Le gouvernement sénégalais veut créer une unité de recyclage des déchets électroniques

Actualités informatiques

Le gouvernement, en partenariat avec des bailleurs de fonds et le secteur privé veut mettre en place une unité de recyclage des déchets des équipements électriques et électroniques (Deee). Une étude quantifie ces Deee à en­viron 600 t au Sénégal, qui, pourraient doubler d’ici 2012.

Le Sénégal veut prendre en charge la gestion des  Déchets des équipements électriques et électroni­ques (Deee). Jusqu’ici, les Deee fi­nis­sent entre les mains de récupérateurs fonctionnant d’une manière informelle. Le gouvernement aspire, à la suite de la restitution de l’étude sur les Deee, à mettre sur pied une unité de recyclage des déchets issus des ordinateurs, des téléphones po­tables, des climatiseurs splits, et des téléviseurs, entre autres. A­ba­bacar Diop, Directeur général de Sénéclic, indique que cette unité de recyclage va intégrer les acteurs du secteur informel actifs dans la récupération et le recyclage des déchets. Ce qui permettra d’améliorer leurs revenus et de réduire les impacts négatifs sur leur santé et l’environnement par l’adoption de technologies simples appropriées. Le Directeur général de Sénéclic souligne que les pratiques de récupération observées sur les sites de Colobane et Rebeuss montrent que de nombreuses ma­tières valorisables sont laissées à l’­a­bandon faute de moyens techni­ques appropriés pour les extraire.

Aussi, dit-il, cette filière présente des impacts économiques positifs par l’amélioration des revenus grâ­ce à la création d’emplois. Pour le fonctionnement de cette filière, l’Ins­titut africain de gestion urbaine (Ia­gu) en partenariat avec l’Institut de recherche pluridisciplinaire en science des matériaux et en technologie des écoles polytechniques fédérales Suisse (Empa), a proposé au gouvernement une feuille de route. Les experts recommandent au gouvernement de mettre en pla­ce un cadre légal et une stratégie pour une gestion durable des Deee au Sénégal. Pour cela, il faudrait se­lon les ex­perts, que l’Etat définisse une stratégie politique, élabore un cadre légal en évaluant l’application des lois sénégalaises existantes à la gestion des Deee...

Les experts jugent aussi nécessaire, l’élaboration d’un guide technique. Un guide servant à donner des recommandations pour les étapes de collecte, de démantèlement et de recyclage des Deee. Pour ap­puyer le projet pilote et assurer son succès, les techniciens demandent aux autorités de mobiliser tous les acteurs, notamment les bailleurs de fonds et le secteur privé. Mais aussi, de mettre en place des mesures d’accompagnement.

Le Quotidien