Retrait de licences à la Sonitel au Niger

Actualités Télécom

Le gouvernement nigérien a décidé vendredi, de retirer les licences d'établissement et d'exploitation d'un réseau fixe et d'un réseau de télécommunications cellulaires attribuées en décembre 2001 à la Société nigérienne de télécommunications (SONITEL) dont le repreneur stratégique est le Consortium DATAPORT (ZTE, LAAICO, China Rail Com), indique un communiqué officiel.

"La durée de 15 ans (à compter) du 3 décembre 2001 attribuant à la Sonitel ces licences exploitées par sa filiale Sahelcom, est réduite à sept (7) ans et dix (10) mois", pour non-respect du cahier des charges, précise le communiqué du gouvernement.

Le gouvernement nigérien reproche à la Sonitel "la non atteinte des objectifs de couverture et de desserte téléphoniques, la non modernisation et numérisation de certains centres de commutation et artères de transmission, l'accumulation d'arriérés au titre de contribution au fonds d'accès universel, le non maintien des qualifications techniques et financières ayant présidé à la qualification et à l'adjudication du Partenaire stratégique, la non atteinte du niveau minima de qualité de service".

Les conséquences de tous ces manquements sont entre autres, le surendettement de la société résultant de l'absence de financements conséquents des investissements par le repreneur stratégique, avec à l'affiche : 25 milliards (50 millions de dollars US) de dettes fournisseurs, 11 milliards (22 millions USD) d'emprunts et de cautions, 3 milliards (6 millions USD) de découverts bancaires, plus de 10 milliards (20 millions USD) de dettes fournisseurs échues, des charges d'exploitation évaluées à plus de 140% du chiffre d'affaires.

En outre, l'opérateur historique est aujourd'hui dernier en termes d'abonnés et il fait face à des difficultés de paiement des salaires, de nombreuses injonctions de payer et saisies sur les comptes bancaires, d'importants arriérés de contribution au fonds d'accès universel et de régulation de plus de 2 milliards de FCFA (4 millions US), une instabilité sociale soutenue par une démotivation généralisée du personnel, l'absence d'une bonne gouvernance d'entreprise dans un contexte si concurrentiel.

"En conséquence, à la date du 19 février 2009, le repreneur stratégique DATAPORT ne fera plus partie du capital de la SONITEL et de sa filiale SAHELCOM. Le gouvernement prendra toutes les mesures conservatoires qui s'imposent en pareilles circonstances, a conclu le ministre de la Communication", précise le communiqué.

African Manager