Les cinémas africains, amplificateurs de musique > Africultures

Production Audiovisuel

La sortie de Timbuktu, avec une magnifique bande originale (BOF) signée par Amine Bouhafa (César 2015 de la Meilleure Musique), a jeté un peu plus de lumière sur les artisans de ce métier, issu du monde africain, mais absents des dictionnaires "mondiaux" du genre.
Il serait vain de vouloir tous les citer. Mais nous faisons le choix de montrer ici combien le cinéma (ou la télévision) a augmenté l'audience de musiciens, compositeurs, chanteurs africains, de Oum Kalsoum à Myriam Makeba, en passant par Papa Wemba.

S'il connait une carrière internationale exceptionnelle depuis les années 1970, Jules Shungu Wembadio Pene Kikumba, de son vrai nom, a vu son public s'élargir grâce à une fiction musicale, La Vie est belle, en 1987. Coréalisé par Ngangura Mweze (République Démocratique du Congo) et Benoît Lamy (France), le film suit les aventures rocambolesques de Kourou (incarné par Wemba), ce jeune paysan, qui vient à la ville pour y faire de la musique, et qui se retrouve à tâter de tous les métiers. La présence d'autres stars congolaises au générique, à l'instar de Pépé Kallé, ainsi que les nombreuses scènes de concert, en ajoutent à l'importance de la musique dans le film.


Lire+