Mobile-XL lance un logiciel de navigation pour les mobiles GPRS peu chers pour stimuler l’ARPU

L'éditorial du mois

Avec la concurrence accrue, l’ARPU du mobile est en baisse à travers le continent: alors qu’il s’agit une bonne nouvelle pour le consommateur, cela l’est moins pour les opérateurs. Beaucoup d’opérateurs parient sur une augmentation des revenus du segment data - les SMS et l’Internet mobile - qui permettrait de ralentir ou d’inverser cette tendance. Il est par conséquent urgent d’identifier des interfaces qui seront facile d’utilisation pour un large nombre d’utilisateurs se faisant les encourageant à consommer des services data. Russell Southwood s’est entretenu avec Guy Kamgaing-Kouami, le Directeur Général camerounais de Mobile-XL. La société propose une solution « fermée » destinée aux utilisateurs du mobile avec des combinés GPRS peu chers.

L’interface de Mobile-XL est un logiciel à télécharger ciblant les téléphones de bas de gamme. Le logiciel est compatible avec plus de 150 téléphones mobiles incluant les Nokia 2600 et 5000 ainsi que les combinés de la série E de Motorola. Il s’agit de combinés dont le prix est de l’ordre de 60 à 150/200 dollars US suivant les marchés. Selon Kamgaing-Kouami, l’interface est compatible avec des « téléphones intelligents » mais ce segment n’est pas ciblé pour l’instant. Le logiciel de navigation est une solution propriétaire qui vise à capturer l’utilisateur d’une façon similaire à celle d’AOL dans le passé.

Le logiciel peut être installé sur le combiné mobile de trois manières différentes: en pré installation par le fabricant de combinés ou une installation soit au niveau de l’opérateur ou du distributeur de combinés. Mobile-XL a un accord de partenariat avec Nokia en Afrique de l’Est ou le logiciel est pré installé sur le combiné portable. Entre 40,000 et 50,000 combinés avec le logiciel pré installé sont envoyés chaque mois. Ce même modèle de commercialisation sera appliqué dans d’autres régions. « Nous sommes en ce moment entrain de discuter avec deux grands fabricants » nous a expliqué Kamgaing-Kouami.

Les distributeurs/revendeurs peuvent quant à eux télécharger l’interface via la technologie Bluetooth en 4 à 6 minutes. L’activation de l’interface au niveau distributeur/revendeur représente environ 20% du total des activations.

Selon Kamgaing-Kouami, 30 à 40% des combinés mobile sur le marché sont capable de fonctionner en mode GPRS. Malheureusement, il est toujours très difficile d’acheter du crédit pour l’Internet mobile en mode prépayé . Lorsque c’est possible, les utilisateurs ne sont pas tentés de l’utiliser parce qu’il persiste une incertitude quant au coût.

La démarche commerciale des opérateurs télécoms a été testée via des courriels marketing ciblant un groupe de clients sélectionnés pour leur taux élevé de réponse. Les courriels sont envoyés sous un label commun incluant celui de l’opérateur. Selon Kamgaing-Kouami : « nous comptons introduire un modèle d’exclusivité avec les opérateurs. A la fin de la phase pilote, nous envisageons de travailler avec un opérateur unique par pays. Nous recherchons des accords de partenariat au niveau du groupe ». Des accords ont déjà été signés pour trois marchés.

Lorsque l’utilisateur a activé le logiciel, il va en moyenne l’utiliser 4 à 5 fois. Mais sans une relance marketing, il tend à s’arrêter de l’utiliser. La solution n’est pas vraiment vitale pour lui ! Il nous faut une période de six mois pour capturer l’attention de l’utilisateur. Nous avons testé différentes idées qui sont prometteuses mais la validation de leur efficacité se fera avec le temps.

A l’issue d’une enquête auprès de 800 utilisateurs, il n’a pas été surprenant de voir que ce sont les jeunes qui sont le plus vivement attirés, en particulier pour le téléchargement de musique : « c’est quelque chose qu’ils connaissent déjà bien ». Les sujets les plus populaires sont ensuite les offres d’emploi, l’horoscope, et les actualités. Pour ces dernières, il s’agit des résultats du foot, des films à voir et des sorties.

La même étude a montré qu’au Kenya et en Uganda, les utilisateurs sont prêts à payer entre 80 cents et 1 dollar US par mois pour ce type de service . Au Cameroun où le prix d’un SMS est plus élevé et le contenu pour mobile reste limité, le chiffre varie entre 1.5 et 2 dollars US par mois.

Mobile-XL est une classique « start up » dans laquelle tous les employés sont actionnaires de la société en combinaison avec des investisseurs privés. La raison qui la distingue des autres c’est qu’elle a obtenu un premier financement de Tech Coast Angels et un second financement de Finch.