Cameroun: La bataille de la fibre optique

Actualités Internet

La guerre aura-telle lieu ? Ce mercredi 5 août 2009, une réunion de concertation est prévue dans les services du gouverneur du Littoral. Sont attendus à ces assises, les représentants des entreprises de la téléphonie opérant au Cameroun et l'agence de régulation du secteur. Objectif, trouver une sorte de consensus autour de la question de la pose et de la gestion de la fibre optique qui pourrit actuellement les relations entre les divers acteurs. Depuis quelques jours en effet, une querelle sourde oppose la Camtel et Mtn Cameroon. L'opérateur historique des télécommunications au Cameroun soupçonne le « leader » de marcher sur ses plates bandes. Saisie du dossier, l'Agence de régulation des télécommunications (Art) s'est fendue d'une missive interpelative pour s'enquérir de la situation. Dans un message porté, Jean-Louis Beh Mengue indique ainsi aux responsables de Mtn « qu'il m'est revenu que vous procédez à l'installation d'un câble en fibre optique dans la ville de Douala et ses environs. [Je] vous demande de surseoir à ladite installation afin de me permettre de m'assurer de la conformité de cet ouvrage à la réglementation en vigueur »

C'est ainsi qu'une équipe de l'Art a séjourné le 29 juillet dernier à Douala dans le cadre d'une mission de vérification sur le terrain. C'est que depuis quelques jours, Mtn Cameroon a engagé un vaste chantier de pose de la fibre optique à Douala. Ce qui a aussitôt suscité l'ire de Camtel qui revendique l'exclusivité sur les liaisons interurbaines. A Mtn Cameroon, les officiels n'ont pas souhaité commenter cette sortie qui semble les épingler et renvoient Le Messager aux conclusions de la réunion de ce jour. Mais selon des indiscrétions glanées auprès de sources introduites dans cette entreprise, le message porté de l'Art parle de liaisons interurbaines et non urbaines, ce que l'entreprise fait actuellement. Le rapport de l'équipe de vérification de l'Art qui est descendue sur le terrain pourrait davantage donner une idée précise sur la qualité des travaux menés par Mtn Cameroon et leur conformité avec la loi. Il est d'autant vivement attendu que, parallèlement au message porté, l'Art a également adressé une autre lettre aux opérateurs qui selon lui ont tort de considérer « l'arrêté 005/Mpt du 18 mai 2001 (qui consacre l'exclusivité de Camtel sur les liaisons interurbaines) [comme] caduc ». A qui s'adressait donc cette mise en garde à peine voilée ? « Afin de lever toute ambiguité sur la validité de cet arrêté, j'ai l'honneur de vous réitérer par la présente que ledit arrêté restera en vigueur quatre ans après la signature d'une convention de concession définitive entre Camtel et l'Etat », concluait en effet Beh Mengue.

Le Messager