Phase 3 Telecoms ouvrira un lien terrestre Lagos-Accra durant le second trimestre 2010 et déploiera son réseau vers les pays enclavés de l’intérieur

L'éditorial du mois

Une autre route terrestre en fibre optique le long de la côte entre Lagos et Accra s’ouvrira au second trimestre 2010. L’opérateur télécom nigérian Phase 3 Telecoms a signé un contrat avec la Communauté Electrique du Bénin (CEB) pour poser et opérer une liaison fibre optique sur le réseau de distribution de l’électricité de la CEB. Russell Southwood s’est entretenu avec Stanley Jegede, le Directeur Général de Phase 3 Telecoms pour nous donner les détails du projet.

Q: Quel est votre accord avec la Communauté Electrique du Bénin ?

R: Il s’agit d’un contrat de concession nous permettant de proposer l’architecture, de construire et d’opérer l’infrastructure pendant 15 ans. Le réseau électrique de la CEB couvre le Bénin et le Togo et nous posons des fibres aériennes sur les lignes haute-tension de 161 kV. Avec ce réseau, nous pourrons mettre en place un lien allant de Lagos à Accra en passant par le Bénin et le Togo.

Nous avons déjà commencé la pose de la fibre optique et la longueur totale du réseau sera entre 3,000 et 4,000 kilomètres.

Q: Jusqu’ou s’étend le réseau de la CEB dans le nord ?

A: Il va jusqu’à Karimama au Bénin, une ville qui se situe à la frontière avec le Niger et à travers le milieu des deux pays avec un tracé formant un U retourné : de Parakou au Bénin et Atakpama au Togo via Oujougou et Sokode.

Q: Quand est-ce que le lien Lagos-Accra sera-t-il prêt?

R: Il sera opérationnel au second trimestre 2010 et nous nous sommes donnés jusqu’à la fin du premier trimestre 2010 pour la pose de la fibre et l’installation des équipements de transmission.

Q: Quelle est la taille de votre réseau domestique au Nigéria ?

R : Il est posé sur des lignes haute-tension de 132 kV et 330kV formant plusieurs larges boucles. Du nord à Sokoto, il s’étend vers l’ouest du pays jusqu’à Lagos et ensuite il passe par la partie sud du pays de Lagos au Bénin avec une extension vers Port Harcout qui sera ouverte sous peu. Son tracé se poursuit ensuite dans le milieu du pays vers Jos et Kano avec une extension en construction vers Katsina. Nous avons aussi une extension à partir d’une boucle principale de Lagos à Sakete au Bénin.

Q :Qui allez-vous connecter entre le Togo et Accra ?

R: Phase 3 travaillera en étroite collaboration avec Vodafone pour transporter son trafic vers Accra et vers la station d’atterrissage SAT3.

Q: Quel est le type de votre clientèle au Nigéria ?

R: Notre clientèles inclut les principaux opérateurs mobiles au Nigéria comme Globacom, Zain et les opérateurs CDMA comme Intercellular et Visafone. Nous transportons aussi du trafic pour les FAIs, les banques et le Gouvernement.

Nous proposons des liens à partir d’un E1 jusqu’à une capacité d’un STM1 se connectent à la station d’atterrissage SAT3 de Nitel. Avec l’ouverture de nouveaux liens, nous pourrons nous connecter à la station d’atterrissage de SAT3 à Cotonou via Bénin Telecom et à celle d’Accra via Vodafone. Cela nous permettra d’offrir à notre clientèle des options de redondance et plus de choix en termes de prix en jouant les différentes stations d’atterrissage.

Q : Pensez-vous que votre clientèle pour ces nouveaux liens sera la même que celle que vous avez pour votre réseau domestique ?

R : Dans une certaine mesure, oui parce que ce type de clients existent dans l’ensemble des pays de l’Afrique de l’ouest. Les opérateurs télécoms en particulier ont besoin de s’interconnecter avec des opérateurs dans d’autres pays africains.

A présent, il n’y a pas de lien de redondance et cela nous permettra de bien nous positionner pour offrir une boucle de redondance entre Lagos et Accra. Ce lien de redondance utilisera les nouveaux câbles sous-marins entre Accra et Lagos.

Q : Pensez-vous qu’il y aura un important volume de trafic entre ces pays ?

R : Je pense qu’il y a beaucoup de trafic entre Lagos et Accra et si nous construisons une extension vers la Côte d’Ivoire, il y aura des volumes de trafic relativement importants mais il n’y en a probablement pas beaucoup entre le Bénin et le Togo mais cela s’accroitera avec le temps.

Q : Avec l’introduction de quatre nouveaux câbles internationaux (Glo One, Main One, WACS et ACE) quelles seront les conséquences pour vous ?

A : Les conséquences seront positives pour nous dans la mesure ou la capacité disponible au niveau de la côte devra être acheminée vers l’intérieur et notre réseau aérien en fibre pourra être utilisé à cette fin. Nous avons des droits de passage qui s’étendent jusqu’à la frontière avec le Burkina Faso et le Niger et nous sommes potentiellement le mieux placé pour fournir de la bande passante internationale à ces deux pays. C’est dans notre meilleur intérêt de collaborer avec les opérateurs de câbles internationaux parce que nous nous complétons l’un l’autre.

Q : Quels sont les prix que vous allez proposer sur le lien Lagos-Accra ?

R : Nous sommes entrain de finaliser notre grille tarifaire mais nous comptons bien sûr être moins cher que certains opérateurs.

Correction: Le patron de Microsoft Afrique est Cheikh Modibo Diarra et non Modibo Keita comme indiqué dans un article paru dans le numéro 119.