Le leurre marocain pour l'audiovisuel indépendant africain

Règlementations

Le Marocain Kamal Lahlou a été élu, mardi dernier à Casablanca, à l'unanimité, président de la Confédération africaine des radios et TV indépendantes, lors de la journée consacrée à la commémoration du 10e anniversaire de la libéralisation, audiovisuelle au Maroc. Etonnante information sachant qu'au Maroc il n'existe pas réellement une libéralisation mais une privatisation limitée seulement aux petites radios régionales. Comment un responsable marocain est élu président d'une institution représentant les télévisions indépendantes alors que chez lui au Maroc, il n'existe pas de télévisions indépendantes ou privées? Contrairement à l'Algérie et à la Tunisie, le Maroc ne dispose pas de télévision privée et surtout pas indépendante. La majorité des médias lourds obéissent au Palais, donc dépendent du Makhzen.

La majorité des télévisions et radios marocaines est publique. Il faut dire que le gouvernement marocain a autorisé de nombreuses radios privées mais a verrouillé les télévisions aux privés. La seule ouverture audiovisuelle permise était relative à Med1 TV. Celle-ci a été créée le 1er décembre 2006 sous le nom de Medi 1 Sat, la chaîne était au départ franco-marocaine. En 2008 les parts françaises furent rachetées et la chaîne devint entièrement marocaine. La chaîne Medi 1 TV est désormais détenue par le groupe Maroc Télécom et la CDG. Un joint-venture public-privé, mais pas indépendant, puisque proche du Palais.

Par Amira SOLTANE - Samedi 21 Mai 2016 00:00

Lire la suite ici.