Radio numérique, plan d'un réseau d'essai pour le Grand-Tunis

Actualités de la convergence

Les travaux du colloque international sur la radio numérique organisé les 4 et 5 juin par la Radio tunisienne, en collaboration avec l'Union européenne de radio-télévision (UER), se sont poursuivis dans le cadre de la deuxième session du festival de la Radio tunisienne. Participent à cette rencontre, qui se tient au siège de l'Union des radios des Etats arabes (ASBU), un grand nombre d'experts et de représentants de stations radiophoniques arabes, européennes et méditerranéennes. La première séance présidée par M. John Paul Cookley, de la radio télévisée Telefis d'Irlande et portant sur "les perspectives de la radio numérique en Afrique du Nord" a été consacrée à trois interventions sur les défis de la radio numérique en Tunisie, en Algérie et au Maroc. Prenant la parole, M. Saïd Alouane, de l'Office national de la télédiffusion, a indiqué que le travail sur la radio numérique en Tunisie a démarré en 2001 à la faveur de la mise en place d'un studio numérique. L'année 2009 a connu, quant à elle, le démarrage de la diffusion de la radio tunisienne numérique. Il a précisé, qu'au niveau régional et local, les stations de radio disposent de sites web.

L'intervenant a rappelé que la Tunisie a élaboré un plan pour l'instauration d'un réseau d'essai qui couvrira en principe la zone du Grand-Tunis à travers l'implantation d'une base de décodage et de signal. Il a indiqué que l'Office oeuvre à approfondir les connaissances au niveau de l'usage des technologies modernes en matière de diffusion numérique de manière à adopter les normes adéquates dans ce domaine. L'intervenant s'est interrogé sur l'avenir de la radio numérique hertzienne dans un monde en pleine révolution technologique et face à la prolifération du réseau de la Toile.

De son côté, M. Mohamed Demil, représentant de la Radio algérienne, a parlé de l'expérience de son pays dans le domaine de la radio numérique, faisant savoir que l'Algérie s'emploie depuis l'an 2000 à numériser ses radios, indiquant que ce projet a atteint un taux d'avancement de 70%. Il a fait savoir qu'à l'horizon 2013, toutes les régions du pays assisteront à la diffusion des programmes radiophoniques à partir de stations de radio entièrement numériques. De son côté, M. Abdellatif Ben Sfia, professeur et chercheur à l'Institut supérieur de journalisme à Rabat (Maroc), a axé son intervention sur la question des équipements de diffusion de la radio numérique, les coûts, la formation ainsi que l'impact de la radio numérique sur les contenus radiophoniques et sur la nature de la formation des cadres et agents opérant dans le domaine de la radio.

La deuxième séance présidée par M. Brett Spencer, de la BBC, a permis de se pencher sur l'étude de certains cas en présentant les expériences du Royaume-Uni, de l'Italie et du Maroc. M. Grant Goddard, spécialiste dans les stratégies radiophoniques et le développement des stations de radio, a parlé de l'expérience britannique dans ce domaine. De son côté, M. Giuseppe Braccini, représentant de la compagnie Rai Way (Italie), a présenté l'expérience de cette entreprise qui constitue une structure importante en matière de retransmission radiophonique à la lumière de son apport dans ce domaine en Italie. De son côté, M. Mohamed Abdelwaheb Allali, professeur à l'Institut supérieur de journalisme à Rabat, a réaffirmé l'importance de la numérisation radiophonique, qui constitue de nos jours un grand défi à relever.

La Presse