Cameroon: Les Ntic : un nouveau centre à Yaoundé I

Actualités informatiques

Un nouveau centre des technologies de l'information et de la communication a été inauguré hier.

Un nouveau centre des technologies de l'information et de la communication est opérationnel à l'université de Yaoundé I. Il a été inauguré hier par le vice-recteur chargé de l'Enseignement. Maurice Sosso a expliqué que cette structure est le premier fruit visible du partenariat naissant entre la firme Microsoft et la République du Cameroun.

C'est à travers sa filiale qui couvre l'Afrique de l'Ouest et du Centre que la multinationale de l'Américain Bill Gates a offert ce don à l'université de Yaoundé I. Il est doté de dix micro-ordinateurs, deux machines serveurs, dix chaises, dix tablettes pour micro-ordinateurs, dix onduleurs, deux imprimantes Laserjet.

Le vice-recteur chargé de l'Enseignement a présenté ce centre comme "un espace cybernétique polyvalent, ouvert aux enseignants et aux étudiants, pour leur permettre de toucher du doigt les dernières technologies Microsoft en matière de systèmes d'exploitation, de bureautique, de bases de données et de travail coopératif". De l'avis de Maurice Sosso, cette crédibilité et cette confiance accordées invitent à relever deux défis. Il s'agit, d'une part, de renforcer, d'approfondir la maîtrise des technologies de l'information et de la communication et de mettre en place des stratégies de veille technologique, car ce sont des technologies qui sont mouvantes avec des taux d'obsolescence très élevés. D'autre part, il sera question d'étendre les programmes de diffusion desdites technologies au-delà du milieu universitaire, pour en faciliter l'utilisation optimale pour le développement économique et social.

Il existait déjà un centre de ressources multimédia au campus de Ngoa-Ekelle. Par ailleurs, depuis janvier 2001, au terme d'une convention signée avec Sisco Systems et avec l'appui du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), l'université de Yaoundé I abrite l'académie régionale Cisco et, sous l'impulsion de celle-ci, une dizaine d'académies locales ont vu le jour au pays et dans la zone CEMAC.

Cameroon Tribune