Musique : l’Afro-trap, mutation du rap - Entretien de Caroline Trouillet avec MHD

Production Audiovisuel

À 21 ans, Mohamed Sylla, alias MHD, est le visage d'un phénomène devenu label : l'Afro Trap. Enflammant les réseaux sociaux, ses vidéos frôlent les 10 millions de partages. Avec pour scène la Cité rouge du 19e arrondissement parisien, ces clips spontanés mêlent des sonorités africaines à un rap d'influence trap[ 1 ] et rassemblent une génération consommatrice de sons hip-hop diffusés depuis le continent africain. Du délire de son premier clip vidéo en août 2015 à son premier album prévu en mars, MHD nous explique les fondements d'une culture musicale hybride.

Vous intégrez souvent des mots d'argot et des langues africaines dans vos textes…

Oui j'utilise beaucoup de langues différentes, même celles que je ne parle pas, simplement parce que j'aime certains mots. Il y a du bambara, du soninké. Par exemple je dis "dans le frigo il n'y a que du beurre et du buru" pour dire du beurre et du pain. À partir du moment où le mot rime et s'intègre bien dans le texte, je peux sortir des mots de toutes les langues. En lingala, en wolof, en arabe même. …
Lire+ >>