Jet Net, le nouvel investisseur jordanien envisage de lancer un service voix et données basé sur la technologie WiMAX au Soudan

L'éditorial du mois

Le fournisseur d’accès Internet Jet Net s’est associé au groupe jordanien Neu Group pour proposer un service voix et données utilisant la technologie WiMAX dans l’un des plus grands marchés d’Afrique, le Soudan. Les challenges économiques et réglementaires sont considérables mais le nouvel investisseur dispose d’une expérience solide avec des projets réussis tant dans le domaine de la téléphonie mobile que du WiMAX. Russell Southwood s’est récemment entretenu avec Ahmad Jaghoub, le directeur général de la société.

Le nouvel investisseur dans Jet Net est Michael Daghar de Neu Group. Daghar a lancé avec succès Umniah, le troisième opérateur de téléphonie mobile en Jordanie. L’opérateur a par la suite été racheté par Batelco pour 400 millions de dollars US ce qui lui a permis de fonder sa nouvelle société en 2007.

Le modèle commercial de Jet Net consiste au départ à cibler le marché des données tout en construisant un réseau pour en assurer sa viabilité. La société envisage cependant d’avoir des serveurs IMS en place au troisième trimestre de cette année et de s’attaquer au marché voix si elle obtient la licence et les approbations adéquates.

Le déploiement du réseau est basé sur le standard WiMAX 16e capable de supporter de la voix mobile. La société envisage d’utiliser des combinés WiMAX fabriqué par Samsung. Les prix au détail de ces téléphones sont entre 150 et 300 dollars US pièce mais ils songent aussi à des combinés (coûtant entre 200 et 250 dollars US) pour la téléphonie IP utilisant le protocole SIP. Il est question de subventionner les combinés IP et de persuader les clients de partager les combinés pour acquérir plus de clients et de couverture. La société compte offrir des appels de très bonne qualité à l’intérieur des bâtiments.

Durant sa phase initiale d’expansion, la société compte installer 50 stations de base dans la capitale, Khartoum et repositionner 14 stations de base existantes dans la seconde ville du pays, Port Soudan. Dans la seconde année, elle envisage d’étendre son réseau dans Khartoum et d’améliorer ses services avant de commencer à étendre son réseau dans le sud et le reste du pays. L’investissement total dans la phase initiale est de l’ordre de 20 à 30 millions de dollars US. L’investissement proviendra au départ du Neu Group puis sera ouvert à d’autres sources de financement avec les projets d’extension du réseau.

Le coût d’une station de base (BTS) est d’environ 50,000 dollars US et le coût total des BTS incluant les travaux de génie civil se situe entre 130,000 et 250,000 dollars US. Les coûts de génie civil sont trois plus élevés que dans les autres pays du Moyen-Orient à cause des coûts d’importation du matériel.

Avec l’expertise jordaniènne de ces nouveaux investisseurs, la société est confiante dans sa capacité à mettre en oeuvre ses services en utilisant la technologie WiMAX. L’équipement sera fourni par la sociétét chinoise Huawei et fonctionnera dans le spectre de fréquence de 3.5 Ghz. La société se rend compte que la qualité de la technologie WiMAX est fonction de la fréquence utilisée et par conséquent ils sont déterminés à utiliser les fréquences les plus hautes. Les opérateurs mobiles utilisent déjà un E1 vers certaines stations de base (en particulier celles utilisées pour les transmissions de données) et il est tout à fait équitable que la société est le même accès aux capacités de transmission.

Pour ces transmissions nationales, elle envisage de construire son propre réseau hertzien. La société en est venue à considerer la construction de son propre réseau à cause des prix élevés des transmissions qu’offrent les opérateurs existants, Canar et Sudatel. Ahmad Jaghoud, le DG nous a dit « nous sommes prêts à coopérer avec les autres opérateurs pour améliorer la couverture nationale ».

La société s’est retrouvée confronter au même challenge pour obtenir de la bande passante internationale à un prix raisonnable. Selon Jaghoud, un société a mis plus de trois mois pour répondre à sa demande et il n’a toujours pas d’offre. « Les prix qui nous ont été proposés sont élevés en comparaison avec d’autres pays. Si cela s’avère nécessaire, nous sommes prêts à installer notre propre passerelle ainsi qu’à construire une transmission en fibre optique vers Port Soudan. C’est possible que nous le fassions nous-mêmes ».

Les services données sont ciblés vers la clientèle entreprises et les particuliers dans les villes de Bahri, Omdurman et Khartoum. Les 50 stations de base déjà installées lui donneront une capacité de 100,000 abonnés. Nous envisageons d’acquérir 15,000 abonnés durant la première année avec une montée en charge de l’ordre de 50,00 à 60,000 dans la seconde année. Les prix des services seront compétitifs et alignés sur ceux qui existent.

Jet Net est très intéressé par le développement de contenu soudanais et veut encourager les gens à créer des forums et du contenu qui se focalisent sur le Soudan. Pour stimuler ce développement, la société est prête à offrir des combinés au secteur éducatif. Selon les propos de Jaghoud « nous voulons changer le type d’Internet qui est disponible à présent au Soudan et développer du contenu qui soit spécifique à certains secteurs comme les écoles, les universités et les hôpitaux ». La société entend aussi offrir des services appropriés à sa clientèle grandissante de banques et en temps voulu offrir des servcies de centres d’appels.

Les investisseurs de Jet Net cherchent déjà de nouvelles opportunités d’investissement au-delà du Soudan, dans des pays comme l’Ethiopie et l’Ouganda. Cela dépendra néanmoins des possibilités d’obtention de licence et pour l’instant l’équipe se concentre intégralement à faire du projet du Soudan une histoire à succès.