La croissance du secteur audiovisuel africain passe par des réformes de fond

15 December 2016

Règlementations

"En effet, même si la plupart des pays africains n’ont pas respecté la date butoir du 17 juin 2015 pour basculer complètement vers la télévision numérique terrestre (TNT), une grande partie d’entre eux ont pris conscience de l’importance du secteur audiovisuel pour le développement sociétal et économique du continent."

les perspectives de développement macroéconomiques du continent attirent également les capitaux étrangers de groupes de média, par exemple Vivendi, Google ou Startimes. Il apparaît à ce titre essentiel que l’ensemble des parties prenantes (publiques comme privées) participent à la refonte du secteur et ce afin de pérenniser cet intérêt et ces investissements, et agir comme un catalyseur de développement de l’ensemble de la chaîne de valeur, et des chaînes hertziennes privées en particulier. - See more here: 

En Afrique, par contraste, les chaînes hertziennes privées ont généralement leur propre réseau de diffusion (intégration verticale) qui se limite à quelques sites urbains (4 à 5 sites). Par décision gouvernementale, le passage à la TNT se traduit généralement par le passage d’une diffusion locale à une diffusion nationale. Cette décision influe également sur le nombre de sites de diffusion nécessaires et par conséquent sur les coûts par multiplex, lesquels pourraient fortement augmenter. En fonction des objectifs de couverture définis par le gouvernement, cette augmentation du nombre de sites ne pourra pas forcément être compensée par le partage de cette infrastructure de diffusion entre les différentes chaînes (a priori si l’augmentation du nombre de sites est supérieure aux nombres de chaînes par multiplex) ou par l’augmentation potentielle des revenus publicitaires (si les chaînes ne parviennent pas à monétiser l’accroissement de leur audience). Le passage à la TNT peut donc avoir un impact négatif significatif sur le modèle économique des chaînes privées.

source: t.co