Discop : Quelle opportunité VoD/OTT en Afrique ?

Technologies et Convergence

La rumeur évoquée au Discop Abidjan 2016 se confirme :

 

Impact sur le secteur : ***

Communiqué officiel le 18 juin 2016 

TRACE TV a annoncé l'acquisition du service de VOD panafricain Buni.tv, en préparation du lancement de sa propre plate-forme VOD TRACE Play prévu plus tard cette année.

Appartenant à l'entreprise pan-africaine 'Restless Global', Buni.tv avait été lancé en 2012 en tant que l'une des toutes premières plates-formes VOD concentrées sur le marché africain. Buni.tv est aujourd'hui reconnu comme l'un des plus grands services de VOD sur le continent aux côtés par exemple d'Iroko TV et de Showmax (Nasper).

"TRACE et Buni.tv partagent la même vision stratégique sur le segment de la VOD, c'est l'avenir de la télévision", a déclaré le DG de TRACE Olivier Laouchez. "Nous partageons également la même analyse :  le succès de tout service de VOD en Afrique dépendra de la qualité et de l'originalité de ses contenus."

Dans le cadre de l'accord, TRACE garantit les droits de télévision payants et VOD pour la comédie Ogas At The Top (Nigéria) et The XYZ Show (Kenya), produits par la société sœur de Buni.tv, Buni Media.

Dans un premier temps, Buni.tv sera organisé sous la bannière TRACE Play, bien que le plan est à terme que les deux services fusionnent entièrement. Les abonnés existants de Buni.tv auront accès au catalogue complet de TRACE Play, qui comprendra au lancement des milliers d'heures de contenu africain et international.

"La masse critique est cruciale pour le succès de tout service de VOD," a déclaré le PDG de Buni.tv Marie Lora-Mungai. "Comme le marché de la VOD africain devient de plus en plus concurrentiel et sophistiqué, nous sommes ravis de nous associer à un partenaire solide et avant-gardiste comme TRACE."

L'acquisition de Buni.tv par TRACE signifie également que Lora-Mungai rejoindra TRACE pour consulter sur le contenu et la stratégie de développement de l'entreprise en Afrique.

 

 

 

____

 

Session du Discop Abidjan 2016: Quelle opportunité VoD/OTT en Afrique ?

La VoD n'est pas pour les petits joueurs!

Avec l’arrivée de Netflix à travers le continent, il devient évident qu’un nouveau marché de la distribution est en train d’émerger dans le secteur de l’industrie audiovisuelle africaine, le segment OTT-VoD (vidéo à la demande). Le prix des terminaux et de la bande passante a baissé, et cette tendance va se poursuivre.

Dans les allées du Discop Abidjan, trois distributeurs nous ont confirmé que des programmes sont achetés par au moins 5 plateformes VoD en ce moment.

Balancing Act a enregistré plus de 140 plates-formes de VoD liées à l’Afrique et à la culture “black” dans la dernière mise à jour de son rapport payant sur la VoD. Sur ces 140 plates-formes, environ une trentaine a du potentiel et parmi elles, certaines sont intéressées par l’acquisition de contenu lié à l’Afrique, en ce moment.


Qui sont les leaders?

Pour une liste complète, acquérir le rapport sur la VoD - Balancing Act avec une mise à jour des plateformes en juin 2016.

En gratuit, on trouve les plateformes globales comme YouTube, Dailymotion et Vimeo, ina.fr, ainsi que TV5Monde+Afrique, et des plateformes africaines nationales ou niches qui servent d’outil de RP pour des sociétés ou aux médias (par exemple l’application de la RTI).

TV5Monde+Afrique a récemment publié ses statistiques concernant le trafic de sa plateforme VoD : les chiffres sont assez impressionnants ! (voir article dans nos archives)

En payant (SVoD/TVoD, ...) on trouve DSTV boxOffice, Showmax, iRoko (USD 1.5/mois), BuniTV (qui produit des programmes et a une marque bien établie), CanalPlay (Afrique bientôt), Afrostream (Orange), Trace Play, ina premium (avec des archives sur toute l’Afrique), de nombreuses plateformes de Nollywood et Africafilms.tv. 


Côté francophone, Orange, Canal+, Afrostream, Africafilms.tv et inapremium sortent du lot parmi d'autres.

A noter qu'en France, le bouquet africain qui compte 165 000 abonnés au 1er avril 2016 comporte un service VoD assez populaire.


Les plateformes globales comme Netflix, Samsung et Orange, ina premium, iflix ou Startimes lorgnent également le continent pour des lancements à plus grande échelle.


Avec le mobile banking et l’arrivée du haut débit, ces plateformes ont un potentiel de croissance en Afrique, c'est indubitable!

--

Quelles plateformes achètent du contenu?

Voir liste ci-dessus et le rapport payant sur la VoD.


BuniTV et quelques autres produisent même leur propre contenu. BuniTV, en diffusant le président a reçu 9000 vue en très peu de temps, soit l’équivalent de 40 salles de cinéma.

