Maroc: ANRT a choisi Booz Allen et autres pour l’accompagner dans le processus de libéralisation du fixe.

Actualités Télécom

Après une pause de plusieurs mois, il semble que le processus de libéralisation du secteur des télécommunications reprend ses droits. En effet, suite à un appel d’offres qu’elle avait lancé au début de l’année en cours, l’ANRT (Agence nationale de réglementation des télécommunications) vient de choisir parmi six soumissionnaires le consortium Booz Allen/Bird&Bird et Uplines Securities pour l’accompagner dans le processus de libéralisation du fixe.

Après une pause de plusieurs mois, il semble que le processus de libéralisation du secteur des télécommunications reprend ses droits. En effet, suite à un appel d’offres qu’elle avait lancé au début de l’année en cours, l’ANRT (Agence nationale de réglementation des télécommunications) vient de choisir parmi six soumissionnaires le consortium Booz Allen/Bird&Bird et Uplines Securities pour l’accompagner dans le processus de libéralisation du fixe.

Ce groupement de cabinets de conseil et d’assistance ainsi sélectionné aura pour tâche, selon l’agence, de réaliser une étude stratégique sur la poursuite de la libéralisation du secteur des télécommunications et l’élaboration d’un plan d’action pour ce faire, ce qui permettra d’arrêter les contours des licences à lancer. Il devra également accompagner l’Agence dans le processus de placement des licences.

Ce groupement de cabinets de conseil et d’assistance ainsi sélectionné aura pour tâche, selon l’agence, de réaliser une étude stratégique sur la poursuite de la libéralisation du secteur des télécommunications et l’élaboration d’un plan d’action pour ce faire, ce qui permettra d’arrêter les contours des licences à lancer. Il devra également accompagner l’Agence dans le processus de placement des licences.

Rappelons que six groupements de cabinets avaient déposé leurs candidatures le 30 janvier dernier. Il s’agit de Booz-Allen-Hamilton / Bird&Bird / Upline Securities, Bnp Paribas / BMCI / Nera / Cliford Chance, Analysys / Attijari Finances / Georges Racine, Mckinsey / Wafa Trust, Estin & Co / Afg, Sofrecom. Ce travail devra durer six mois environ, le temps que prendront la stabilisation du cadre réglementaire et la préparation des décisions de l’Agence qui porteront notamment sur le renforcement de la régulation (interconnexionŠ).

Rappelons que six groupements de cabinets avaient déposé leurs candidatures le 30 janvier dernier. Il s’agit de Booz-Allen-Hamilton / Bird&Bird / Upline Securities, Bnp Paribas / BMCI / Nera / Cliford Chance, Analysys / Attijari Finances / Georges Racine, Mckinsey / Wafa Trust, Estin & Co / Afg, Sofrecom. Ce travail devra durer six mois environ, le temps que prendront la stabilisation du cadre réglementaire et la préparation des décisions de l’Agence qui porteront notamment sur le renforcement de la régulation (interconnexionŠ).

Par cette approche, l’autorité de régulation compte prévenir les erreurs de la première expérience de libéralisation du téléphone fixe, dont l’échec a été retentissant, et mieux préparer le terrain pour un deuxième appel d’offres. En effet, le calendrier de libéralisation du secteur des télécommunications avait retenu initialement la date d’avril 2002 pour l’ouverture à la concurrence du fixe. Mais l’appel d’offres, lancé alors, n’avait pas abouti.

Par cette approche, l’autorité de régulation compte prévenir les erreurs de la première expérience de libéralisation du téléphone fixe, dont l’échec a été retentissant, et mieux préparer le terrain pour un deuxième appel d’offres. En effet, le calendrier de libéralisation du secteur des télécommunications avait retenu initialement la date d’avril 2002 pour l’ouverture à la concurrence du fixe. Mais l’appel d’offres, lancé alors, n’avait pas abouti.

Par ailleurs, en plus de cette étude de faisabilité de l’attribution de la deuxième licence du fixe, l’aboutissement de ce processus passe par le bouclage de plusieurs autres chantiers. Il s’agit notamment de l’adoption du projet de loi «55-01» qui modifie la loi «24-96» relative aux télécommunications qui est en cours. Ce projet de réforme apporte de nouvelles dispositions, telles que la baisse de la contribution pour le service universel et l’aménagement des territoires (de 6 à 2%) et l’élargissement de la notion de service universel à l’Internet.

Par ailleurs, en plus de cette étude de faisabilité de l’attribution de la deuxième licence du fixe, l’aboutissement de ce processus passe par le bouclage de plusieurs autres chantiers. Il s’agit notamment de l’adoption du projet de loi «55-01» qui modifie la loi «24-96» relative aux télécommunications qui est en cours. Ce projet de réforme apporte de nouvelles dispositions, telles que la baisse de la contribution pour le service universel et l’aménagement des territoires (de 6 à 2%) et l’élargissement de la notion de service universel à l’Internet.

De même, l’ANRT planche sur plusieurs autres projets concernant la réglementation de l’usage de la technologie Wireless (sans fil), des études sur l’avenir de la technologie 3G au Maroc, la gestion du nom de domaine «ma» ainsi que l’état des lieux des segments du marché. Elle envisage également d’établir un nouveau plan national des fréquences.

De même, l’ANRT planche sur plusieurs autres projets concernant la réglementation de l’usage de la technologie Wireless (sans fil), des études sur l’avenir de la technologie 3G au Maroc, la gestion du nom de domaine «ma» ainsi que l’état des lieux des segments du marché. Elle envisage également d’établir un nouveau plan national des fréquences.

Par ailleurs, l’Agence vient d’achever une étude sur le marché des liaisons louées au Maroc. Réalisée par l’Institut de l’audiovisuel et des télécommunications en Europe (IDATE), cette étude a pour objectif notamment la réalisation d’un benchmarking réglementaire et tarifaire appuyée par une enquête auprès des principaux utilisateurs des liaisons louées au Maroc, indique un communiqué de l’Agence. Une synthèse de cette étude sera publiée ultérieurement sur le site web de l’ANRT.

Par ailleurs, l’Agence vient d’achever une étude sur le marché des liaisons louées au Maroc. Réalisée par l’Institut de l’audiovisuel et des télécommunications en Europe (IDATE), cette étude a pour objectif notamment la réalisation d’un benchmarking réglementaire et tarifaire appuyée par une enquête auprès des principaux utilisateurs des liaisons louées au Maroc, indique un communiqué de l’Agence. Une synthèse de cette étude sera publiée ultérieurement sur le site web de l’ANRT.

(SOURCE: Le Matin)

Le Matin