experts locaux rapportent cependant que les décideurs du secteur manquent encore d’imagination pour innover, dépasser les modèles qui existent sur d’autres continents, alors même que l’Afrique regorge de talents créatifs. «On reste dans le copier/coller de modèles étrangers» confirme un autre, et «on ne donne pas assez de moyens aux talents créatifs». «Nous sommes cadrés par des juristes et des financiers qui ne sont pas des pros du secteur», confirme un ponte du secteur. L’un de nos contacts remarque en outre «le manque de gros opérateurs africains, ce qui réduit le potentiel des investissements d’envergure».
 
Parmi d'autres faiblesses décelées sur le terrain, on compte un «manque de vision long terme, un manque de savoir faire, trop peu d'écoles sérieuses, un manque de matériel et d’expertise de niveau international. Il suffirait de peu pour que les chaînes de télévision accomplissent un travail remarquable, et élèvent les standards de production et de diffusion à un niveau competitif».  La distribution est l’un des maillons faibles : «En gratuit comme en payant, il manque quelques pros de la distribution de programmes et de chaînes TV».
 
«L’environnement réglementaire et l’absence d’études d’audiences sont autant d’éléments qui freinent le développement du marché publicitaire, donc la croissance des chaînes de télévision. De la même façon, il existe une demande croissante des chaînes en matière de programmes africains mais ceux-ci sont produits en nombre et en qualité encore trop limités. Il faut donc travailler sur les compétences techniques et artistiques tout en garantissant un bon financement des programmes. Donc, pour synthétiser, la force du secteur c’est ses programmes, et la faiblesse c’est… ses programmes également!» confirme Jalladeau.
 
«L’une des menaces du secteur est déjà bien installée par les chaînes occidentales et asiatiques : elle remporte audimat et annonceurs. Une partie des programmes que ces chaînes étrangères diffusent n’est pas adaptée aux cultures locales, et apporte peu au public africain» affirme Cardot.

Mais ces chaînes étrangères permettent aux acteurs locaux de se former, de comparer, de se financer et de réagir. Pour expier leurs lacunes, les pros du secteur ont souvent pointé du doigt les sociétés étrangères et les politiques. Mais ils savent au fond que l’union et l’innovation font la force. Chacun doit se dire «j’ai une responsabilité».
 
Les opportunités

«L’opportunité principale se trouve donc dans le domaine des programmes, bien sûr. A mesure que ce créent des chaînes - notamment avec l’arrivée de la TNT - ces dernières cherchent à alimenter leur grille. Il y aura encore beaucoup de programmes étrangers et anciens, mais les chaînes devront investir également dans du programme local dans le flux comme dans la fiction.

Cette demande représente une opportunité pour les producteurs à condition que ces derniers montent en compétence et améliorent la qualité technique de leur programme. Il faut aussi que les diffuseurs tendent la main et ouvrent leur porte monnaie pour financer des programmes, ce que est rarement le cas. Mais rien n’est inéluctable et je pense qu’on avance dans la bonne direction» ajoute Pierre Jaladeau.

Pour Balancing Act, la 'brique' publicitaire est primordiale pour l'écosystème : il faut créer ou renforcer des régies africaines qui dynamisent la pub TV sur le continent. La publicité audiovisuelle doit également accompagner les programmes  d'Afrique diffusés sur le web ou en OTT.

Enfin, un tour de table effectué lors de ce séminaire TNT de Cotonou permet désormais de confirmer que les pays concernés comptent lancer la TNT sous peu (entre 2016 et 2020), et que 3 pays représentés à cette réunion – le Rwanda, le Sénégal et le Maroc - ont déjà franchi le cap. Mais les acteurs présents indiquent que les politiques-décideurs africains ne listent pas la construction du secteur audiovisuel dans leur priorité urgente. Hautement stratégique, ce secteur passe pourtant au second plan, même si la TNT reste un enjeu majeur pour le plan numérique du continent.
 
Le groupe Lagardère et les spécialistes de la TNT en Afrique ont un avis convergent : Il semble que les gouvernements commencent à réellement prendre conscience de la nécessité d’investir dans le contenu et de fusionner les expertises, qu’elles soient locales ou étrangères. Lagardère est par exemple sur le pont et s’intègre à cette profonde mutation du paysage audiovisuel africain pour créer des projets ad hoc dans chaque pays. Enfin, le développement OTT est un grand changement, et va favoriser la commercialisation des programmes en non-linéaire.

Bernard Azria conclut cet état des lieux en indiquant que «2015 fut l’année des investissements dans les infrastructures audiovisuelles. Cette tendance se poursuivra en 2016, avec en outre la création de fonds dédiés au contenu national ou local. L’Afrique a déjà montré son leadership dans plusieurs segments télécoms (finance sur mobile, certaines apps innovantes), elle a les capacités d’exceller dans le secteur audiovisuel. L’avenir de ce secteur se trouve au delà de ses frontières, sur la scène internationale».

