UAR : sur l’acquisition des droits audiovisuels de retransmission

23 February 2017

Distribution Audiovisuel

Réunion des Directeurs Généraux des radios télévisions

Le sujet sera au centre des discussions le 17 mai prochain au cours d’une importante réunion qu’organise l’Union africaine de radiodiffusion (UAR) avec les Directeurs Généraux des radios et télévisions du continent.

Marème Badji, petite collégienne résidant aux environs du stade Demba Diop à Dakar attend avec impatiente la qualification des Lions de la Teranga à la phase finale de la prochaine Coupe d’Afrique des Nations (CAN) prévue en 2017 au Gabon. Surtout, elle rêve de voir à la télévision nationale de son pays, la RTS, les Lions remporter le trophée que leurs homologues du basket ont déjà soulevé à 11 reprises dans leur discipline.

Ce que la jeune Marème ignore, c’est que le Sénégal devra débourser un important pactole de francs cfa pour qu’elle puisse regarder tranquillement les matchs depuis son domicile douillet de Dakar.

En 2015, en effet, le Sénégal avait déboursé quelques 898 millions de francs pour avoir les images de la CAN qui s’est jouée en Guinée Equatoriale.

Le Cameroun, figure emblématique sur la scène footballistique africaine, a payé idem, c’est-à-dire 898 millions cfa. En 2013, le pays de Roger Milla a dû verser 750 millions pour que les ménages puissent suivre les matchs des Lions Indomptables sur la Cameroon Radio Television (CRTV). En 2011, ce sont 500 millions Fcfa qui sont sortis des caisses de l’Etat du Cameroun pour les besoins de la cause.

Pour de nombreux observateurs, si rien n’est fait pour arrêter la saignée, c’est toute une génération d’Africains qui risque d’être privée de voir ses héros du football à travers lesquels elle aime à s’identifier.

Surenchère

Pour prendre les taureaux par les cornes, l’Union africaine de radiodiffusion invite les acteurs directement impliqués dans la chaîne de retransmission des événements sportifs à la table des discussions. Et, c’est l’hôtel le Terrou-Bi, situé sur la corniche ouest de Dakar qui servira de cadre de réflexion.

Dores et déjà, le Directeur Général de l’UAR, Grégoire Ndjaka, situe la tenue des prochains travaux dans son contexte : « Depuis le début des années 2000, les télévisions nationales africaines ont été contraintes à consacrer des parts substantielles de leurs budgets de fonctionnement à l’acquisition des droits audiovisuels de retransmission des matchs de football organisés par la Confédération africaine de football (CAF), des droits dont les montants exigibles s’accroissent de manière exponentielle au fil des éditions ». Voilà pourquoi, ajoute-t-il, il s’impose à nos télévisions, tel un impératif catégorique, la nécessité de s’organiser pour arrêter cette dérive mercantiliste. Cet impératif tient surtout du fait que jusqu’à présent, la sur-commercialisation des espaces de diffusion a exclu la grande majorité des africains des tournois organisés pour la promotion de leur sport-roi, fait savoir le patron de l’UAR. Cette surenchère intervient dans un contexte où la plupart des télévisions africaines ayant franchi le cap du passage de l’analogique au numérique et font face à de nombreux défis liés à la qualité des contenus à proposer à leurs publics. Aussi, on n’est pas sans ignorer que l’avènement des opérateurs audiovisuels privés ainsi que la fulgurance des télévisions et radios en ligne ont créé de gros déficits financiers découlant de l’atomicité du marché publicitaire.

En conviant les Directeurs Généraux à cette importante journée de réflexion, l’UAR voudrait avant tout trouver des pistes pouvant permettre de maitriser la flambée des prix des droits de retransmission des événements sportifs. L’autre ambition fixée : permettre à un maximum de télévisions d’Afrique d’accéder aux droits de retransmission de la prochaine CAN à moindre coûts. Et ce n’est pas un leurre que de le penser. Sous d’autres cieux, cela a été rendu possible. L’Europe qui dispose d’une grande culture de retransmission des événements sportifs, l’a réussie, elle qui est également conviée aux travaux de Dakar le 17 mai prochain.

Irène Gaouda, CESTI/UCAD

African Union of Broadcasting