Festival du Film de Cannes : Les candidats méditerranéens

Production Audiovisuel

Au lendemain du 69ème Festival du Film de Cannes, qui se tenait du 11 au 22 mai 2016, voici un petit tour d’horizon des films méditerranéens présents en compétition.

La sélection officielle ne fait pas la part belle aux réalisateurs méditerranéens, mais leurs chances pour prétendre à la Palme d’Or sont sérieuses. En particulier pour Pedro Almodovar, un habitué de la Croisette qui honore sa sixième sélection en compétition avec un nouveau drame madrilène, «Julieta» (photo). La vitalité du nouveau cinéma roumain se confirme par la présence de deux représentants. Neuf ans après avoir décroché la Palme d’Or pour «4 mois, 3 semaines, 2 jours», Cristian Mungiu présente cette année un film sur la difficulté d’être parent, «Bacalaureat». Son compatriote Cristi Puiu, récompensé en 2005 dans la section Un Certain Regard, est également dans la course avec le drame familial «Sieranevada».

L’Egyptien Mohamed Diab fait l’ouverture d’Un Certain Regard avec «Clash», qui revient sur les affrontements entre pro et anti-Frères Musulmans après la chute du Président Mohamed Morsi en 2013. Dans cette section, «Dogs» de Bogdan Mirica (Roumanie) et «Personal Affairs» de Maha Haj (Israël) concourent pour la Caméra d’Or, qui récompense le meilleur premier film.

D’autres prétendants à cette Caméra d’Or se cachaient dans la sélection de la Semaine de la Critique : le Turc Mehmet Can Mertoğlu pour «Albüm», l’Israélien Asaph Polonsky pour «One week and a day», et le Libanais Vatche Boulghourjian pour «Tramontane».

Du côté de la Quinzaine des Réalisateurs, il faudra surveiller les oeuvres de deux réalisateurs italiens : le jeune Claudio Giovannesi avec son film carcéral «Fiore» (photo ci-contre), et Paolo Virzì qui signe un road movie, «Folles de joie». Le réalisateur de «Rengaine» (2012), Rachid Djaïdani, figure également dans la sélection avec «Tour de France», une comédie portée par Gérard Depardieu et le rappeur Sadek.

Le Maghreb n’était représenté que dans les sections de courts-métrages : «La laine sur le dos», du Tunisien Lotfi Achour, prend part à la sélection officielle, tandis que «Kindil el Bahr», du Franco-algérien Damien Ounouri, est à découvrir à la Quinzaine des Réalisateurs.

Cliquez ici pour retrouver l’intégralité de la sélection cannoise 2016.