Zain : les actionnaires confirment leur volonté de vendre 46% du capital

Actualités économiques

Le groupe Khorafi, principal actionnaire de l'opérateur télécoms koweïtien, ne mentionne aucun acquéreur potentiel. La presse locale évoque un accord préliminaire avec un groupe d'investisseurs du Golfe et d'Asie, pour 15 milliards de dollars.

Les principaux actionnaires du géant des télécommunications koweïtien Zain ont confirmé leur intention de vendre 46% de la compagnie, dans un communiqué publié lundi. Le texte a été mis en ligne sur le site internet de la Bourse du Koweït par la National Investment Co. qui a indiqué avoir été informée de cette décision par le groupe Khorafi, le principal actionnaire, et d'autres investisseurs.

La National Investment Co., qui appartient aussi au groupe Khorafi et qui est chargée de la vente, a précisé qu'elle allait proposer l'action à 2 dinars koweïtiens (7 dollars). L'action Zain a cédé 2,5% à l'ouverture de la Bourse lundi à 1,52 dinar (5,28 dollars).

Le communiqué ne fait aucune mention des acquéreurs possibles. Le quotidien "Al-Rai" de ce lundi évoque un accord préliminaire avec un groupe d'investisseurs du Golfe et d'Asie pour la vente de 46% de Zain, pour un montant de 15 milliards de dollars. Le groupe Al-Khorafi, du nom de la plus riche famille du Koweït, détient 11% de Zain, valorisé à 23,2 milliards de dollars. Zain, plus ancien opérateur téléphonique du pays, compte plus de 65 millions de clients dans 23 pays au Moyen-Orient et en Afrique.

Fin août 2009, il avait aboli une vieille restriction interdisant l'entrée à plus de 5% dans son capital d'investisseurs étrangers. Le PDG du groupe Saad al-Barrak avait alors déclaré que la levée de cette restriction ouvrait la porte à un investisseur étranger pour "détenir une participation majoritaire" dans sa société. Il avait indiqué que la société était en pourparlers avec plusieurs compagnies étrangères dont une indienne pour le rachat de ses actifs en Afrique, estimés à plus de 10 milliards de dollars.

Pour faire face à ses dépenses ces dernières années et à la crise économique, Zain a accru son capital et a dû effectuer plusieurs emprunts. En mai dernier, il a supprimé 2.000 emplois, soit 13% de ses effectifs. L'Etat koweïtien contrôle à hauteur de 24,6% le groupe Zain, l'un des trois opérateurs de télécommunications du pays avec la National Telecommunications Co (Wataniya) et la Kuwait Telecommunications Co (Viva).

source : Les Echos (via AFP)

http://tinyurl.com/ldyth6

http://tinyurl.com/ldyth6