Congo RDC: La direction de la Sotelco sommée de prendre des mesures urgentes pour assurer la permanence du central de téléphonie fixe

Actualités Télécom

Au terme d'une visite surprise à la Société de télécommunications du Congo (Sotelco), le ministre des Postes et télécommunications, chargé des Nouvelles technologies de la communication, Thierry Moungalla, a demandé aux cadres de cette administration placée sous sa tutelle, de prendre les mesures structurelles qui s'imposent à moyen et court termes, pour assurer la permanence du central de téléphone fixe.

La visite du ministre a été motivée par son souci de s'informer sur la nature de la panne, sur les mesures à prendre et sur les solutions d'urgence proposées. « Nous avons constaté qu'il y avait un problème causé manifestement par le caractère vétuste et le dysfonctionnement du central téléphonique », a indiqué Thierry Moungalla.

En effet, pour ne pas paralyser les services de souveraineté et les grands abonnés notamment, les techniciens de la Sotelco, qui attendent l'arrivée d'un expert pour réinitialiser et relancer ce central, sont contraints de migrer au fur et à mesure les administrations sensibles, notamment les ministères, vers le central de Ouenzé, dans le cinquième arrondissement.

« Ce processus provisoire est conditionné par la capacité du câble qui nous relie avec le central de Ouenzé, vu que nous avons une capacité limitée. C'est celle que nous utilisons, espérant que nous aurons réussi, avant saturation de la capacité, à réinitialiser et relancer ce central », a indiqué pour sa part l'administrateur général adjoint. Selon lui, pour parvenir à la relance complète dudit central, il faut avant de recouvrir tous les logiciels afin de les activer, une démarche technique qui demande le concours d'un expert et à l'issue de laquelle sera connu le coût chiffré réel pour la remise en fonctionnement de cet outil.

Par ailleurs, tout en rassurant les populations et l'ensemble des clients de la Sotelco en attendant de trouver des solutions définitives, et soucieux des abonnés qui ne doivent pas attendre trop longtemps avant le rétablissement de cette situation, le ministre Moungalla s'est adressé à ses administrés en ces termes : « Je vous instruis de me faire un rapport officiel de la situation et de m'indiquer également les coûts qui me permettront de transmettre les informations aux différents services concernés, notamment le président et la primature, pour débloquer rapidement les moyens nécessaires pour la réparation optimale de ce central. »

La Sotelco traverse, depuis près d'une décennie, une période difficile qui ne permet pas à cet opérateur national de la téléphonie fixe de jouer pleinement son rôle de service public. Malgré des mesures prises pour sortir de cette difficile situation, la Sotelco connaît encore de sérieuses difficultés financières causées en partie par la vétusté de ses installations.

Les Dépêches de Brazaville