TNT en Côte d’Ivoire – feuille de route et appels d’offres à venir

A la une

Photo ci-dessous : le Secrétaire Exécutif du Comité National de Migration vers la TNT (CNM-TNT) de Côte d’Ivoire, Monsieur Jean-Philippe Kaboré.

  CNM TNT3 VAA36

 

TNT en Côte d’Ivoire – feuille de route et appels d’offres à venir  - Gardez vos anciens téléviseurs !

___

Impact sur le secteur : ****

 

TNT, ce sigle de trois caractères est une abréviation, un homonyme qui peut faire référence à de nombreuses choses.

 
La TNT qui nous intéresse ici est la télévision numérique terrestre, en particulier celle qui est en train de voir le jour en Côte d’Ivoire, un cocktail tonic de chaînes gratuites, de chaînes payantes et de services innovants. C’est un grand pas en avant, alors même que le pays ne dispose pour l’instant que de deux chaînes gratuites publiques, la RTI1 et 2, et d’un opérateur légal de télévision payante, Canal+.

Abidjan est de retour en tant que point convergent de l'Afrique francophone, et semble prêt à devenir un centre de production audiovisuelle très actif. Le gouvernement a démarré la libéralisation du secteur : il vient via la HACA d’accorder des licences à trois nouveaux opérateurs privés de télévisions à péage. Lire+ ici.>>
 
Depuis un an, l’une des personnalités qui communiquent le plus en Afrique sur ce sujet dans la presse est le Secrétaire Exécutif du Comité National de Migration vers la TNT (CNM-TNT) de Côte d’Ivoire, Monsieur Jean-Philippe Kaboré. Le CNM TNT est l’organe de pilotage qui assure la mise en œuvre du projet.

Parmi ses missions, Jean Philippe Kaboré doit répondre aux interrogations, et sensibiliser les citoyens et les acteurs du marché sur le processus de déploiement et de fonctionnement de la TNT et de ses avantages.

Cela tombe bien ! M. Kaboré travaille dans le domaine de la communication depuis le début de sa carrière. Il connaît le terrain car il y a fait ses armes : après avoir démarré dans la publicité, il a créé une société de production audiovisuelle, et il a eu la chance de gérer une chaîne de télévision (3A Telesud à Cognac Jay, Paris) avant d’être Secrétaire Exécutif de la CNM TNT.

Sylvain Béletre, analyste marché l’a interviewé pour La veille de l'audiovisuel en Afrique (éditée par Balancing Act).

___________________

La TNT en Côte d'Ivoire - en résumé

Chargé du dossier TNT : Monsieur Jean-Philippe Kaboré

le Secrétaire Exécutif du Comité National de Migration vers la TNT (CNM-TNT) de Côte d’Ivoire

Comité : CNM-TNT

Date de lancement de la TNT : juin 2015 (beta-test, 1000 beta-testeurs), puis progresssivement à la population vers fin 2016 - courant 2017 (région par région).

Date de coupure du signal TV analogique : juin 2020 (UIT) max. en théorie, mais prévue vers 2018.

Contenu de la TNT : 15+ chaîne de TV gratuites (SD et HD)

 L’opérateur du bouquet payant offrira entre 30 et 40 chaînes.

Services annexes : accès à internet (4G, la fibre, Adsl) – VoD (vidéo à la demande) ainsi que la possibilité d’enregistrer des programmes.

Coût du kit de connexion TNT : un décodeur et une antenne UHF - environ 25.000 FCFA

 

___________________

Photo ci-dessous : présentation de la TNT en Côte d’Ivoire.

CNM-TNT CI PIX2 VAA36
 
Q. Lancer la TNT, est-ce une obligation ?
 
R. C’est un passage obligé pour plusieurs raisons : pour le moment, c’est le moyen le moins cher pour le plus grand nombre d’habitants d’accéder à la télévision numérique ; nous ne pouvons plus continuer de diffuser nos chaînes de télévision sur notre réseau analogique car les fabricants ne livrent plus ces équipements.

A la fin des dix années de crise politique, nous avons eu beaucoup de mal à réparer nos infrastructures faute de matériel analogique disponible sur le marché ;

l’UIT (Union internationale des télécommunications) nous recommande d’opérer cette transition afin d’être aux normes et de bénéficier des multiples opportunités du numérique. Nos pays voisins sont également en train de migrer vers la TNT. Si nous ne le faisons, pas nous risquons d’avoir des interférences aux frontières.

