Redressement fiscal de 600 millions $ pour Orascom Algérie

Actualités économiques

La filiale algérienne du groupe de télécommunications égyptien Orascom Telecom s'est vu notifier pour près de 600 millions de dollars d'arriérés fiscaux et de pénalités par les autorités algériennes, comptant pour les années 2005, 2006 et 2007, selon Orascom, qui parle d'une « mesure sans fondement et inacceptable ».

Selon Orascom, les services fiscaux algériens ont évalué les revenus de la filiale Orascom Telecom Algeria (OTA) à 5,25 milliards $, alors qu'ils ne seraient que de 4,42 milliards $.

Le fisc algérien a réagi en livrant une chronologie des faits, destinée à démentir tout lien entre le redressement fiscal et les tensions algéro-égyptiennes liées à la compétition pour la qualification à la Coupe du monde.

OTA, « a fait l'objet d'un contrôle fiscal, au même titre que d'autres entreprises établies en Algérie, contrôle qui a débuté en date du 3 juin 2008, suivant avis de vérification remis à la société le 20 mai 2008. Le contrôle fiscal a concerné les exercices 2004, 2005, 2006 et 2007 ».

Le fisc algérien précise, que les « propositions des redressements des exercices 2005 à 2007 ont été adressées à la société en date du 12 juillet 2009, soit 13 mois après la première intervention des services de contrôle ».

Orascom Telecom a été placée sous surveillance négative par Standard & Poor's.

Sa branche algérienne est sa principale source de cash-flow.

Les Afriques