Actualités informatiques

Nouvelle prise spectaculaire pour la commission anti-corruption. Elle vient de mettre à jour un vaste trafic au sein du ministère de l’Economie et des Finances. Des fonctionnaires indélicats avaient mis au point un système qui leur permettait d’encaisser une partie des salaires destinés aux agents de l’Etat. Plus de 1,28 milliard de FCFA aurait ainsi été détouné.

Cet énorme somme aurait été soustrait pendant deux ans (2001 à 2003) par des fonctionnaires du ministère dont l’ancien directeur général du Trésor public, Tchodié Magla. Ces informations sont révélées dans le journal interne de la Commission nationale de lutte conte la corruption et le sabotage économique, « Bonne gouvernance ».

Selon un rapport de la Commission publié par « Bonne gouvernance », les fonctionnaires avaient mis au point un ingénieux système basé sur le trafic de codes informatiques des données comptables. C’est ainsi qu’ils parvenaient à transformer les bons de virement de salaires émis par le Trésor public, par le truchement de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), en mandats pour paiement de facture fictives au profit d’une société « taxi ». Les intéressés n’avaient plus ensuite qu’à se servir.

La commission anti-corruption a levé, ces derniers mois, un certain nombre d’affaires. Elle a contrôlé de nombreuses entreprises publiques et privées, sans distinction. Caisse nationale de sécurité sociale, Mairie de Lomé, Togo Télécom, Prison civile, Tribunaux de Lomé, Port, Centre des impôts, entre autres, ont eu droit aux visites les limiers de la CNLCSE.

Cette commission, animée par une petite équipe, est dirigée par K. Folivi. Sa mise en place a été souhaitée par le président Eyadema afin de lutter contre la corruption.

Togo Online