--


Qui va vraiment profiter de ces services de VoD?

Ces plateformes, les ayants droit, les distributeurs de contenu, les compagnies aériennes, les opérateurs télécoms qui fournissent du haut débit, les gouvernements (taxes), certains annonceurs. Les producteurs de formats courts, dont les youtubeurs peuvent tirer leur épingle du jeu avec les opérateurs.

Les consommateurs si les services marchent bien et ont un contenu attractif.

Les médias, les réseaux sociaux.

Les fournisseurs de plateformes TNT/DTH si la VoD/SVoD vient avec.

Egalement : les fournisseurs de plateformes, la partie techno (pixagility, Summview, africafilms.tv en marque blanche...)

Les marquent bien établies ont beaucoup plus de chance de sortir du lot.


Les plateformes qui ont acquis du contenu en exclusivité – comme celles du groupe Naspers ou d'iROKO – ont un avantage compétitif sur les autres, et devraient prendre de l’avance. Idem pour Buni qui a produit des programmes.

Mais dans l’espace francophone, ce sont les plateformes SVoD francophones, et non globales qui devraient prendre les plus grosses parts de marché, car elles comprennent mieux les besoins, les cultures et les goûts de l’audience locale (pour celles qui ont fait des efforts allant dans ce sens).

 

Quatre plateformes semblent avoir ce potentiel : celles d’Orange (à Maurice, et avec Afrostream) et de Canal+ (avec iROKO), Afrostream (tf1 et Orange) et Africafilms.tv (ACP+ etc.). D'autres ne sont pas à sous-estimer. La web TV de TV5Monde a un gros potentiel. L'ina pourrait aussi monter des partenariats intéressants.

Afrostream


Il y a environ 8 mois, le 6 octobre 2015, Orange Digital Ventures a investi dans Afrostream aux côtés de TheFamily, Cross Culture Ventures I L.P. et ACE & Company.
Par ce financement, le fond corporate d’Orange (orange.com) permet à Afrostream d'accélérer le développement de son service innovant et inédit, en Europe, en Afrique, dans les Caraïbes et en Amérique du Sud.

Son service de SVOD en streaming est déjà disponible sur tous les écrans connectés en France, Belgique, Suisse et Luxembourg, Sénégal et Côte d’Ivoire
Son catalogue propose des films et séries afro-américaines, afro-caribéennes et africaines. Il s’adresse à toute la famille et comprend, en plus des films et séries, des dessins animés, des concerts et des documentaires.

Tirant parti de sa présence en Afrique mais aussi dans des pays Européens ayant des diasporas importantes, Orange souhaite collaborer avec la start-up pour faciliter le développement d’Afrostream en mettant à disposition ses expertises en termes de réseaux, distribution et paiement.

Afrostream a été accompagné par Orange Fab France et par l’accélérateur de la Silicon Valley, Ycombinator. Cet investissement illustre le soutien d’Orange aux entrepreneurs les plus talentueux grâce à tous les dispositifs mis à disposition auprès des startups, du programme d’accélération au financement « early stage ».

Pierre Louette, Directeur général adjoint d’Orange et président d’Orange Digital Ventures avait déclaré: « Cet investissement s’inscrit dans la logique d’ODV de financer des services capables d’adresser plusieurs zones géographiques dans lesquelles le Groupe est présent.

Il va nous permettre de développer le marché de la vidéo à la demande notamment en Afrique, mais aussi d’enrichir l’offre de contenus que nous proposons déjà à nos clients en France, puisqu’Afrostream devrait être lancé sur la TV d’Orange d’ici l’été prochain».  

Tonjé Bakang, PDG d’Afrostream a déclaré : « L’avenir de la télévision passe par le mobile. Grâce à cet investissement stratégique d’Orange, Afrostream réunit désormais le meilleur de l'internet mobile et le meilleur du contenu afro. Cette alliance inédite nous permettra de révolutionner l'industrie du divertissement et de viser tous les publics. »

Comment?

A travers de nombreux partenariats.

Quels sont les modèles économiques?

En résumé, les intervenants expliquèrent que le modèle est encore à trouver en Afrique, soit dans le freemium, en gratuit (comme YouTube et Dailymotion) ou dans le payant. Sur 140 plateformes liées à l’Afrique, seules 40 ont un vrai potentiel et 5 arrivent à tirer pour l’instant leur épingle du jeu. Monter une plateforme SVoD de qualité pour la famille coûte cher. Le mieux est de se différencier par un contenu unique et bien sélectionné.
--


Les intervenants de cette session du Discop Abidjan furent :


Sylvain Béletre (analyste, Balancing Act) et
Tonjé Bakang, CEO, Afrostream (co-moderateurs)
• Marie Lora-Mungai, Founder and CEO, RESTLESS GLOBAL
• Justine Powell, Chief Commercial Officer, iROKO
• Denis Pagnac, CEO, summview.com
• Ronan Lunven, President, Pixagility

-
Sylvain Béletre, analyste, secteur audiovisuel en Afrique.

 

 

 

 

__