La lutte contre le piratage dans l'industrie audiovisuelle reste une priorité sur 2016. Des experts de l'Unesco avaient estimé qu'au Nigeria l'industrie de la contrefaçon emploie environ 300 000 personnes, soit autant que l'industrie de la production de films... Mais comment organiser la protection de la propriété intellectuelle sur le continent? un vaste chantier en perspective.

Parmi les autres opportunités, voir également : formation au numérique, études d'audience TV régulières, et archivage des programmes et dépôt légal.

Ci-dessous: Feuilleton de l'Ina : captation du dépôt légal.

Audiovisuel 29 - INA Video Screen Shot

Ces faits font de 2015 une année charnière pour le secteur des médias en Afrique, et en particulier de l’audiovisuel du continent. 

Par Sylvain Béletre. 17 décembre 2015.


Des études qui vous feront gagner du temps…et de l’argent

Audiovisuel 29 - Balancing Act Materials

En 2014, nous avions d’ailleurs publié une importante étude de marché dans certains pays d’Afrique, et les résultats sont disponibles gratuitement si vous vous rendez sur www.balancingact-africa.com, et regardez dans la colonne de droite.

Cette année, nous avons publié plusieurs études rédigées dans un anglais facile à digérer : une étude qui concerne la forte progression de la 4G-LTE en Afrique à travers un état des lieux par pays remis à jour mensuellement.

Une autre publiée par nos soins sur les investisseurs dans les TMT (télécoms, medias et technologie) répond aux nombreuses demandes de financement dont nous font part des entrepreneurs. 

Nous avons également mis à jour nos tableaux concernant l’évolution et l’état des lieux de la TNT en Afrique et de la VoD liée à l’Afrique, deux segments qui continuent à intéresser nos clients.

Enfin, nous gardons un œil sur la progression des chaînes de télévision et des plateformes numériques musicales sur le continent.

En partenariat avec &Innovation, nous avons commercialisé - à bas prix vu l ‘effort de recherche fourni - une étude sur les services financiers mobiles en Afrique, étude qui a commencé à remporter un certain succès. L’étude recence plus de 160 services dans ce domaine, et aide à monétiser et étendre le champ de nombreuses solutions.

Pour certains, ces études - que nous fournissons à des prix souvent largement inférieurs à ceux pratiqué en Occident, et surtout aux coûts de vos recherches en interne - sont des outils stratégiques essentiels qui vous servirons à faire progresser votre entreprise et vous feront gagner beaucoup de temps. 

Nous avons réalisé de nombreuses études et fourni des alertes et conseils sur mesure à un éventail de clients, y compris des opérateurs, des équipementiers, des investisseurs et des instances gouvernementales en Afrique. Parce que nous travaillons discrètement, vous pouvez ne pas être conscient que nous offrons ces services. Si vous pensez que vous avez des besoins ou des exigences de ce genre, contactez-nous. Nous aurons peut-être des données, des contacts et des idées pour vous aider à améliorer votre situation et accélérer votre développement. 

Vidéos :

Sport : Le basket Sénégalais – 3ème sport national après le foot et la lutte sénégalaise - a un niveau international acceptable – il faut le soutenir avec des infrastructures et des moyens médiatiques. AMTV, Dakar street ball by Papa Alassane NDIAYE.

Balancing Act parcourt l’Afrique et produit des interviews en format audio et vidéo (anglais-français) sur les secteurs des NTIC, télécoms et de l’audiovisuel, générant un trafic de 10-12,000 vues/mois. Si vous êtes un média et cherchez des programmes courts dans ces secteurs à prix raisonnables, contactez-nous. >>Regardez les vidéos ICI.

Audiovisuel 29 - Parminder Vir

Exemple:

Le milliardaire Tony Elemelu distribue 100 millions USD sur 10 ans à 10 000 entrepreneurs -  Parminder Vir, CEO of Tony Elemelu Foundation on a programme to create 10,000 African entrepreneurs.  Parminder Vir, de passage à Paris en décembre 2015, a confirmé à Balancing Act: sur les centaines de milliers de propositions reçues, "après l'agriculture, les NTIC, dont les sites et applications web représentent le second secteur pour lequel nous avons le plus de demandes de financements". Les banques africaines devraient travailler sur ce fait et adapter leurs services en conséquence.

Audiovisuel 29 - Parminder Vir Video


Les faits marquants de l'année - Articles les plus lus en 2015

Archives de Balancing Act - La veille de l'audiovisuel en Afrique, 2015 :

Une afrocalypse audiovisuelle : Netflix arrive en Afrique, Naspers réagit

Un secteur audiovisuel africain en pleine mutation

Discop Africa : 2200 délégués enregistrés!

