Les explications du ministre Adadja sur la privatisation de Bénin Télécoms

Actualités Télécom

De passage sur la télévision nationale dans l’émission «Dossiers en mains», le ministre de la Communication et des nouvelles technologies de l’information et de la communication, Désiré Adadjà est intervenu sur plusieurs sujets de son secteur dont celui lié à la privatisation de Bénin télécom et la gestion des Gsm au Bénin. Le ministre de la Communication et des nouvelles technologies de l’information et de la communication, Désiré Adadjà a été reçu sur les plateaux de la télévision nationale dans l’émission «Dossiers en mains».

Occasion pour lui d’expliquer à la nation béninoise les différents processus de l’opération de privation de Bénin télécoms sa. Mais, avant il s’est penché sur les raisons à l’origine de cette privatisation. Celles-ci se résument en la vie et à l’évolution actuelle du secteur des télécommunications dans le monde entier. A en croire le ministre, le secteur des télécommunications intéresse beaucoup le privé. Au Bénin, par exemple, ce secteur est à 80% privé, explique-t-il. Du coup, il devient de plus en plus difficile pour l’Etat d’être dans la production de ce secteur comme il l’a été depuis plusieurs années ; surtout face à l’avènement des privés. Il lui fallait alors retrouver son rôle de facilitateur, d’arbitre dans le secteur. Il ne s’agit pas là d’une exception au Bénin, poursuit le ministre, mais plutôt d’une situation qui s’est imposée sur le plan mondiale. Et déjà le Bénin est même en retard à propos. D’où la nécessité de privatiser le secteur, et ce depuis les régimes antérieurs. L’idée de privatisation n’est donc pas une spécificité du régime du changement, précise Désiré Adadja, qui indique que le Bénin est à sa troisième tentative de l’opération. Mais depuis la suspension de la deuxième tentative en mai 2006, le gouvernement en place à pu redresser les choses, aux dires du ministre de la communication et des Tic.

Ensuite, Désiré Adadja s’est prononcé sur les points stratégiques de l’opération. Elles se regroupent selon lui, en trois grandes lignes à s’avoir la privatisation en une seule fois, la sauvegarde des emplois et le maintien de l’Etat béninois comme actionnaire dans la société. Ce sont des aspects retenus par le gouvernement avec l’accord de tous les acteurs concernés.

Le processus proprement dit de l’opération a été lancé. Ceci par le biais de l’ouverture de la phase d’appel d’offre. Elle se déroulera en deux phases. La première ouverte depuis le 02 novembre et qui sera clôturée le 02 décembre, consiste en une présélection d’une dizaine de partenaires répondant aux profils exigés par l’Etat béninois. Il ne s’agit pas seulement d’un partenaire ayant seulement les moyens financiers, mais aussi de celui là qui a aussi les capacités techniques. Selon l’ambition du ministre, la phase d’appel d’offre devra prendre fin d’ici la fin du mois de décembre.

Outre le sujet relatif à la privatisation de Bénin télécoms, le ministre Désiré Adadja s’est prononcé également sur d’autres sujets, dont la gestion des Gsm au Bénin. D’après ses explications, la plupart des opérateurs de téléphonie mobile au Bénin sont en règles. Les échéances ont été respectées malgré quelques retards enregistrés.

Bénin Info