Modernisation du service postal algérien: Paiement par carte magnétique dès juillet prochain

Actualités informatiques

Quatre cents terminaux de paiement électroniques (TPE) seront mis en place, dans un premier temps, sur les 10 000 acquisitions et concerneront les pharmacies, les restaurants, les hôtels et les agences de voyages.

Grande nouvelle émanant d’Algérie Poste qui a annoncé, hier, une petite révolution au niveau du secteur. Il sera, enfin, possible, dès juillet prochain, de payer certaines prestations via la carte magnétique délivrée par la Poste. Celle-ci, opérationnelle déjà, ne servait qu’au retrait pour connaître, désormais, une double utilisation, à la grande satisfaction de ses détenteurs. Ce qui lui assurera peut-être un meilleur succès qui lui a fait défaut jusqu’à présent. Pas moins de 6 millions de cartes ont été émises par les services concernés et un certain nombre d’entre elles n’ont même pas été récupérées.

À peine un peu plus de 3 millions de détenteurs de cartes l’ont utilisée au moins une fois. Ce sont là les statistiques fournies par les services de la Poste qui souhaitent un meilleur sort pour cette carte. “Nous constatons une nette amélioration au niveau de l’usage des cartes et nous enregistrons 3 millions d’opérations par mois”, a déclaré M. Mohamed Hamadi, P-DG d’Algérie Poste, en marge de la signature du contrat de performance entre son département et celui de l’État. “C’est un engagement des deux parties pour améliorer les prestations postales à travers certaines réalisations qui seront supportées par la poste elle-même (fonds propres) et d’autres par l’État, partant du principe que la poste garde sa mission de service public”, expliquera notre interlocuteur à l’issue de la rencontre tenue hier à l’hôtel El-Aurassi parrainée par le ministère de tutelle. Manifestation à laquelle prendra part Hamid Bessalah, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication et au cours de laquelle plusieurs annonces ont été faites.

La nouveauté réside, sans nul doute, dans le déploiement de 400 TPE (terminal de paiement électronique), dans un premier temps, parmi les 10 000 acquisitions, et ce, au niveau des pharmacies, des agences de voyages et de tourisme, des restaurants et des hôtels, en attendant une généralisation progressive. Ceci vient s’ajouter au fait que la clientèle de la poste peut aussi consulter son compte CCP, commander son carnet de chèques, et ce, via Internet pour permettre à l’avenir carrément l’achat en ligne. “Il existe actuellement 3 400 bureaux de poste à travers le territoire national, dont 1 700 sont déficitaires et certains d’entre eux n’arrivent même pas à écouler un simple timbre”, reconnaîtra M. Hammadi, expliquant que d’autres bureaux ont besoin d’être rénovés. “L’État continuera à soutenir cette politique et 106 nouveaux verront le jour en 2009 ou signeront à nouveau leur ouverture”, a-t-il indiqué, précisant que les nouvelles réalisations en termes de logement (AADL, OPGI, EPLF) nécessitent de nouveaux points de contact, et c’est en cours de réalisation à Bentalha, Eucalyptus, Bab-Ezzouar, etc.

Mais la part du lion revient aux cartes magnétiques dont le renouvellement leur donne une durée de vie de 4 années en plus des autres objectifs que s’est assignés le secteur de la poste qui compte, aujourd’hui, le portefeuille impressionnant de 11 millions de comptes, dont 1 million ouverts rien que pour l’année écoulée. C’est en fait la plus importante banque d’Algérie qui enregistre 9,1 millions de commandes de chèques et 315 millions d’opérations CCP par an. Aujourd’hui, 3 141 bureaux de poste sont raccordés au réseau informatique, permettant d’offrir des prestations en temps réel, ce qui implique le retrait, le versement sur compte CCP ou Cnep, transfert électronique de fonds, collecte, distribution et suivi électronique du courrier express (EMS). La poste ambitionne de passer à une vitesse supérieure dans un avenir proche à travers la dématérialisation du chèque avec la mise en circulation d’un chèque de paiement sécurisé et normalisé en remplacement du chèque de retrait.

Liberté