Internet haut débit - Les Mauriciens craignent la concurrence malgache

Actualités Internet

La Grande Ile, grâce au câble sous-marin en fibre optique d'Orange, peut prendre son envol. Les îles voisines en sont conscientes.

Les call-center et les entreprises de traitement de données se développent beaucoup à Madagascar et avec l'avènement de la connexion internationale à haute capacité, celle d'Orange Madagascar, particulièrement, les opérateurs mauriciens du secteur ne cachent pas leur inquiétude quant au risque de perte de clientèle.

«Madagascar concurrent direct de Maurice dans le domaine du Business Process Outsourcing (BPO) et les centres d'appel ?» se demandait l'Express Mauricien dans sa livraison du 27 juillet dernier. En effet, les opérateurs mauriciens craignent un départ massif des entreprises du secteur et aussi des clients vers la Grande Ile, où le coût de la main-d'oeuvre est encore abordable. «Certains en riaient encore il y a quelques années. Pourtant, l'intérêt des opérateurs du Bpo pour Madagascar va en grandissant».

Les opérateurs mauriciens du TIC estiment, selon l'Express Mauricien que la baisse des prix de l'Internet et la connexion de la Grande île au câble sous-marin à fibre optique d'ici quelques semaines, c'est-à-dire le câble Lion d'Orange, qui, apportera un débit stable, sont tout ce qu'il faut pour que le secteur Tic de Madagascar décolle. D'après toujours ce journal, non seulement, certaines entreprises de l'île sÅ"ur songent à délocaliser une partie de leurs opérations à Madagascar mais plusieurs multinationales commenceraient à prospecter le pays pour s'y implanter. Le Dg de la société Heaven Multimédia, Ben Mootoo Crupen devait confier à notre confrère mauricien que le principal problème est l'instabilité de l'Internet. Cet opérateur aurait affirmé « A partir du moment où Madagascar sera effectivement connecté à un câble sous-marin à fibre optique, j'y délocaliserai une partie de mes activités» A noter que celui-ci compterait employer 250 personnes. A propos, il faut noter que les activités des call centers génèrent dans le pays un peu plus de 1000 emplois jeunes sans parler de ceux employés dans les entreprises de traitement de données (en off shore).

Mais ce qui étonne les opérateurs économiques de la place, notamment ceux travaillant dans le secteur des Tic, c'est l'indifférence des autorités de tutelle, qui ne semblent pas conscients des bénéfices que pourraient apporter ces infrastructures à l'économie du pays. «Les Mauriciens ont déjà pris la mesure des opportunités que pourra amener le câble Lion alors que localement, le ministère des TIC n'est pas pressé pour ouvrir le chemin à l'opérateur. Faut-il noter qu'Orange Madagascar attend toujours sa licence l'autorisant à exploiter son câble sous-marin en fibre optique. Faut-il encore rappeler que le temps joue en défaveur de la Grande Ile. Les autres pays avancent à grand pas en matière de TIC.

Midi Madagasikara