Ghana série: Dans ‘An African City’, nous suivons 5 trentenaires célibataires ou divorcés

Production Audiovisuel

Diaspora - Télévision - MaameYaa Boafo : "il faut s'affirmer tel que l'on est"
Interview. Cette Afropolitaine d'origine ghanéenne est la star de la série "An African City", une réponse glamour et 100 % africaine aux préjugés sur l'Afrique.

L'actrice ghanéenne MaameYaa Boafo (prononcez Mah Mih Yah Bwafoh) est Nana Yaa dans la web-série à succès An African City, cette journaliste vivant aux États-Unis, qui décide de rentrer dans son pays natal, le Ghana. Cette production 100 % africaine lancée en 2014 par Nicole Amarteifio, une jeune réalisatrice en herbe, fan de la série américaine Sex and the City, est une réponse au manque de récit africain sur cette nouvelle classe moyenne africaine.

Nicole a voulu raconter son Afrique à travers l'aventure de cinq femmes afropolitaines, mais pas seulement. La série est diffusée uniquement sur le Web, sur YouTube au départ, puis sur des plateformes africaines de vidéos, Millie Monyo en est la productrice. Dès les premiers épisodes, le succès est au rendez-vous, plus de 100 000 vues par vidéos pour dix épisodes.

Dans An African City, nous suivons cinq trentenaires célibataires ou divorcés : Ngozi, la Nigériane, est diplômée en Commerce international ; Zainab, Ghanéenne née en Sierra Leone, élevée à Atlanta, est une busninesswoman redoutable ; Nana Yaa a fait son retour au Ghana après avoir obtenu un diplôme de journalisme ; Sade est diplômée de la prestigieuse université d'Harvard ; et enfin Makena, Ghanéenne de par sa mère et Britannique par son père, est diplômée en droit à l'université d'Oxford et est de retour au pays après un divorce douloureux. Certaines sont de véritables bobos africaines, mondialisées, on les appelle des Afropolitaines.

Source : Propos receuillis par Viviane Forson. Le Point.

Lire+