La RDC en passe de disposer d'un document de politique sectorielle des télécommunications

Actualités Télécom

Le secteur des télécommunications de la République démocratique du Congo est en passe de disposer d'un cadre de référence auquel toute personne physique ou morale pourra se conformer.

La ministre des Postes, Téléphones et Télécommunications (PTT), Louise Munga Mesozi, a procédé à la présentation du Document de politique sectorielle des télécommunications et des technologies de l'information et de la communication (Tic) dont l'élaboration a été financée par la Banque mondiale. Dans son mot de circonstance, la ministre a indiqué que la politique sectorielle contenue dans ce document vise «l'amélioration du climat des affaires par l'assainissement du spectre des fréquences et la mise à jour des lois 013 et 014 de 2002, qui réglementent les télécommunications, en vue de corriger les dysfonctionnements constatés et de les étendre aux secteurs des Tic pour prendre en compte les domaines non couverts jusqu'à présent par la législation nationale (cybercriminalité, droit de propriété des logiciels, signature électronique, etc.) ; l'amélioration de l'accessibilité aux services de télécommunications en vue d'atteindre d'ici 2015 le seuil de 33 millions de lignes (fixes et mobiles), soit une télédensité de 40% contre environ 10% à l'heure actuelle, ainsi qu'un taux d'accès à l'Internet d'au moins 5% au de 1% en ce moment.»

Cette politique, a-t-elle poursuivi, cherche aussi à créer une infrastructure nationale et internationale à haut débit, à avoir «l'accès universel aux technologies de l'information sur l'ensemble du territoire national, en favorisant les conditions d'un accès communautaire au service téléphonique et à l'Internet de débit suffisant, dans chaque agglomération de plus de 2.000 habitants ; et à améliorer la contribution des Tic au développement économique et social su pays». Cela avant de faire remarquer que la même politique permettra au gouvernement «de prendre en compte des projets du secteur dans le Budget de l'Etat et dans les négociations avec les partenaires au développement». Au secteur privé, elle permettra l'orientation des investissements vers le sens souhaité par le gouvernement. Elle amènera aussi la Société civile à mieux jouer son rôle de plaidoyer auprès des autorités et des partenaires au développement appelés dorénavant à mieux cibler leurs actions d'investissement dans le domaine des télécommunications et des Tic.

A noter que l'élaboration de ce Document a aussi connu le concours du Cabinet ICEA pour en avoir proposé l'ébauche soumise aux experts du Comité de pilotage de la réforme des entreprises publiques (Copirep), de l'Autorité de régulation de la poste et des télécommunications au Congo (ARPTC) et du ministère des PTT.

Le Potentiel