Déclaration commune de pays d'Afrique sur la gouvernance de l'Internet

Actualités Internet

Une vingtaine de pays d'Afrique a signé une déclaration commune sur la gouvernance de l'Internet lors du Forum des décideurs et régulateurs africains des TICs. L'ICTA, l'instance régulatrice du secteur des TICs à Maurice, et l'Union africaine des Télécommunications (UAT) ont contribué à une nouvelle étape du développement de l'internet sur le continent africain, se réjouit, en ce sens, Trilock Dwarka, directeur de l'ICTA. 49 délégués étrangers ont participé à ce Forum qui s'est tenu du 17 au 19 mars dernier.

De nombreux pays africains ont exprimé leur accord sur l'importance pour chaque pays de gérer localement son ccTLD (domaine de premier niveau). Le ccTLD d'un pays, par exemple '.mu' pour Maurice, constitue un enjeu stratégique. D'abord au niveau de la visibilité du pays pour le cyberespace. Ensuite, pour soutenir le développement de l'infrastructure de l'internet ainsi que des compétences techniques dans le pays.

Lorsque des citoyens d'un pays d'Afrique s'enregistrent auprès d'un ccTLD générique, les frais d'enregistrement partent à l'étranger et ne peuvent donc être réinvestis localement contrairement au ccTLD propre à un pays.

Les délégués présents au Forum demandent finalement aux gouvernements des pays africains de prendre ne charge la création d'un cadre multisectoriel avec la participation des différentes parties. L'entité ainsi créée aura la responsabilité d'entreprendre la re-délégation du ccTLD du pays.

L’Express