Le Fonds Image de la Francophonie relance sa commission cinéma et soutient six films d’Afrique et de l’Océan indien

1 June 2017

Eco-finances

Le Fonds d’aide de L’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) dont l’enveloppe annuelle a été portée à un million d’euros (pour le cinéma et l’audiovisuel) relance sa commission cinéma qui se réunit désormais deux fois par an sous la présidence du cinéaste Rithy Panh. La dernière session tenue début mai et réservée aux films de fiction a permis d’aider six projets du Maghreb, d’Afrique subsaharienne et de l’Océan indien, avec une augmentation de l’aide aux longs-métrages de 75 % par rapport aux années précédentes.

Projets retenus :

Un Fils,long-métrage de Mehdi Barsaoui (Tunisie) : 70 000 €

Entre, long-métrage de Nada Mezni Hafaiedh (Tunisie) : 70 000 €

Une affaire urgente, long-métrage de Mohcine Besri (Maroc) : 70 000 €

Garibou, court-métrage de Seydou Cissé (Mali) : 10 000 €

Du riz blanc aux dogues noirs, court-métrage de Ludovic Randriamanantsoa

(Madagascar) : 5 000 €

Maki'La, long-métrage de Machérie Ekwa (RDC) : 15 000 € (aide à la finition)

A noter que le long-métrage tunisien « Un fils » est porté par Cinétéléfilms (Habib Attia) qui a déjà produit (également avec le soutien du Fonds Image de la Francophonie) « La belle et la meute », le film de Kaouther Ben Hania, actuellement en compétition au Festival de Cannes dans la section « Un Certain Regard ». Autre fait marquant de la dernière session du Fonds Image de la Francophonie : l’aide accordée au projet Maki’la de la jeune réalisatrice congolaise Machérie Ekwa (23 ans), dont l’OIF a pris en charge la participation au Festival de Cannes.

Le règlement et le calendrier des commissions du Fonds Image de la Francophonie sont disponibles sur le site Images francophones. Les demandes de financement se font également sur ce site.

Le Fonds Image de la Francophonie, géré par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), dispose d'un montant annuel d'un million d'euros répartis à parts égales entre cinéma et production audiovisuelle et permet de financer environ quarante projets par an. Ce dispositif d'appui à la production est complété par des interventions de l'OIF en faveur de la promotion et des ventes internationales des films et programmes audiovisuels des pays francophones du Sud.

L'Organisation internationale de la Francophonie compte 58 Etats et gouvernements membres ou associés et 26 Etats observateurs. www.francophonie.org