Actualités Internet

A l'hôpital de Dimmbal, situé à quelque 750 km de Bamako, la capitale malienne, les patients ont la possibilité de bénéficier, en direct, de l'avis d'experts...genevois. Comment? Via le satellite Geolink Acess qui permet à ce petit village d'être connecté au Réseau mondial.

Des médecins genevois et maliens s'interrogeant sur des cas difficiles à près de 6 000 km de distance. C'est aujourd'hui une réalité dans le petit village de Dimmbal, situé à près de 750 km de Bamako, en pays dogon. La localité, qui compte près de 2 000 âmes, dispose d'un hôpital raccordé à Internet grâce au satellite Geolink Access. «L'infrastructure nous a permis de pouvoir recruter un médecin pour l'hôpital (qui compte 8 lits, ndlr)», affirme le docteur Ousmane Ly, coordonnateur du réseau malien de télémédecine, qui intervient sur le projet de Dimmbal. Les médecins sont en effet peu friands au Mali, comme partout ailleurs, des affectations en rase campagne par crainte de l'isolement. C'est tout le contraire avec ce raccordement satellitaire qui était le seul moyen de relier Dimmbal au reste du monde. Le premier accès téléphonique se trouve à 15 km du village. Le médecin de Dimmbal est ainsi en contact permanent avec ses confrères de Bamako et de Genève.

Cette plate-forme permet de faire de la formation médicale en collaboration avec l'hôpital cantonal universitaire de Genève. Les thèmes sont choisis par les médecins maliens et les médecins genevois répondent à leurs préoccupations tous les quinze jours (vendredi) par vidéo conférence sur une interface dédiée. Outre les médecins, les patients demeurent les principaux bénéficiaires de ce système. Le personnel médical reste au fait des dernières pratiques médicales et des téléconsultations peuvent être effectuées en ligne. Les cas difficiles sont, par exemple, soumis en direct à des médecins genevois qui, grâce à une caméra, vivent la consultation. Au total, la population semble très satisfaite de ce système. «Il y a un regain de confiance en la santé publique, surtout de la part des jeunes qui sont très actifs dans ce domaine», explique le Docteur Ly.

Ce projet est à l'initiative de la mission archéologique et ethnoarchéologique suisse en Afrique occidentale (Maesao). La structure est à l'origine de plusieurs projets de développement dans le village malien. Dimmbal est également un projet-pilote dans le cadre des activités du Réseau francophone africain pour le téléenseignement qui ambitionne d'installer au moins deux points d'accès satellitaires, consacrés à la formation, dans 7 autres pays de l'Afrique de l'Ouest et du Nord. A savoir le Burkina Faso, le Sénégal, le Niger, la Mauritanie, le Maroc, la Tunisie et le Bénin.

Libération