Lagos – festival Afriff : cette année, la francophonie est à l’honneur – appel à films

3 May 2017

Diffusion Audiovisuel

impact : élevé pour les producteur francophones et pour les membres de l’OIF.

Nigéria : Le prestigieux Festival international du film africain (Africa International Film Festival - AFRIFF) ré-ouvre à nouveau à Lagos, pour sa 7ème édition, en novembre 2017.

Ce grand événement cinématographique, qui promeut chaque année les talents du continent africain et de la diaspora africaine, élargit sa gamme de films en compétition à l'occasion de sa 7ème édition. AFRIFF présentera un programme comportant plus de films d'Afrique francophone et de films français. Le festival souhaite que sa 7ème édition honore la France et la Francophonie, dans une vision à long terme des collaborations artistiques et des partenariats.

Chioma Ude est la fondatrice d’Afriff (Africa international film festival), le plus important festival de cinéma du Nigeria. En novembre 2016, elle a organisé la VIème édition d’Afriff à Lagos, la capitale économique du Nigeria. Ce festival dispose, selon son organisatrice, d’un budget annuel d’un million de dollars US. Il est notamment soutenu par la Fondation Ford. Il a par ailleurs développé des partenariats avec des entreprises internationales, notamment Peugeot, très présent au Nigeria.

Ce festival a émergé en donnant une large audience au cinéma nigérian de qualité,

Le festival doit trouver un équilibre entre la volonté d’ouverture sur le monde et les goûts des Nigérians, très portés jusqu’alors que les productions nationales. L’industrie du cinéma nigériane produit près de 2000 films par an. Lors de ce festival, Chioma Ude met aussi l’accent sur la formation : des ateliers sont organisés notamment dans le domaine de l’animation, des scénarii ou de la production. De nombreux panels sont également consacrés aux modes de financements de l’industrie.

Les quatre premières éditions d’Afriff ont été organisées à Calabar

Depuis il se déroule à Lagos : Afriff rassemble davantage les professionnels de l’industrie du cinéma. La capitale économique du Nigeria (ville de 20 millions d’habitants) est aussi le berceau de l’industrie du cinéma. C’est dans cette ville que Nollywood a vu le jour il y a vingt ans. Encore aujourd’hui, l’essentiel des productions sont tournées à Lagos, notamment les films à gros budgets. Longtemps les films de Nollywood se sont contentés de budget de 50 000 dollars.

Avant de créer Afriff, Chioma Ude a dirigé un festival de cinéma en 2007 à Port-Harcourt. Elle est diplômée en marketing de l’université de Nsukka, la plus réputée de l’est du Nigeria. Chioma Ude a longtemps vécu aux Etats-Unis. Elle est revenue au Nigeria pour lancer son festival de cinéma.

Désormais, elle souhaite créer une école de cinéma à Lagos et à Abuja en partenariat avec la Fémis, qu’elle considère comme « la meilleure école d’Europe ». Elle est issue d’une famille igbo (est du Nigeria) très francophile. L’un de ses frères a été baptisé De Gaulle en hommage à la France et au soutien que les autorités françaises ont apporté à sa région d’origine pendant la guerre du Biafra. Elle dispose d’un budget de deux millions de dollars pour lancer son école (financement Ford fondation, très active à Lagos). Elle est également soutenue par la Yar Adua fondation, influente au Nigeria, notamment dans le nord du pays.

Par ailleurs, Chioma Ude dispose d’un budget de deux millions de dollars pour produire le nouveau film de Newton Aduaka, Oil on water, adaptation du roman éponyme de l’écrivain nigérian Helon Habila, traduit dans une dizaine de langues. En France, Helon Habila est publié par Actes Sud. Le film et le roman tendent notamment à alerter sur les dangers environnementaux menaçant le Nigeria.

Lire tout l’article

Afriff - Appel à films :

Le Festival accueille en compétition officielle plusieurs catégories: courts métrages, longs métrages, documentaires, films d'animation, courts métrages d'étudiants en cinéma.

Les inscriptions seront acceptées jusqu'au 30 juillet 2017.

Des entrées sont également encouragées par les cinéastes francophones et français provenant des pays suivants : Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, République centrafricaine, Comores, Congo Brazzaville, République démocratique du Congo, Côte d'Ivoire, Djibouti, Egypte, Gabon , Guinée, Mali, Madagascar, Maroc, Mauritanie, Niger, Rwanda, Sénégal, Seychelles, Tchad, Togo, Tunisie, etc.

Appel à films et programmes