Ghana : NCA va offrir des licences WiMAX voix et données mais seulement sous certaines conditions

L'éditorial du mois

NCA, l’autorité de régulation des communications du Ghana a engagé une discussion publique quant à la possibilité d’offrir des fréquences et des licences qui permettraient à ceux qui les gagneront de commercialiser des services voix et données. Mais comme vous pouvez vous l’imaginer, l’offre comporte un certain nombre d’attrapes. Russell Southwood nous détaille l’offre en question.

Selon la NCA, cinq licences seront offertes pour des services haut-débits sans fil dans les bandes de fréquences entre 2,500 MHz et 2,690 MHz. Il y aura trois lots de blocs à 30 MHz pour une couverture nationale par des opérateurs utilisant des fréquences en non-parité et deux lots de blocs à 2 x 15 MHz pour des opérateurs utilisant des fréquences en parité.

Ces licences seront valides pour une période de dix ans. Il est prévu en plus, des blocs de 2 x 5 MHz en parité et des blocs de15 MHz en non-parité supplémentaires pour ceux qui remporteront les cinq licences. Les bandes de fréquences associées à ces licences peuvent évidemment convenir à certain nombre de technologies mais la plus probable est le WiMAX.

Le point le plus intéressant concernant ces licences, c’est qu’elles permettent à l’utilisateur final d’utiliser l’équipement en mode fixe, nomadique ou totalement mobile. De plus, ces licences n’exigent pas d’avoir une licence séparée pour la fourniture de services Internet. Elles couvrent aussi l’ensemble du territoire.

Les licences seront attribuées suivant un processus d’enchères avec un prix du dossier non-remboursable fixé à 100,000 dollars US. Le prix minimum de réserve pour l’enchère est 5 millions de dollars US.

Malheureusement ces licences sont accompagnées de conditions. Les opérateurs qui remporteront les licences devront assurer une couverture de 60% de chaque ensemble de zones et une couverture de 100% des capitales des districts. Les zones consistent en des groupements de districts comme le très attractif centre métropolitain d’Accra mais aussi des districts moins attractifs comme par exemple Bole dans le nord du pays. Les opérateurs devront aussi offrir des services selon des critères de qualité qui seront définis dans leur licence.

Cinq ans plus tard à mi-parcours de la durée de la licence, les opérateurs assez chanceux pour réaliser ces conditions, pourront payer la somme forfaitaire de 1 million de dollars US pour offrir des services voix. Les licences ne permettent cependant pas aux opérateurs d’opérer une passerelle internationale et ils devront acquérir celle-ci séparément.

La structuration de la licence est une tentative d’attirer un maximum d’investissements tout en tendant la carotte d’une licence voix qui représente une bonne affaire à 1 million de dollars US pour les opérateurs qui franchiront la ligne finale dans cinq ans. Les seuls parieurs seront les opérateurs mobiles existants qui souhaitent utiliser la technologie WiMAX pour le trafic des données ou une société prête à relever ce challenge et disposant d’une solide assise financière.

Un cas récent au Ghana souligne la nécessité d’opérateurs réseaux alternatifs à celui de Vodafone Ghana à travers sa filiale de vente en gros, la « National Communications Backbone Company (NCBC) ». Dans le cadre du projet eGhana, le Ministère de la Communication avait lancé un appel d’offre pour une capacité de 10 mbps à répartir entre plusieurs régions du pays. Un fournisseur d’accès Internet, Internet Ghana a fait une proposition de 8,000 US par E1 sur la base d’un prix en gros de NCBC de 4,500 dollars US par E1.

Il a émergé plus tard que NCBC avait proposé au Ministère des Communications un prix de l’ordre de 1,083.33 dollars US, un prix bien inférieur au prix en gros que la société offre aux autres compagnies. Après maintes explications qui n’ont convaincu personne, NCBC a reconnu avoir fait une erreur mais qu’elle maintenait ce prix dans le cadre de cette offre. Cette affaire est maintenant dans les mains de l’autorité de régulation et des tribunaux.

Il est intéressant de noter que Vodafone, le nouveau propriétaire de NCBC a introduit une structure de prix en gros uniquement basé sur la capacité ce qui permet d’avoir le même prix n’importe ou au Ghana. A moins que vous soyez la filiale Internet de la société et alors il est bien possible que vous receviez une bien meilleure offre. Des erreurs sont possibles mais des erreurs de cette taille mérite une explication différente.