TV5Monde en Afrique : audience en croissance et africanisation du contenu - le message d'Yves Bigot

Après le succès de Nollywood TV et Novelas TV, THEMA lance maintenant sa troisième chaîne : Gospel Music TV

Trace dévoile des innovations ambitieuses pour 2015/2016

Baziks, première plateforme musicale congolaise avec 139,229 pages vues et 3000 titres

Audiovisuel : Afrotainment, un pont entre l’Afrique, l’Europe et le Nouveau Monde pour diffuser la culture Black

Stratégies : Les professionnels de l’audiovisuel public francophone se tournent vers les jeunes créateurs et le financement

Canal+ renforce son offre pour l’Afrique et s’engage dans les 11èmes Jeux africains

Gabon : Mactar SILLA lance ‘Label TV’, chaîne à vocation internationale

TNT en Afrique : Tout vient à point à qui sait attendre

TNT en Afrique : les gouvernements ont-ils tenu leurs promesses ?

Discop Africa Abidjan : >520 participants !

Partage de programmes TV via l’URTI : nouveau président, nouvelles perspectives

Christoph Limmer (Eutelsat): «Au cours des deux dernières années, j’ai été témoin de la plus forte demande pour les services de diffusion en Afrique!"

L’Afrique avait RV avec le MIPTV

Abidjan devient un centre francophone important de productions TV

Afrique : Canal Holding lance une offre panafricaine de bouquets TV par satellite avec plus de 70 chaînes

Afrique : si vous étiez ministre, que feriez-vous pour soutenir le secteur audiovisuel?

Africable annonce la première plate-forme hybride TNT/DTH en Afrique de l'Ouest

Décharges sauvages : le film choc à La Réunion

Afrique : améliorer la mesure d’audience média

Canal+ Afrique : nouvelle formule pour l’émission TV "Réussite"

Stratégie audiovisuelle en Afrique : les priorités 2015

Afrique : Quelle régulation pour appréhender le grand virage des médias ?

Discop 2014 : Startimes annonce sa vision stratégique en Afrique

Le Réseau francophone des régulateurs des médias (REFRAM) aborde la TNT en Afrique


Dans Cette édition: 

Production Audiovisuelle

La Chine lance son premier centre de recherche sur la télévision et les films africains

Afrique - Audiovisuel : les 10 productions qu'il ne fallait pas rater en 2015 !

Airtel Gabon commence la diffusion de son programme au service de familles en détresse sur Gabon Télévision le 5 décembre 2015

Afrique, TNT : Une opportunité historique de renforcer le secteur du contenu national

Chanteuses africaines qui ont fait un carton en 2015

Classement Forbes des artistes africains les plus influents en 2015: DJ Arafat en tête !

Côte Ouest se lance dans le doublage et renforce son incubateur à talents «Studio CO2»

Diffusion Audiovisuelle

Voyage dans l’indigence médiatique du Sud-est Gabon

Une chaîne Tv nigériane veut retransmettre dans 10 pays africains une cérémonie musulmane prévue au Sénégal

Maroc : Medi 1 TV va redevenir une chaîne d'info en 2016

Afrique du Sud - télévision payante : 7,1 millions de clients en 2018

Sélection des programmes "A Voir Absolument" en Janvier sur TV5MONDE Afrique

Eutelsat et le Centre de Télévision du Vatican : retransmission en Ultra HD mondiale de la cérémonie d’ouverture de la Porte Sainte

Stratégie TNT : couplée à la TV n’importe où, n’importe quand

Distribution Audiovisuelle

Sénégal : 375 000 décodeurs TNT vendus !

Belgique-Afrique : des cadeaux originaux pour les cinéphiles et les fans de culture

Canal+ et iROKO lancent le premier service de SVOD sur mobile Android pour l’Afrique francophone

l'Institut national de l'audiovisuel renforce sa distribution en Amérique et distribue toujours du contenu d’Afrique

DStv achète les droits de la série ‘Barbarians Rising’

Accélération pour améliorer de la situation des créateurs des œuvres de l’esprit en RDC

Eco-finances

Cinéma algérien à Carthage : 3/4 films finacé par le contribuable français

La Chine injecte 60 milliards de dollars d'aide en Afrique

Nigéria : Malaik, portail de financement participatif des startups panafricaines

Le P-DG de Medi 1 TV ignore le marché audiovisuel algérien

La Chambre de Commerce de Dubai présente un rapport sur les secteurs autres que ceux des matières premières lors de l’Africa Global Business Forum

Panorama mondial des Industries Culturelles et Créatives, publiée le 3 décembre 2015 par l'Unesco et la Cisac

