Câblodistribution - Bientôt le cryptage au Cameroun

Actualités de la convergence

Dans les prochaines semaines, voire les prochains jours, certains abonnés à la câblodistribution de Yaoundé pourraient cesser de recevoir leur signal « en clair ».

L'opération d'assainissement du secteur de la diffusion audiovisuelle par câble qui crée actuellement des remous, prévoit en effet comme prochaine étape, l'obligation pour les sociétés agréées de crypter désormais leur signal d'émission. Et par conséquent, empêcher les structures clandestines qui, pour la plupart, font souvent du « repiquage », d'alimenter des foyers de façon illicite. L'idée, déjà soutenue par Canal Sat Horizons et reprise par le ministère de la Communication lors des assises de la télédistribution, règlerait ainsi plusieurs problèmes : une meilleure maîtrise du fichier des abonnés, une restriction du marché aux opérateurs disposant du niveau minimal d'infrastructures nécessaires à l'exploitation du signal, et la possibilité de contrôle sur les messages et chaînes diffusées.

Car comme l'explique Sébastien Mengue, directeur général de « Planète Média », concessionnaire de la Communauté urbaine de Yaoundé pour la gestion des espaces urbains, le système actuel de redistribution du signal n'est pas sans risques. En plus de chaînes licencieuses dont les images sont diffusées sans contrôle, n'importe quel opérateur peut, à partir d'un ordinateur, faire passer en crawling toutes sortes d'informations aux foyers qu'il dessert.

La nouvelle est accueillie de façon plutôt mitigée chez les câblo-opérateurs. Un technicien de la société Avnet qui a requis l'anonymat estime que la mesure sera difficile à appliquer, même si elle a effectivement l'avantage de disqualifier les aventuriers. Les plus petits opérateurs y voient pour leur part une autre mafia qui aura pour objectif de faire gagner des marchés à un prestataire de service chargé de fournir les décodeurs.

Cameroon Tribune