PEOPLE

useful_fr

*   Amnon Avissar, directeur général de Sentel, a déclaré que sa société n'’attendra pas la libéralisation des télécommunications (2004) au Sénégal pour démontrer son savoir-faire dans ce domaine. Il a été particulièrement critique à propos du monopole de la Sonatel : "« Le monopole est une mauvaise chose pour le développement de l'"économie, surtout dans le secteur des télécommunications. Il existe de nombreux services que les opérateurs et les fournisseurs d'"accès ne peuvent pas offrir aujourd'"hui à cause du monopole. Bientôt, le monopole appartiendra au passé et les sénégalais exigeront les services les plus performants possibles. Cela ne concerne pas simplement les services mobiles, mais tous les services de télécommunications et ils devront être beaucoup plus accessibles aux consommateurs sénégalais." » Sentel s'’intéresse aux lignes fixes et à la téléphonie publique. Lors de cette rencontre avec la presse, M. Avissar a également annoncé la baisse de ses tarifs sur le mobile à 100 FCFA par minute, ce qui est selon lui le tarif le plus bas de l'’Afrique de l'’Ouest.

*   Deolu Ogunbanjo, président du groupe nigérian de consommateurs de téléphonie mobile NATCOMS (qui a organisé la récente campagne "« portable éteint" ») prévoit d'’autres stratégies pour protester contre la manière dont les opérateurs traitent les abonnés. Bien qu'’il n'’ait pas souhaité donner plus de précisions sur ces stratégies, il a indiqué qu'’il pourrait s'’agir d'’organiser des marches de protestation devant les bureaux des sociétés de téléphonie mobile. Un certain nombre d'’autres organisations se sont également impliquées. Probity in Nigeria (PIN), une ONG basée à Enugu, a qualifié les services d'’arnaque et a par conséquent appelé à soutenir cette croisade. Il en est de même pour la National Association of Mobile Phone Subscribers (NANPS), présidée par le Professeur Bunmi Ayoade du Département des sciences sociales de l'’Université d'’Ibadan. Cependant, un porte-parole d'’Econet Wireless Nigeria, Emeka Opara (cité dans le Daily Champion), avait qualifié la manifestation d'’inutile en insistant sur le fait qu'’entretemps sa société avait amélioré ses services. M. Ene Baba-Owoh, qui préside une autre association de consommateurs, la TELSRAD, a quant à lui affirmé que son groupe avait engagé plus de 2000 avocats (nous disons bien 2000) à travers le pays pour s'’assurer que les droits des consommateurs nigérians étaient respectés.

*   Hassan Kabbani, qui travaille depuis trente ans dans le secteur des télécommunications, est le nouveau directeur général d'’Orascom Telecom Algérie.