Règlementations

Le Maroc poussé à réformer son paysage audiovisuel

Journées cinématographiques de Carthage : Entretien d'Olivier Barlet avec Ibrahim Letaïef

Sénégal : décodeur TNT à plus de 10 000 Fcfa = distributeurs en infraction

Il n'y a que quatre télévisions privées légales en Algérie

Technologies et convergence

Lancement à Abidjan de « Convergence » pour la promotion de l’industrie culturelle et du secteur audiovisuel en Afrique

Révolution numérique : une Silicon Academy dispense des cours gratuits certifiants

TNT au menu du Sommet des médias Chine/Afrique

Madagascar : Startimes se lance dans la TNT

Algérie : La télévision publique A3 passe en HD

Sénégal : un décodeur TNT devenu rare

OPPORTUNITÉS

People

EVÈNEMENTS


Alerte du 6 janvier 2016 : 

Netflix ajoute 130 nouveaux pays à son service, maintenant disponible dans 190 pays à travers le monde incluant l'Afrique - Netflix désormais disponible dans toute l'Afrique!

carte : https://help.netflix.com/en/node/14164 

Audiovisuel 29 - Netflix Map Jan 2016

Netflix est désormais disponible dans le monde entier

Le leader mondial de la TV en streaming est disponible dans plus de 190 pays

Las Vegas, 6 janvier 2016 -- Netflix a déployé son service dans le monde et propose désormais son réseau de TV en streaming de façon simultanée dans plus de 130 nouveaux pays. Reed Hastings, cofondateur et PDG de Netflix, l'a annoncé lors de son discours inaugural au CES 2016 au moment où le service devenait disponible dans ces nouvelles régions.

« Vous assistez aujourd'hui à la naissance d'un nouveau réseau mondial de télévision sur Internet », a déclaré Reed Hastings. « Avec ce lancement, les clients du monde entier, de Singapour à Saint-Pétersbourg, en passant par San Francisco et São Paulo, vont pouvoir regarder films et séries simultanément et sans attendre. Grâce à Internet, nous donnons aux clients la possibilité de regarder nos programmes où et quand ils le souhaitent sur l'appareil de leur choix. »

Avec un abonnement mensuel, les abonnés du monde entier pourront profiter des séries originales Netflix telles que Marvel’s Daredevil et Marvel’s Jessica Jones, Narcos, Sense8, Grace et Frankie ou Marco Polo, sans oublier le catalogue de films et séries. En 2016, Netflix prévoit de sortir 31 séries originales, dont de nouvelles saisons et des séries inédites, plus de 20 films et documentaires originaux, de nombreux spectacles de stand-up et 30 séries originales pour enfants, le tout accessible en même temps par nos abonnés dans le monde entier.

Déjà disponible en anglais dans la plupart des nouveaux pays, Netflix a ajouté l'arabe, le coréen, le chinois simplifié et le chinois traditionnel aux 17 langues proposées.

« À partir d'aujourd'hui, nous allons écouter et apprendre, ajoutant petit à petit d'autres langues, d'autres contenus et d'autres façons pour les abonnés de profiter de Netflix », explique Reed Hastings. « Nous avons hâte d'offrir de belles histoires du monde entier à tous nos abonnés. »

Netflix n'est pas encore disponible en Chine, mais la société continue à chercher des solutions pour y offrir son service. Netflix n'est pas disponible non plus en Crimée, en Corée du Nord et en Syrie, conformément aux restrictions imposées par les États-Unis aux entreprises américaines.

Depuis le lancement de son service de streaming en 2007, Netflix s'est développé dans le monde, d'abord au Canada, puis en Amérique latine, en Europe, en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Japon, comptant jusqu’à présent plus de 60 pays.

Netflix est disponible sur pratiquement tous les appareils connectés à Internet (ordinateurs, tablettes, smartphones, TV connectées et consoles de jeux) et fournit automatiquement la meilleure qualité de streaming en fonction de la bande passante disponible. De nombreux titres, dont les séries et films originaux Netflix, sont disponibles en haute définition avec un son surround Dolby Digital Plus 5.1. Certains sont disponibles en Ultra HD 4K. Des systèmes avancés de recommandation prenant en compte jusqu'à cinq profils utilisateurs aident les abonnés à trouver les programmes qui leur plairont.

À propos de Netflix

Avec plus de 70 millions d'utilisateurs dans plus de 190 pays et plus de 125 millions d'heures de programmes visionnées par jour, parmi lesquels ses séries, documentaires et films originaux, Netflix est le leader mondial de la TV en streaming. Grâce à un forfait sans engagement, les abonnés Netflix bénéficient d'un accès illimité aux programmes, où et quand ils le souhaitent, sur les écrans connectés. L'utilisateur peut regarder, suspendre et reprendre la lecture de ses programmes à tout moment, sans aucune publicité.