Rappelons ici les avantages de la TNT : Elle permet d'optimiser l'usage de la ressource spectrale par un accroissement du nombre de chaînes – entre 15 et 20 chaînes en SD, +/- 10 chaînes en HD - par fréquence, d'obtenir une meilleure qualité d'image/son et de réduire les coûts de transmission et de diffusion.
Enfin, la TNT va favoriser la libéralisation du secteur le secteur et permettre à de nouveaux éditeurs de chaînes de naître dans le pays.
 
Q. Comment être certain que vous suivez la bonne voie ?
 
R. Nous avons étudié de nombreux rapports sur le sujet, consulté les plus grands experts et suivi les expériences de pays qui ont lancé la TNT. Nous faisons une veille journalière des développements de la TNT dans le monde, et avons identifié les bonnes pratiques et les dérapages. Nous sommes pour l’instant certains de suivre la voie la plus adéquate pour la Côte d’Ivoire selon les normes internationales. Notre feuille de route est en accord avec les objectifs du gouvernement.
 
Q. Quels services seront accessibles sur la TNT ?
 
R. Vu l’investissement, nous ne voulons pas d’une TNT au rabais !

Nous voulons lancer un service moderne et innovant avec des programmes de plus en plus attractifs pour la population. La TNT offrira des chaînes gratuites - plus d’une quinzaine à terme (en 2 vagues) -  et un bouquet payant, ainsi que des services annexes. Les chaînes gratuites proviendront en priorité d’entreprises nationales, qu’elles soient publiques (la RTI) et privées.

L’opérateur du bouquet payant offrira entre 30 et 40 chaînes – qu’elles soient ivoiriennes, africaines ou internationales. Les services annexes concernent l’accès à internet - via le décodeur qui peut se connecter à la 4G, la fibre ou l’Adsl – et la VoD (vidéo à la demande) ainsi que la possibilité d’enregistrer des programmes. Nous avons prévu que certaines chaînes soient diffusées en HD, les autre en SD.
 
Q. Combien la TNT coûtera-t-elle pour les utilisateurs finaux ?
 
R. le coût du kit de connexion qui comprend un décodeur et une antenne UHF est estimé à environ 25.000 FCFA pour les particuliers (un prix standard dans le monde entier). Il est possible de garder son ancien poste de télévision analogique pour recevoir la TNT. La TVA sur ce type d’équipement est de 18%. L’idée que l’Etat offre les droits de douane sur ces équipements est en cours d’évaluation.
 
Q. Quand est prévu le lancement officiel de la TNT, et quand le signal analogique sera-t-il éteint ?
 
R. En Côte d'Ivoire, la date butoir officielle fixée par l’UIT pour la coupure de l’analogique est le 17 juin 2020, et non 2015 – comme cela a été évoqué dans certains articles de presse - car nous sommes en VHF et non en UHF. La TNT a été lancée en 2015 sur la capitale en phase pilote. Avec environ 1000 beta-testeurs équipés, le pilote permet d’accéder aux 2 chaînes de la RTI, d’enregistrer des programmes et de profiter d’un service de catch up (rattrapage de programmes de manière délinéarisée).

Pour l’instant le bilan est positif, le service marche correctement, même si le nombre de chaînes reste très limité. La TNT officielle, enrichie de nouvelles chaînes, sera progressivement lancée vers la fin 2016 et dans le courant de 2017 sur toute l’étendue du territoire. En 2018, nous démarrerons l’extinction de l’analogique, région par région. Nous serons donc en avance par rapport à la ‘deadline’ officielle de 2020.
 
Q. Quel opérateur technique va installer la TNT ? Quelles chaînes seront sélectionnées dans le bouquet gratuit ? Quel acteur sera l’opérateur payant de la TNT ?
 
R. Nous allons créer la Société Nationale de Diffusion. Cette société créée sous le modèle d’un partenariat public-privé (PPP) sera chargée de trouver le financement, déployer le réseau et l’exploiter en s’assurant de couvrir le service de la dette occasionnée. Nous allons procéder à un appel à candidature ouvert pour la sélection de cet opérateur.

C’est donc à travers un PPP que le pays compte financer le réseau TNT. Pour ce qui concerne les chaînes qui seront dans le bouquet gratuit, c’est la Haute Autorité de la communication audiovisuelle (la HACA de la Côte d’Ivoire) qui va procéder a un appel à candidature prévu dès le mois de mai de cette année. La HACA procédera ensuite à un autre appel à candidature pour sélectionner l’opérateur de TNT payante.
 
Q. Combien coûte le déploiement de la TNT, et peut-on espérer un retour sur investissement ?
 
R. Le retour sur investissement, c’est déjà assurer l’accès à la télévision au plus grand nombre pour un coût minimal. Comme ailleurs, lancer la TNT en Côte d’Ivoire a un coût non négligeable : les évaluations tournent autour de 40 millions de dollars US environ pour la Côte d’Ivoire. Ce coût comprend non seulement le déploiement technique, mais également une vaste campagne de communication, ainsi qu’un centre d’appel pour répondre aux questions des citoyens, et plus encore. Cette dépense, il va falloir l’amortir sur plusieurs années.

