Actualités Internet

Depuis le début de cette année, un nouveau réseau numérique en fibre optique est entamé dans la wilaya de Bouira pour relier à l'avenir l'est et l'ouest du pays.

Ce grand projet et d'envergure nationale permettra à Algérie Télécom d'améliorer ses prestations en direction des abonnés par le renforcement de ses capacités de transmission et de réception, à un moment où la demande émanant des citoyens, des agglomérations ou des zones rurales de la wilaya, pour se doter d'une ligne téléphonique, enregistre une croissance en raison des opportunités modernes offertes par ce moyen de communication. Ce réseau est important pour les utilisateurs qui, à cause de la saturation des anciennes lignes qui se manifeste souvent par des dérangements répétés et une qualité mauvaise de réception, ont toujours présenté des réclamations aux services concernés. De ce fait, il permettra d'atténuer les coupures inopinées qui engendrent des pertes de bénéfice aux gérants des kiosques multiservices et des cybercafés et d'éviter aussi les pannes généralisées où une partie ou la totalité de la wilaya a été isolée du reste du pays en matière de téléphone. Par ailleurs, nous avons appris que presque la totalité des chefs-lieux des 45 communes de la wilaya ont été doté d'un réseau téléphonique ; dans certaines localités, des projets d'élargissement des réseaux ont été entrepris afin de toucher les zones rurales.

Dans certaines localités, le système WLL est introduit pour réduire le coût et les difficultés rencontrées par le passé lors de la réalisation. Pour leur part, les gérants des cybercafés à Bouira ont exprimé leur satisfaction par rapport à l'amélioration relative de la qualité de réception. De même, après une grève de quelques jours, ces derniers ont pu avoir gain de cause en bénéficiant d'une réduction de 50% sur les tarifs de connexion à Internet. Cependant, la contestation des citoyens abonnés n'est pas près de s'apaiser, notamment dans les périodes d'envoi des factures de consommation téléphonique. N'étant pas au fait de la procédure de l'élaboration des factures ni ne connaissent comment l'index d'unités consommées est établi, les citoyens qui reçoivent des factures salées ne sont jamais convaincus du montant qui leur est demandé de payer. En effet, pour ce dernier bimestre, M. Saïd, habitant de Bouira, a indiqué avoir reçu une facture de «12 000 DA pour la ligne de [son] domicile, alors que celle de [son] magasin, très utilisée, censée être plus importante, n'est que 2 500 DA».

Un autre s'est fait parvenir une facture où le nombre de communications internationales est exagéré. Un autre abonné s'est présenté au bureau de poste pour demander des explications sur le nombre d'appels vers le mobile inscrit sur la facture : «Ce n'est pas possible, j'effectue ce type d'appel au niveau des multiservices.» Ces derniers pensent, malgré les assurances des agents d'Algérie Télécom, qu'il existe un piratage au niveau du réseau ou bien qu'il y a des erreurs dans l'inscription de l'index de consommation.

Cela a créé un climat de doute chez certains abonnés qui ne peuvent pas régler les sommes faramineuses -par rapport à leurs revenus- qui leur sont imposées. Les responsables de cet organisme n'ont pas pu encore convaincre leur client sur le fait qu'il n'y a aucune manipulation humaine ni au niveau du réseau, composé d'une fibre optique, ni au moment de l'établissement automatique des factures.De plus, même si certaines zones d'ombre ont été dernièrement clarifiées par l'opérateur grâce aux factures détaillées, des abonnés gardent les mêmes réactions et souhaitent de plus amples détails dans les factures.

Le responsable d'Algérie Télécom au niveau de Bouira, auquel nous avons rendu visite pour nous donner des précisions sur son secteur et par rapport aux propos avancés par les citoyens, s'est refusé à tout commentaire, préférant nous orienter vers la cellule de communication qui existe au niveau de la direction générale d'Algérie Télécom.

La Tribune