Nous avons identifié plusieurs sources de revenus : facturer le service de diffusion sur le réseau TNT aux éditeurs de chaînes de TV gratuite et au fournisseur du bouquet payant ; louer les points hauts du réseau TNT auprès des opérateurs télécoms (4G, WiFI, Wimax, services départementaux, etc.).

Q. Pour les éditeurs de chaînes sélectionnées, quel est l’intérêt d’intégrer cette TNT ?
 
R. les éditeurs de chaînes y trouveront trois intérêts majeurs : profiter d’un réseau de distribution national - avec 95% du territoire ivoirien couverts par la TNT en 2018 - qui leur permet de maximiser leur audience, et d’attirer des annonceurs ; ne pas avoir à gérer eux-mêmes leur diffusion, et du même coup pouvoir se concentrer à fond sur leur cœur de métier : la production, la programmation, le marketing et la publicité ; louer ce réseau national de diffusion TNT à un coût inférieur à ce qu’ils devraient payer s’ils devaient gérer eux-mêmes ce réseau de diffusion. Ces éditeurs pourront également décider de diffuser leurs chaînes sur d’autres réseaux, comme par exemple sur internet, la fibre ou la 4G (réseau mobile).
 
Q. Quel impact la TNT aura-elle sur le secteur de la publicité ?
 
R. Le lancement de la TNT va dynamiser le secteur de la publicité et fragmenter les audiences. Nous nous attendons à une multiplication par deux, voire par trois des revenus publicitaires sur la télévision dans les années qui suivront le lancement de la TNT. La Côte d’Ivoire dispose déjà d’un nombre importants d’agences généralistes et spécialisées dans ce segment.

Publicité rime avec audience : Sous l’égide de la HACA, les professionnels sont en train de concevoir le meilleur système de mesure d’audience des médias pouvant être mis en place dans les années à venir.
 
Q. Existe-t-il un fond de financement à production audiovisuelle dans le pays ?
 
R. l’idée de la mise en place d’un fond pour soutenir des productions locales de qualité est sur la table, mais ce fond n’est pas du ressort de notre comité. Il permettrait de compléter le financement de productions nationales de programmes.
 
Q. le recyclage des vieux postes de télévision est-il prévu ?
 
R. Le Ministère de l’environnement est membre de notre comité de pilotage, il est donc sensibilisé sur la question, et va nous apporter en temps utile les réponses adéquates.
 
Q. A terme, quel sont vos objectifs concernant ce service de TNT national ?
 
R. Au delà de cette feuille de route, je désire sincèrement que la TNT soit une réussite, tant au niveau juridique que technique, et surtout, un service populaire au bénéfice de la nation et des citoyens. J’aimerais que cette TNT soit aussi une opportunité pour nos professionnels de l’audiovisuel. Ils auront plus de clients pour vendre des programmes de télévision de haute qualité, et construire un secteur dynamique. Mais ces objectifs n’engagent que moi.
 
Q. Avez des recommandations pour les citoyens ?
 
R. Soyez patients, la TNT est un lourd investissement. Elle va arriver mais nous ne voulons pas faire d’erreurs en allant trop vite. Lancer des appels d’offres, créer et sélectionner des chaînes prennent du temps.

Par ailleurs, il est important que les télévisions, antennes et décodeurs répondent aux normes. Les téléspectateurs ne doivent pas pour le moment jeter leurs télévisions et se précipiter pour aller en acheter d’autres qui ne sont pas compatibles avec la norme DVB-T2. Nous allons diffuser une campagne d’information vers la fin 2016 qui donnera toutes les informations nécessaires pour accéder au service.
 
CNM TNT VAA36

Note :

En Côte d’Ivoire en mars 2016, le Comité National de Migration à la Télévision Numérique Terrestre est présidé par :


-Monsieur le Premier Ministre - Daniel Kablan DUNCAN.
Avec 3 vice-présidents :
- Le Ministre de l’Economie Numérique, Monsieur Bruno KONE
-La Ministre de la communication Mme Affoussiata BAMBA-LAMINE
-Le Président de la Haute Autorité de la Communication Audiovisuel (HACA) - Monsieur Ibrahim SY SAVANE.

Article similaire:

Cameroun : la TNT comprend 12 chaînes, et la CRTV va en créer 5 autres

 

Autres articles sur la TNT en Afrique en français>>

et en anglais>>